LE DIRECT
Pavillon d'accueil de la chartreuse Saint-Julien de Petit-Quevilly dans "Le patrimoine des Communes de la Seine-Maritime" (1997).

La chartreuse de Bagramko (Petit-Quevilly)

10 min
À retrouver dans l'émission

Oubliez la liqueur qui porte le même nom. Nous découvrons ce qu’il reste de la chartreuse de Petit-Quevilly du XVIIIe. Quelques murs qui ne permettent plus de dessiner l’ossature passée de l’édifice, mais des histoires intactes autour de ce lieu où logeaient des membres de l’ordre des Chartreux.

Pavillon d'accueil de la chartreuse Saint-Julien de Petit-Quevilly dans "Le patrimoine des Communes de la Seine-Maritime" (1997).
Pavillon d'accueil de la chartreuse Saint-Julien de Petit-Quevilly dans "Le patrimoine des Communes de la Seine-Maritime" (1997). Crédits : Editions Flohic

François Sureau est dans une oasis particulière, pas au milieu de la nature tout à fait mais dans un paysage industriel et fluvial. On y sent la proximité avec Rouen et la mer. Cette oasis est la chartreuse de Petit-Quevilly… ou plus exactement ce qu’il reste de l’édifice du XVIIIe siècle. Nous connaissons La Chartreuse de Parme, alors qu’il n’y a pas eu de chartreuse à Parme ! En revanche, au Petit-Quevilly si. Oubliez pour un temps la liqueur, soit verte, soit jaune, et qui porte le même nom. Une chartreuse désigne aussi tout monastère de l’ordre des Chartreux. 

Les Chartreux portent un habit de laine blanche avec deux bandes latérales. On ne peut leur écrire, on ne peut pénétrer chez eux. Ils chantent rarement la messe car leur principale application est leur vocation à vaquer au silence et à la solitude de la cellule. Selon la parole du prophète Jérémie, le solitaire s’assiéra et gardera le silence par le silence. 

Le supérieur des Chartreux ne s'appelle pas opérable. On ne lui dit pas Monseigneur, on ne lui dit pas révérend ici, mais il se nomme simplement Prieur, le Prieur de la Chartreuse. Il ne porte pas de titre, il n'a aucun vêtement qui le distingue. Sa seule obligation pratique est négative. La règle précise qu'il ne doit jamais sortir des limites du désert. Si on le croise, on lui fait simplement une inclination légère. La Chartreuse ne propose aucun religieux aux procédures de canonisation. On les dirait déjà établis au-delà de la ligne du grand passage, goûtant les prémices de l'éternité, si c'est possible. Rien chez les Chartreux qui soit forcé. La Chartreuse, dans son vœu de silence et de solitude, diffuse malgré elle une lumière puisque sa puissance particulière porte jusqu'à nos regards voilés quelque chose de la beauté de la création. (François Sureau)

Les Chartreux suivent les dispositions d’un corpus coutumier évolutif : ce sont les Statuts. Guigues Ier le Chartreux naît en 1083 et se fait moine chartreux. Il est le cinquième prieur de la Grande Chartreuse et devient législateur de l’ordre des Chartreux. Pour la première fois, il met par écrit les Consuetudines Cartusiae ou Coutumes de Chartreuse vers l’an 1127. Guigues écrit en particulier qu’il n’est pas de plus grand labeur que de demeurer sans labeur. Une phrase à méditer sans doute après l’écoute de cette chronique…

Bibliographie

Couverture de "L'Or du temps" de François Sureau

L'Or du tempsFrançois Sureaued. Gallimard, 2020

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......