LE DIRECT
Le perroquet gris du Gabon
Épisode 2 :

Les petits animaux peuvent rapporter gros

29 min

Des espèces protégées par la Convention de Washington et pourtant...

Le perroquet gris du Gabon
Le perroquet gris du Gabon Crédits : François Teste - Radio France
Écouter
2 min
Essai de conversation avec un perroquet, Cocotte, Paris Inter 1951

Souvenez- vous le 7 mars dernier à Thoiry, un rhinocéros blanc est abattu de trois balles dans le parc zoologique. Vince, l’animal tué, était un jeune mâle âgé de 4 ans, né aux Pays-Bas et arrivé à Thoiry en mars 2015. Sa plus grande corne a été sciée, probablement à l’aide d’une tronçonneuse, et volée.

Vince appartenait à l’espèce rhinocéros blanc du Sud, dont il ne reste que 25 000 spécimens, dont 80 % en Afrique du Sud. Dans ce pays en 2016 , 1 054 rhinocéros blancs ont été tués, soit près de trois par jour ! Ces animaux sont victimes d’un intense braconnage en raison des vertus thérapeutiques et aphrodisiaques – infondées – dont sont parées leurs cornes, essentiellement en Chine et au Vietnam. Pour cet usage, les cornes sont réduites en poudre. Résultat : sur le marché noir, le kilo de corne oscille entre 50 000 et 70 000 euros, un prix bien plus élevé que celui de l’or ou de la cocaïne !

L’ASAP, Association de sauvegarde et d'accueil des perroquets
L’ASAP, Association de sauvegarde et d'accueil des perroquets Crédits : François Teste - Radio France

2nd épisode : Les petits animaux peuvent rapporter gros

Pour 10 perroquets prélevés dans la nature ; il n'y en a que 2 qui arrivent vivants.

Qu’ont en commun les hippocampes séchées, les écailles de tortues, les anguilles ou encore les perroquets ? Ce sont toutes des espèces protégées par la Convention de Washington signée en 1973 et ratifiée en 1978 par la France. Ce sont aux yeux des trafiquants seulement des marchandises parties de certains pays africains et destinées à rejoindre l’Asie via l’aéroport de Roissy. Si les gendarmes arrêtent régulièrement des voitures qui font du go-fats avec des anguilles congelées dans leur coffre, les douaniers gardent eux un œil sur le perroquet gris du Gabon . Ce dernier fait à lui seul l’objet d’un trafic très particulier : l’oiseau est prisé pour son chant, son intelligence (qui rivalise avec celle d’un enfant de 4 ans) et son plumage. Bilan : sur des sites internet grand public, on peut acheter un oiseau presque aussi facilement qu’un vélo d’occasion.

Avec :

  • Colomba de la Panouse Turnbull, directrice déléguée du parc animalier de Thoiry,
  • Céline Sissler Bienvenue, directrice du fonds international de protection des animaux pour la France et l’Afrique Francophone,
  • Mélanie Dieudé, de la direction du Renseignement douanier,
  • Michel Guiraud, directeur général des collections du muséum d’histoire naturelle à Paris,
  • Stéphane Quéré, criminologue,
  • Le colonel Le Gallo, de l’Office central des atteintes à l’environnement et à la santé publique ( OCLAESP),
  • Anne Boisset, directrice de l’ASAP, association de sauvegarde des perroquets

Un documentaire de Michel Pomarède. Réalisation François Teste. Archives INA Christelle Rousseau

BIBLIOGRAPHIE ET LIENS

Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction

Muséum national d'Histoire naturelle

Fonds international pour la protection des animaux

WWF France

Espèces de la faune et de la flore sauvages menacées d'extinction

Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (Oncfs)

Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (OCLAESP)

Association de Sauvegarde et d'Accueil des Perroquets (ASAP)

Bibliographie

La peau de l'ours

La peau de l'oursNouveau Monde, 2012

L'équipe
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......