LE DIRECT
 "Le Petit Journal" 26 juin 1898 : Paul Deschanel

La folle aventure du Président Deschanel : Aux innocents les pieds propres

1h

Paul Deschanel avait deux ambitions dans la vie : entrer à l'académie Française, et devenir Président de la République. Le destin l'a exaucé.

 "Le Petit Journal" 26 juin 1898 : Paul Deschanel
"Le Petit Journal" 26 juin 1898 : Paul Deschanel Crédits : Bianchetti/leemage - AFP

Un documentaire d''Olivier Chaumelle. Réalisation : Yvon Croizier. Prise de son Pascal Bodin. Archives INA Philippe Chaligné. Textes lus par Laurent Lederer

signature de Paul Deschanel 1913
signature de Paul Deschanel 1913

C'était un homme absolument exquis, subtil, spirituel, d'une éloquence exemplaire, élégant au point d'imposer autour de lui la queue-de-pie et le huit-reflets. Et puis, il s'est mis doucement à dérailler.

Entré à l'Élysée le 17 janvier 1920, il montre une attitude de plus en plus déconcertante lors de ses voyages officiels. Le summum est atteint dans la nuit du 23 au 24 mai 1920 : Paul Deschanel part de la gare de Lyon, dans son train présidentiel, le 23 à 21h30. Il doit inaugurer à Montbrison, le lendemain matin, un monument à la gloire d'Émile Reymond, aviateur, sénateur de la Loire, mort au combat en 1914. Vers 23h45, il bascule par la fenêtre de son compartiment privé et tombe le long des voies peu avant Montargis. Par miracle, il n'a que quelques ecchymoses. Un cheminot le découvre juste après, qui marche en pyjama le long du chemin de fer. Le brave homme ne croit pas un instant aux allégations de l'inconnu qui lui assure être le Président de la République, mais le confie à son collègue garde-barrière qui lui donnera les premiers soins, avant qu'un médecin ne l'identifie et le conduise à la sous-préfecture de Montargis. À bord du train présidentiel, personne n'a rien remarqué - des ordres ont été donnés de ne pas le déranger - et ça n'est qu'à sept heures du matin, en gare de Roanne, qu'on s'apercevra de la disparition du Président. Le monument à Reymond sera inauguré tout de même, par le Ministre de l'Intérieur et le sous-préfet de Montbrison, sans Paul Deschanel. La presse est stupéfaite de l'accident du Président de la République, et les chansonniers s'en donneront à cœur joie sur l'événement. On a par la suite grandement exagéré les bizarreries de Paul Deschanel. Il était cependant incontestablement atteint de troubles mentaux, qui le conduiront à démissionner de sa charge le 21 septembre 1920, après un très bref septennat de sept mois.

Avec les archives de André Castelot, Jean Clerc-Guyot, Alain Decaux, Pierre Miquel

  • et Thierry Billard, auteur de Paul Deschanel, Belfond 1991
  • Patrice Delbourg, écrivain
  • Michaël Lathière, guide-conférencier à Montbrison
  • Gérard Milleret, psychiatre
  • Jean-Paul Ollivier, journaliste, auteur de "Présidents de la République, Readers Digest 2002
  • Georges Poisson, historien et écrivain
L'équipe
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......