LE DIRECT
"La grille d'entrée du château d'Hérouville, datant du XVIIIe siècle, qui fut un "studio résidentiel" pour de célèbres artistes français et internationaux dans les années 1970."
Épisode 7 :

Les folles années du château d'Hérouville

58 min

Michel Magne, personnage mondain et compositeur vedette de musiques de films, installe un studio d’enregistrement dans un château. Un vent de folie souffle dans les milieux artistiques des années 70 !

"La grille d'entrée du château d'Hérouville, datant du XVIIIe siècle, qui fut un "studio résidentiel" pour de célèbres artistes français et internationaux dans les années 1970."
"La grille d'entrée du château d'Hérouville, datant du XVIIIe siècle, qui fut un "studio résidentiel" pour de célèbres artistes français et internationaux dans les années 1970." Crédits : Wiki Commons

Les plus grandes stars de variété et de pop se précipitent au château d'Hérouville pour créer, faire ripaille et la fête. Mais les réalités économiques viennent plomber ce rêve éveillé.

Michel Magne et Gérard Delassus:
Michel Magne et Gérard Delassus: Crédits : Collection privée Marie-Claude Magne

1er épisode : La vie de château

Compositeur doué, iconoclaste et espiègle, Michel Magne est aussi une figure montmartroise. Dans les années 60, devenu prolifique compositeur de musiques de films (« Les Tontons flingueurs », « mélodie en sous-sol », la série des « Angélique » et des « Fantômas »), il achète un petit château à Hérouville, dans le Val-d’Oise. A la suite d’un incendie qui le prive de ses archives musicales, il fait installer un studio d'enregistrement et invente le studio résidentiel, mettant à disposition chambres d'hôtes, restauration et un vaste parc.

Le château côté aile gauche vu du jardin
Le château côté aile gauche vu du jardin Crédits : Lily Cornaert - Radio France
Écouter
3 min
Archive INA : France Culture, Continent Musique 18/09/2015 : Visite du château d'Hérouville en compagnie de Mathieu Conquet et Nicolas Godin du groupe Air

La crème de la variété française, du rock et de la pop anglaise enregistre au château : Michel Polnareff, Eddy Mitchell, Nino Ferrer, Nicoletta, Elton John, David Bowie, Pink Floyd… Le groupe hippie et promoteur des drogues hallucinogènes Grateful Dead donne même un concert acidifié dans le parc du château. Le lieu est aussi le théâtre de dîners et fiestas mémorables. Jusqu’à ce que Michel Magne se lasse…

Publicité du studio
Publicité du studio Crédits : Collection privée Marie-Claude Magne

Le vent de folie retombe mais le studio retrouve finalement avec Laurent Thibault ses lettres de noblesse. Michel Magne, menacé d'être saisi par la Justice, court à sa perte.

Pink Floyd jouant au babyfoot
Pink Floyd jouant au babyfoot Crédits : Collection privée Marie-Claude Magne

2nd épisode : Plus dure sera la chute 

Michel Magne n'est pas un gestionnaire. Trop dépensier et généreux, il accumule les factures et, assommé de dettes, délègue la gérance du studio d’enregistrement.Avec le premier repreneur, ça se passe très mal et les joutes judiciaires débutent. Finalement, Laurent Thibault, ancien client du studio de Michel Magne, reprend la gérance et le studio retrouve son aura. 

Michel Magne
Michel Magne Crédits : D.R.
Écouter
3 min
Archive INA : France Inter 19/07/2008 : Laurent Thibault et Louis Bertignac : La reprise des studios d’Hérouville en 1974
David Bowie et, à la console du studio, Laurent Thibault
David Bowie et, à la console du studio, Laurent Thibault Crédits : D. R.

David Bowie, Iggy Pop, Bee Gees et Jacques Higelin y enregistrent. Un temps parti dans le sud avec sa femme, Michel Magne fait de la peinture et de la sculpture. Mais bientôt, le château devient obsessionnel. Mis en liquidation personnelle, lorsqu’il est de retour dans la capitale, il en perd la propriété, alors qu’il ne parvient pas à retrouver son statut d’antan dans le cinéma. C’en est trop pour lui… il perd le goût de vivre. Le château reste à l’abandon durant près de trente ans, avant que de nouveaux propriétaires décident de relancer le studio d’enregistrement.

Jacques Higelin en 1977
Jacques Higelin en 1977 Crédits : STAFF AFP - AFP

Avec Franck Ernould, journaliste, auteur, ingénieur du son, passionné de l'histoire de Michel Magne et du château d'Hérouville, Serge Moreau, ami de jeunesse de Michel Magne, cuisinier au château entre 1970 et 1973 et Laurent Thibault, musicien, producteur, ingénieur du son, client de Michel Magne puis gérant du studio du château d'Hérouville ; Franck Ernould, Journaliste, auteur, ingénieur du son, passionné de l'histoire de Michel Magne et du château d'Hérouville, Jean Taxis, Ingénieur du son et nouveau propriétaire du château et Thierry Garacino, Ingénieur du son et nouveau propriétaire du château.

