LE DIRECT
Le tapis Louis XIV juste avant le tombé de métier
Épisode 2 :

Dentellières de la mémoire

29 min

Comment donner envie à une jeune fille d’aujourd’hui de devenir dentellière ?

Eventail en point d'Alençon vers 1890 Musée des Beaux-arts et de la Dentelle, Alençon
Eventail en point d'Alençon vers 1890 Musée des Beaux-arts et de la Dentelle, Alençon Crédits : David Commenchal - Radio France
Écouter
3 min
L'origine de la dentelle Archive INA - RTF 1er/12/1949
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

2nd épisode : Dentellières de la mémoire

Dentelle au Point d'Alençon en cours de réalisation à l'Atelier national (étape de la bride picot) Service communication de la Ville et de la Communauté urbaine d'Alençon
Dentelle au Point d'Alençon en cours de réalisation à l'Atelier national (étape de la bride picot) Service communication de la Ville et de la Communauté urbaine d'Alençon Crédits : Olivier Héron

Bénédicte est née près d’Alençon. Elle entre en apprentissage un peu par hasard auprès de la sœur Margueritte, soutenue par la chambre de commerce afin de maintenir vivante la tradition du « point d’Alençon », en fait un nombre incroyable de points et de techniques détenus par une poignée de femmes. La mécanisation de la dentelle et le coût du travail ont presque finit d’achever cette tradition régionale qui avait bâti des fortunes et fournit du travail d’appoint à des milliers de cousettes, de fermières, de veuves de la région.

Bénédicte en plein travail
Bénédicte en plein travail Crédits : Véronique Samouiloff - Radio France

La maître-dentellière qui forme Bénédicte est sourde-muette et c’est par un langage de geste que tout passe. Depuis, pour Bénédicte, c’est une course contre la montre, contre le pire : la rupture de la transmission. Sept heures de travail par centimètre carré, un atelier de dentelle ne rentre pas dans les standards de production. Alors, il faut viser l’excellence. Bénédicte tente aussi de redonner du souffle aux pratiques amateurs en enseignant son art à des novices mais là encore, le temps entre le faire et le voir est propice au découragement. Son arme : quitter l’atelier et fureter avec les apprenties dans le musée attenant, contempler, décrire et « raconter » un ouvrage d’il y a 50 ans ou deux siècles ! Raconter l’histoire de la dentelle, ses anecdotes, bref trouver un avenir à cet art, façonner des héritières par des récits.

Nécessaire pour réaliser le point d'Alençon
Nécessaire pour réaliser le point d'Alençon Crédits : Mobilier national

Bénédicte récupère des dentelles anciennes dans les brocantes, elle les explore, les dénoue, se fait archéologue des techniques oubliées. Un point retrouvé, un motif, une bride, un nouage décrypté et c’est un petit chapitre de savoir de sauvé. Le point d’Argentan a disparu, une ville à quelques vallées normandes plus loin, faute de transmission. Cela peut arriver demain au point d’Alençon. Qui s’en souciera ? À part Bénédicte ?

Carte postale ancienne représentant un groupe d'ouvrières travaillant le point d'Alençon
Carte postale ancienne représentant un groupe d'ouvrières travaillant le point d'Alençon Crédits : Musée d'Alençon

Comment donner envie à une jeune fille d’aujourd’hui de devenir dentellière ? Un métier de taiseuse, de solitude, de recluse… en apparence. Un métier si peu féministe car dit  si « féminin » ? Un métier d’extrême patience quand tout va si vite. Voilà ce à quoi pense Bénédicte, penchée sur son ouvrage. Et à bien plus encore.

Volant aux tulipes et aux roses 19e siècle dentelle au Point d'Alençon Musée des Beaux-arts et de la Dentelle, Alençon
Volant aux tulipes et aux roses 19e siècle dentelle au Point d'Alençon Musée des Beaux-arts et de la Dentelle, Alençon Crédits : David Commenchal

Avec :

  • Bénédicte, Valérie, Dominique et les dentellières de l’atelier national du point d’Alençon ; 
  • Johanna Mauboussin, conservatrice du musée des beaux-arts et de la dentelle de la ville d’Alençon ; 
  • Isabelle Yvon, historienne ; 
  • et les témoignages de dentellières collectés par Yann Leborgne, ethnologue.

Un documentaire de Franck Cuveillier. Réalisé par Véronique Samouiloff. Prises de son : Yann Fressy. Mixage : Delphine Baudet, Archives INA Isabelle Fort Rendu.

BIBLIOGRAPHIE

L’école dentellière d’Alençon, une fondation pour un art unique d'Hélène Klein

« Au Fil du réseau », la petite histoire de l’association La Dentelle du Point d’Alençon.

La dentellière d'Alençon", Janine Montupet.

Pour élargir le sujet

Centre des Monuments Nationaux :  Exposition De la cathédrale de pierre à la cathédrale de soi(e) au château d’Angers  jusqu'au 11 février 2018 

Dans le cadre de la saison "En lices", consacrée à la tapisserie : Divins ornements Exposition Trésors textiles de la cathédrale de Reims Palais du Tau, Reims du 7 octobre au 7 janvier 2018

Votre prochaine Histoire particulière...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

...à écouter les 16 et 17 décembre 2017

L'équipe
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......