LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Exécution d'Eugène Weidmann, 17 juin 1939

L’Affaire Weidmann : le dernier guillotiné en place publique (Versailles 1939)

58 min

Il est 4 h 30 du matin, le jour commence à se lever. La foule se bouscule autour de la guillotine pour apercevoir le condamné à mort, une dernière fois.

Exécution d'Eugène Weidmann, 17 juin 1939
Exécution d'Eugène Weidmann, 17 juin 1939 Crédits : STF / AFP - AFP

Un documentaire d'Olivier Chaumelle. Réalisation : François Teste. Prise de son : Jérémy Tuil, Anthony Thomasson et Stéphane Casalonga. Archives INA : Amélie Briand-Le Jeune et Sandra Escamez

Textes d’Eugène Weidmann et de Renée Jardin lus par Nathalie Duong

Écouter
8 min
- Atelier de création radiophonique : La tête dans la lunette (1991) (un entretien avec Fernand Meyssonier, un des derniers bourreaux en France, le seul qui ait accepté de parler).

Aux beaux jours de 1937 se tient à Paris une Exposition Universelle qui ne sera pas vraiment un succès : la situation internationale et le contexte économique ne sont pas favorables. Néanmoins, la ville-lumière resplendit et attire des foules de touristes étrangers aux portefeuilles bien garnis.

1er épisode : l’affaire Weidmann

"Eugène Weidmann pose fièrement devant la rutilante Vivastella qu'il a volée à Joseph Couffy, sa deuxième victime"
"Eugène Weidmann pose fièrement devant la rutilante Vivastella qu'il a volée à Joseph Couffy, sa deuxième victime" Crédits : "Bibliothèque Municipale de Versailles"

C’est ce fonds de commerce que souhaitent exploiter Eugène Weidmann, ressortissant allemand, et ses complices français, Blanc et Million, rencontrés en prison à Francfort. Weidmann a de belles manières, de la conversation, une grande faculté de conviction, un regard enjôleur, un charme fou. Les victimes sont attirées dans la villa que le trio loue à La Celle-Saint-Cloud ou dans un endroit désert, où elles sont assassinées par Weidmann et Million, et enterrées sur place. De juillet à novembre 1937, deux femmes et quatre hommes sont supprimés pour des butins dérisoires. Weidmann est arrêté en décembre. Certains d’être retrouvés, ses complices se livrent rapidement à la police.

 Badauds assistant à la perquisition de la villa "La Voulzie" à La Celle-Saint-Cloud
Badauds assistant à la perquisition de la villa "La Voulzie" à La Celle-Saint-Cloud Crédits : AFP PHOTO - AFP

2nd épisode : on guillotinera désormais à l’abri des regards

Reproduction d'une lettre de Weidmann commençant par "mes chers parents", datée de Versailles, le 25 mai 1938
Reproduction d'une lettre de Weidmann commençant par "mes chers parents", datée de Versailles, le 25 mai 1938 Crédits : "Bibliothèque Municipale de Versailles"

"Je pensais défendre un monstre ; j'ai rencontré un gentleman". Maître Renée JARDIN

Eugène Weidmann et ses acolytes comparaissent en mars 1939 devant la cour d’assises de la Seine-et-Oise, à Versailles. C’est un grand procès, très spectaculaire et très couru. Weidmann est défendu par le grand Moro-Giafferri, mais ça ne suffira pas : Million et lui sont condamnés à la peine capitale. Le 16 juin 1939, Albert Lebrun, président de la République, signe la grâce de Million mais pas celle de Weidmann, qui est l’auteur principal des six assassinats. On prépare l’exécution pour le lendemain matin. Les bois de justice sont montés la nuit même devant le porche de la prison Saint-Pierre à Versailles, aussi “discrètement” que possible. Bizarrement, une erreur grossière est commise sur l’heure du lever du soleil. En principe, on tranche la tête des condamnés juste avant l’aurore. Mais là, il fait déjà grand jour quand on réveille Weidmann. La police peine à contenir une foule compacte, qui se masse à quelques mètres seulement de la guillotine. Les conditions de lumière permettent la prise de nombreux clichés photographiques et même d’un film. La foule est hystérique, le désordre est total. Scandalisé, Daladier signe la semaine suivante le décret-loi qui met fin aux exécutions publiques. Cette pratique archaïque avait beaucoup d’adeptes fanatiques, mais bien peu le caractère dissuasif qu’on lui prêtait. On continuera pendant quarante ans à couper des têtes, mais dans le secret de la prison.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Avec :

  • Anne Carol, historienne
  • Sylvain Larue, écrivain
  • Nicolas Picard, historien
  • Emmanuel Taïeb, politiste
  • Dominique Lanzalavi, documentariste et écrivain

Bibliographie :

Bibliographie

L'équipe
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......