Remerciements : Marie-Claude Magne, Isabelle Philippe-Gérard, Gérard Delassus, Christian Décamps et Jean-Christophe Boileau, Nikole et Gilbert Montagné, Jean Bouquin, Paul Lucas, Emmanuelle Lepers, l’Odéon à Tremblay-en-France.

Un documentaire de Philippe Roizes. Réalisation, Lionel Quantin. Prise de son, Nicolas Mathias. Mixage : Guillaume Ledu. Archive INA, Anne Brulant. Recherche et documentation internet : Annelise Signoret. Collaboration Lily Cornaert et Thibaut Téranian. (1ère diffusion : 23-24/03/2019)

Bibliographie : 

L’amour de vivre, Michel Magne, Editions Alain Lefeuvre, 1980

It’s a teenager dream – Itinéraire d’un ingénieur du son, Dominique Blanc-Francard et Olivier Schmitt, Le mot et le reste, 2016

A sortir le livre en deux tomes de Franck Ernould chez L’Harmattan.

Rocks, stars et fantômes au château d'Hérouville, Pierre Calamel, Editions Fulton, 2014

L’enrêveur, Laurent Thibault, Le loup sage, 2013

Autant en emporte le ventre, Gérard Duchemann, auto-édité, 2012

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Filmographie : 

Michel Magne, le fantaisiste pop, Jean-Yves Guilleux, Petit Dragon, 2009

David Bowie, l'homme cent visages ou le fantôme d'Hérouville, Gaëtan Châtaignier et Christophe Conte, Morgane production, 2015

Discographie : 

Pink Floyd, « Obscured by Clouds » (Harvest/Pathe Marconi, 1972) in « Obscured by Clouds » (Pink Floyd Recordings, 2016)

Michel Magne, « Larmes En Saule Pleureur » (Paris, 1959) in « Musique tachiste » (Cacophonic, 2013)

Michel Magne et son orchestre, « Two Silhouettes » (Bel Air, 1961) in « Tropical Fantasy » (collection en ligne BNF/Believe, 2015)

Michel Magne « Le repos du guerrier » (Barclay, 1962) in « Bandes originales des films de Roger Vadim » (EmArcy, Universal Music, 2007)

T-Rex, « Children of the Revolution » (CBS, 1972) in « Gold » (Demon Records/Crimson, 2018)

Nicoletta, « Sur les bords de la tendresse » (Riviera, 1975) in « Sur les bords de la tendresse » (Riviera, 1975)

Elton John, « Saturday Night’s Alright For Fighting » (DJM Records, 1973) in « Goodbye Yellow Brick Road » (Universal Music France, 2014)

Michel Magne, « Suicide : Poison » (Pathé, 1958) in « Le rendez-vous manqué » (collection en ligne BNF/Believe, 2017)

Archives issues de « Michel Magne fait son cinéma », Paul Lucas , Radio Campus Paris, 2014.

Pour aller plus loin :

Site du Château d’Hérouville

Hommage à Michel Magne, signé Franck Ernould, à lire sur son site.

Archives de Michel Magne conservées au Musée de la Sacem et en ligne sur le site.

Entretien avec Jean-Yves Guilleux, réalisateur d’un documentaire sur Michel Magne. A lire sur le site du magazine UnderScores, dédié à la musique de film.

Discographie suite : 

David Bowie, « See Emily Play » (RCA/Victor, 1973) in « Pin Up » (Parlophone, 2016)

Michel Magne « Fantômas se déchaîne : générique » (Barclay, 1965) in « Bandes originales des films d’André Hunebelle » (EmArcy, Universal Music, 2001)

Michel Magne, « Mémoire d’un trou » (Paris, 1959) in « Musique tachiste » (Cacophonic, 2013)David Bowie, « Weeping Wall » (RCA/Victor, 1977) in « Low » (Parlophone, 2018)

Iggy Pop, « China Girl » (RCA/Victor, 1977) in « The Idiot » (Virgin, 2017)

Bee Gees, « Stayin’ Alive » (RSO/Polydor, 1977) in « Saturday Night Fever » (Capitol Records, 2017)

Michel Magne « Compartiment tueurs » (Barclay, 1965) in « Compartiment tueurs / De la part des copains » (Universal Music, 2011)

Pink Floyd « Absolutly Curtains » (Harvest/Pathe Marconi, 1972) in « Obscured by Clouds » (Pink Floyd Recordings, 2016)

Michel Magne, « Suicide : Final. Pas de deux » (Pathé, 1958) in « Le rendez-vous manqué » (collection en ligne BNF/Believe, 2017)

Régine, « Un jour je quitterai tout » (Pathé Marconi, 1970) in « La fille que je suis » (Pathé Marconi, 1970)

Prochaine étape de la collection été 2019 d'Une Histoire particulière ...

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

... à écouter le dimanche 25 août à 16h

L'équipe
Production déléguée
Réalisation
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......