LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Mémoires d'un camoufleur" (1918) écrit par Georges Spitzmuller dans le numéro 98 de la Collection Patrie des éditions Rouff
Épisode 2 :

Les artistes, ces maîtres de la dissimulation

29 min

Moquée par les autres soldats dans les premiers mois, la section du camouflage devient très vite la « sixième arme », passant de 30 à plus de 3000 hommes, pour l'essentiel décorateurs de théâtre, sculpteurs et peintres.

"Mémoires d'un camoufleur" (1918) écrit par Georges Spitzmuller dans le numéro 98 de la Collection Patrie des éditions Rouff
"Mémoires d'un camoufleur" (1918) écrit par Georges Spitzmuller dans le numéro 98 de la Collection Patrie des éditions Rouff Crédits : Wikimedia Commons

Lorsque pour la première fois un avion allemand survole Paris le 30 août 1914, la « bombinette » de 2 kgs lâchée rue des Vinaigriers ne fait pas de victime. Les Allemands larguent surtout des tracts afin de déclarer Paris ville ouverte et entamer le moral des Parisiens. Et lorsque des Taube germaniques reviennent quelques jours plus tard, des opportunistes louent des chaises longues sur la Butte Montmartre afin que les Parisiens profitent pleinement de ce nouveau spectacle venu du ciel… 

Ces largages ne resteront pas inoffensifs longtemps. Une nouvelle guerre prend forme, totale, de position, à laquelle il va falloir apporter des réponses nouvelles. Parmi celles-ci et avant tous les autres pays (alliés ou ennemis), la France va développer dès 1915 l'arme des faibles, la stratégie des lâches : le camouflage. Un tournant pour l'état-major français alors que la menace vient désormais du ciel et qu'il faut songer à dissimuler les hommes, les monuments historiques ou le matériel militaire.

2nd épisode : Les artistes, ces maîtres de la dissimulation

En 1915, la section camouflage est lancée dans l'armée française, à l'instigation du peintre académique Lucien Victor Guirand de Scévola et du décorateur Louis Guingot. Son but : tromper l'ennemi venu du ciel en dissimulant sous des vastes toiles peintes les mouvements de troupes ou les pièces d'artilleries.

Moquée par les autres soldats dans les premiers mois, la section devient très vite la « sixième arme », passant de 30 à plus de 3000 hommes, pour l'essentiel des décorateurs de théâtre, des sculpteurs et des peintres.

Surtout, Guirand de Scévola veut recruter les meilleurs artistes du moment, les Cubistes, n'en déplaisent à l'état major qui n'apprécient guère ces peintres scandaleux, un tantinet trop « boches »... Mais grâce à leurs formes aux motifs irréguliers, ils sont les mieux à même de casser les formes. Et ainsi illusionner l'ennemi...

Portrait du peintre Lucien-Victor Guirand de Scevola en 1903. Il deviendra en 1915 chef de l’unité des camoufleurs, également appelés les "caméléons des tranchées"
Portrait du peintre Lucien-Victor Guirand de Scevola en 1903. Il deviendra en 1915 chef de l’unité des camoufleurs, également appelés les "caméléons des tranchées" Crédits : La Revue Illustrée, Wikimedia Commons
Le camouflage des camions
Le camouflage des camions Crédits : Wikimedia Commons

Avec Claire Maingon (universitaire, spécialiste de la guerre et des artistes), Cécile Coutin (conservatrice en chef du patrimoine) et le colonel Thomas Seignon.

A l’occasion du centenaire de l'armistice de 1918.

Un documentaire de Stéphane Bonnefoi, réalisé par Anna Szmuc, prises de son Jean-André Giannechini, mixage Alain Joubert, Documentation et recherche internet, Annelise Signoret,  Archives INA, Marine Decaens.

Écouter
5 min
Le Faux pin peint : Feuilleton produit et interprété par Pierre DAC. Il s'agit de l'adaptation de son roman "Du côté d'ailleurs" mis en ondes pour la radio ORTF France Inter 29/03/1971

Bibliographie et liens

Cécile Coutin, Tromper l’ennemi, éditions Pierre de Taillac, 2015

Xavier Boissel, Paris est un leurre, éditions Inculte, 2017

Claire Maingon, L’art face à la guerre, Presses universitaires de Vincennes, 2015

Thomas Seignon, Peintures de guerre, éditions du Barbotin, 2013

Fabien Sabatès, Jacopozzi le magicien de la lumière, éditions Frédéric Douin, 2017

Le film Paris Mirage de Xavier Boissel (2013, 39') :

Cubisme et camouflage : un mythe de l’histoire de l’art article de Patrick Peccatte, publié sur Déjà Vu, son Carnet dédié à la culture visuelle. On y trouve de nombreuses références et sources dont celle qui renvoie sur ce numéro spécial de l’hebdomadaire satirique La Baïonnette (n° 112, 23 août 1917) sur Les camoufleurs peints par eux-mêmes numérisé par les archives de la BnF. Ou encore cet article issu de l’Almanach illustré du Petit Parisien (1920) sur l’Art du camouflage pendant la guerre 

Le camouflage, c’est de l’art ! Article publié sur le blog consacré aux combattants bretons et normands du 87 DIT.

Souvenirs du camouflage (1914-1918), article de Lucien-Victor Guirand de Scévola, paru dans la Revue des Deux Mondes, en décembre 1949. A lire en ligne sur le site de la revue.

Traces de la Grande Guerre, ce qu'il en reste est un projet collaboratif d’envergure autour de la bande dessinée et de la Première Guerre mondiale. En partenariat avec la ville de Kendal en Angleterre, qui organise chaque année le Lakes International Comic Art festival, l’association On a Marché sur la Bulle publie le 5 octobre 2018  un livre collectif en français et en anglais (deux versions) sur la  thématique des traces de la Grande Guerre, auquel participe 42 écrivains et auteurs de bande dessinée de renom, formant un exceptionnel casting planétaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

L'équipe
Production
Réalisation
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......