LE DIRECT
Une vue aérienne de Source-Seine

Ma source la Seine (Source-Seine)

9 min
À retrouver dans l'émission

François Sureau s’imprègne une dernière fois de la symbolique matricielle de Source-Seine, avant de quitter ce kilomètre 0 et d’entreprendre le voyage le long du fleuve mythique. Une manière aussi de chercher « l’or du temps »…

Une vue aérienne de Source-Seine
Une vue aérienne de Source-Seine Crédits : Samuel Recupa - Getty

La chance de voir le soleil se lever sur les vallées de la Seine méritait bien en contrepartie une nuit dans des sacs de couchage de type militaire, près des marécages qu’il faut piétiner si l’on veut connaître les prémices de la Seine. Nous retrouvons François Sureau accompagné de son réalisateur Vincent Decque au petit matin, cafés avalés et se nourrissant encore de la symbolique du lieu ; malgré tout ce qu’il peut avoir de décevant… 

C’est que ce voyage commencé, ici, à Source-Seine, n’est selon le célèbre écrivain et avocat qu’un « prétexte, parce qu’au fond la Seine ressemble à sa source ». Un prétexte au rêve, à la remémoration des temps passés, au côtoiement de personnes que nous aimons, écrivains, peintres, poètes, ou simplement compagnons fidèles avec qui l’on aura erré l’espace d’un instant. Pour François Sureau, il s’agit, outre Vincent, de l’écrivain et peintre russe, naturalisé français en 1931, Agram Bagramko. Quoi d’étonnant à ce que l’un de ses fidèles lecteurs ait motivé son voyage par une aspiration au rêve, quand on sait que l’épitaphe de Bagramko est « Je cherche l’or du temps » !

Bagramko nous accompagnera donc tant son regard a touché et inspiré l’auteur du récent ouvrage L’Or du temps. Cette parenthèse radiophonique en est peu ou prou une adaptation. Bientôt, ils quitteront – et nous avec eux – ce kilomètre 0. Et de toute façon :

Cette source de la Seine est relativement banale, petite, marécageuse, avec un côté des parcs publics ; mais tout de suite, il se passe quelque chose du mystère de la Seine en faisant apparaître un de ses personnages principaux.

Pour nous parler de l’un de ces personnages justement, une rencontre fortuite nous retient à Source-Seine. Le professeur de l’université de Vancouver Edmond de la Mirande a choisi le même jour et le même lieu pour effectuer une promenade matinale. Spécialiste parmi les plus reconnus de Bagramko, laissons-le se joindre à notre équipée ! Il pourrait bien nous en dire davantage sur Bagramko et par là sur notre protagoniste principal : la Seine.

Bibliographie

Couverture de "L'Or du temps" de François Sureau

L'Or du tempsFrançois Sureaued. Gallimard, 2020

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......