LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Morante de la Puebla

Les toreros meurent aussi

59 min

Au pays du Toro-Roi, la tauromachie meurt aussi. La corrida, un éternel questionnement ; une impossible réconciliation.

Morante de la Puebla
Morante de la Puebla Crédits : Olivier Causse

Un documentaire de Stéphane Bonnefoi. Réalisé par Anna Szmuc. Prises de son Yann Fressy. Mixage Olivier Dupré. Archives INA Marthe Laurent Clotilde Fyot.

Devant le phénomène tauromachique, je me sens aujourd'hui comme démuni. Après trois décennies d'aficion, née alors que j'étais enfant à Nîmes, je me questionne sur la portée de ce drame public hors norme, aujourd'hui menacé en Espagne comme en France.

Taureaux de Yonnet
Taureaux de Yonnet Crédits : Anna Szmuc

Si la corrida fédérait un large public dans les années 80 et 90, le portrait type de l'aficionado est aujourd'hui assimilé à celui d'un « vieux nanti », tendance chasse, pêche, nature et traditions...

La crise économique, la question du droit des animaux et de la protection des mineurs ont fait évoluer les consciences... Pour autant, l'interdiction de la corrida est-elle une priorité et surtout représente-elle un progrès pour notre société ?

Si je porte à présent sur elle un regard critique, je considère toujours la corrida comme la forme la plus vivante de l'art. Une pratique dont il est difficile - pour ne pas dire impossible, de parler sans l'avoir réellement rencontrée – sinon à entendre les sempiternels débats stériles et violents qui divisent les deux camps. Impossible à réconcilier, puisqu'ils ne parlent pas de la même expérience...

Premier épisode : 1985 - l'état de grâce

Ma passion pour la tauromachie n'a jamais été aussi pure que cette fin d'après-midi du 29 septembre 1985, dans les arènes de Nîmes, où je la découvrais en toute innocence.

J'allais avoir 14 ans. J'ignorais tout de ses codes et de ses rites. De ses enjeux économiques, des embrouilles aussi de ce petit milieu que l'on nomme Mundillo. J'ignorais jusqu'à la mort qui allait prendre forme sous mes yeux, sous un soleil sans partage.

"Quel chemin intérieur cette mise en scène déraisonnable, si loin de mes origines sociales, a-t-elle emprunté ? Et si la corrida avait forgé ma sensibilité..."

Élèves du centre de tauromachie de Nîmes
Élèves du centre de tauromachie de Nîmes Crédits : Anna Szmuc

Trente ans plus tard, je n'ai rien oublié de ces années, qui sont aussi les grandes années de la tauromachie en France...

Second épisode : La mort du torero ou l'âge de raison ?

Aujourd'hui, les combats menés par les anti-corridas redoublent. Leurs actions sont plus violentes et mieux reçues par la société. Plus violentes aussi car les aficionados se sentent menacés...

"Les taureaux se battent entre eux de façon naturelle sur les terrains alors qu'ils sont en liberté. Ce sont des animaux belliqueux qui ne pensent qu'à se bagarrer." C'est un animal qui a été sélectionné pour sa combativité et toutes ses caractéristiques. Il n'a pas d'autre utilité que la corrida. Si c'est pour la boucherie, on n'élèvera pas les taureaux de combat. La race disparaîtra, c'est certain. Il y en aura peut-être dans les zoos...

Au pays du toro-roi, en Espagne, le nombre d'arènes qui proposent au moins une corrida a chuté de moitié. Une hécatombe. La corrida semble condamnée si elle n'évolue pas. Mais cette tradition séculaire en a-t-elle la ressource ?

Luis Bolivar
Luis Bolivar Crédits : Olivier Causse

Trente ans plus tard, ma foi vacille et cherche une voie – improbable - de conciliation entre la revendication des uns et la passion des autres. Loin des discours manichéens, je questionne ces aficionados qui, comme moi, cherchent et doutent...

Avec

  • Frédéric Pascal, ancien matador de toros et président du syndicat des toreros français
  • Francine Yonnet, éleveur de toros de combat et médecin
  • Jacques Durand, écrivain et ancien chroniqueur au journal Libération
  • Morenito de Nîmes, ancien matador de toros, et ses apprentis novilleros du Centre de tauromachie de Nîmes

La revue Terres taurines

Le torero José Tomas gracie un toro à Nîmes

La corrida nîmoise du 29 septembre 1985

Chroniques
L'équipe
Coordination
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......