LE DIRECT
Ours abattu retrouvé sur la commune d’Ustou
Épisode 1 :

Un ours, du plomb et du bétail

29 min

Mardi 9 juin 2020, commune d’Ustou, Ariège. Son gros corps est couché sur le flanc droit dans l’herbe fraîche du Col d’Escots. Ses pattes sont tordues et raides, ses poils collés et déjà sales. Nous sommes à presque 2000 mètres d’altitude, à côté de la station de Guzet. Un ours est mort.

Ours abattu retrouvé sur la commune d’Ustou (Ariège en région Occitanie)
Ours abattu retrouvé sur la commune d’Ustou (Ariège en région Occitanie) Crédits : Philippe Périssé

C’est Philippe Périssé, éleveur, qui l’a découvert, avec un agent de l’Office Français de la Biodiversité (OFB). Ce n’est pas la première fois, loin de là, que cet agent monte dans les hauteurs pyrénéennes depuis le bureau de Foix… Lui et les autres font le déplacement chaque fois qu’un troupeau est attaqué, c’est-à-dire souvent. A chaque brebis éventré, à chaque agneau égorgé, l’OFB constate et le coupable est vite trouvé : l’ours. Mais ce jour-là, l’agent tombe sur une autre scène de crime, où le coupable n’est pas le même mais est tout aussi vite trouvé : l’homme.

Épisode 1 : Un ours, du plomb et du bétail

Car cet ours mâle de 4 ou 5 ans a des impacts de balles dans le poitrail. Le cadavre est hélitreuillé, autopsié, la ministre de la transition écologique s’émeut sur twitter, la gendarmerie locale se saisit de l’affaire. Le coupable risque la prison ferme et une belle amende. Ce n’est pas le premier ours des Pyrénées tué par balles… Il y a eu Cannelle en 2004, et Melba, quelques années avant. Mais ces deux ourses avaient été abattues par des chasseurs acculés. Cette fois-ci, pas de partie de chasse, pas de triste accident. Quelqu’un a tiré pour tuer. À Paris, loin, très loin du col d’Escots, Sea Shepherd s’offusque. 10 000 euros. Non, 15 000. 30 000, puis finalement 50 000 euros à celui ou celle qui dénoncera le coupable… Bienvenue dans un western français.

Philippe Périssé, éleveur, au-dessus de l’endroit où il a trouvé l’ours abattu
Philippe Périssé, éleveur, au-dessus de l’endroit où il a trouvé l’ours abattu Crédits : Lina Skoglund

Il (l'ours) est particulier parce que, d'abord, on ne connait pas les circonstances dans lesquelles il a été tué. Est-ce que c'est délibéré ? Est-ce que c'est un accident ? On ne sait pas. L'autopsie a été faite à l'école vétérinaire de Toulouse mais le parquet ne nous a donné que très peu d'éléments pour préserver son enquête. Donc on ne sait pas s'il y a eu plusieurs balles, si ça a été tiré à bout portant, de loin… Tout ça, ça donne des indices sur qui a pu le faire. Nous, on ne sait pas, il n'y a que l'enquête qui sait. Dans l'hypothèse où ce serait pas un accident c'est donc un acte délibéré, c'est donc une provocation, c'est donc un acte de désarroi…. On ne sait pas. Cécile Dupont, rédactrice en chef de La Gazette Ariégeoise

Écouter
1 min
Archives INA : "Promenade en Ariège : le Couserans", de Michel Bichebois, extrait de "Documentaire du vendredi" (France Culture, 16.08.1977). Un ancien instituteur ariégeois raconte comment son oncle a tué un ours.
Alain Marek, délégué de l’association de défense de la faune sauvage, Aspas, en Ariège
Alain Marek, délégué de l’association de défense de la faune sauvage, Aspas, en Ariège Crédits : Lina Skoglund

Intervenants

  • Élodie Amilhat, Jean-Pierre Mirouze et Philippe Périssé, éleveurs en Ariège 
  • Alain Reynes, président de l’association Pays de l’ours - Adet
  • Alain Marek, délégué de l’ASPAS, Association pour la Protection des Animaux Sauvages
  • Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France (ONG de défense des océans)
  • Cécile Dupont, rédactrice en chef de La Gazette Ariégeoise
  • Antoine Cochet, journaliste à La Gazette Ariégeoise

Un documentaire de Romain Weber, réalisé par Thomas Dutter. Mixage, Bernard Lagnel. Archives INA, Marine Decaëns. Avec la collaboration d'Annelise Signoret, de la Bibliothèque de Radio France et Elna Fraysse, stagiaire.

Écouter
3 min
Archives INA : "Les ours : espèces d'ours", extrait de l'émission "Nuits magnétiques" (France Culture, 18.10.1988). Altan Gokalp, invité de l'émission, parle de l'ours dans la culture turque.

Remerciements : 

Merci à Alain Servat, maire d’Ustou, aux habitants d’Ustou qui ont croisé notre chemin, à Olivier Tartaglino, chef du service de l’OFB en Ariège, à Rémi Denjean, éleveur, à Laurent Dumaine, procureur de la République de Foix, à Isabelle Roger, de l’Aspas et à Lina Skoglund. 

Quand vous discutez avec certains qui vous disent "c'est pas le seul qui est mort, il y en aura d'autres", on commence à se poser des questions. C'est là qu'on dit "attendez, il faut arrêter là, ça monte crescendo, ça monte trop fort, il faut arrêter cette escalade dans la guerre". Ils se lancent dans une guerre contre l'ours. Depuis qu'il s'est monté des syndicats anti-ours, c'est là que la violence est montée. Quand ils se sont regroupés. Alain Marek, délégué de l’association pour la protection des animaux sauvage, Aspas, en Ariège 

Sous la crête de Séron - Commune d’Ustou (Ariège en région Occitanie)
Sous la crête de Séron - Commune d’Ustou (Ariège en région Occitanie) Crédits : Lina Skoglund

Pour aller plus loin

Demain, Épisode 2 : Les hommes des hautes montagnes

L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......