LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Albert Dieudonné dans le film "Napoléon" (1927) d'Abel Gance
Épisode 1 :

L’incroyable incarnation

29 min

Un jour de mars 1976, dans le minuscule village de Courçay, en Touraine, on inhume un homme de 86 ans qui a expressément demandé à être enterré dans le costume de Napoléon Bonaparte. Cet homme s’appelle Albert Sorré, mais il a choisi très jeune de porter le patronyme de sa mère, Dieudonné.

Albert Dieudonné dans "Napoléon" d'Abel Gance (1927). Sur cette image, il est encore Bonaparte
Albert Dieudonné dans "Napoléon" d'Abel Gance (1927). Sur cette image, il est encore Bonaparte Crédits : Picture-alliance // MaxPPP - Maxppp

La dernière volonté d'Albert Sorré sera donc bien respectée : Albert Dieudonné est le nom à présent gravé dans la pierre de ce très modeste caveau familial.

Sépulture d'Albert Dieudonné à Courçay (Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire)
Sépulture d'Albert Dieudonné à Courçay (Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire) Crédits : Joël Thibault - CC BY-SA 4.0 - Wikipédia

Des "Napoléon", il y en a plein les asiles psychiatriques. C’est même devenu la figure d’Épinal du malade mental qui déambule dans un parc, la main dans le veston, avec ou sans chapeau. Tant il est vrai que le fascinant personnage de Bonaparte a pu rendre certains littéralement fous… Encore récemment, en 2019, Oleg Sokolov, un historien russe spécialiste reconnu de l’Empereur, a assassiné et démembré une de ses anciennes étudiantes dont il pensait qu’elle était la réincarnation de Joséphine…

Il fait le job, c’est-à-dire qu’il va incarner Napoléon au point tel, qu’à certain moment, on lui demande de s’habiller en Napoléon... Albert Dieudonné, qui comprend tout de suite de quoi il s’agit, parce qu’il savait comment les Ajacciens réagissaient en sa présence, se met aussi au balcon et salue la foule et là, c’est le délire. Pour dire dans quelle osmose on était à cette époque-là. Jean-Marc Olivesi, directeur du musée Napoléon d’Ajaccio (Corse-du-Sud)

Extrait du triptyque final du "Napoléon" d'Abel Gance, 1927
Extrait du triptyque final du "Napoléon" d'Abel Gance, 1927 Crédits : Ciné France Films / Collection Christophe L

Mais la plus belle folie napoléonienne, c’est probablement celle d’Albert Dieudonné. Car nous allons vous confier et vous conter un secret précieux : Lui, il était vraiment Napoléon…

Épisode 1 : L’incroyable incarnation

Nous remontons aux sources du mystère Dieudonné, comme on dirait le mystère Picasso… Comment cet acteur est-il parvenu à jouer en 1925 dans cette superproduction devenue mythique, sous la direction du réalisateur vedette de l’époque, Abel Gance, l’un des pionniers du cinéma et aussi important qu’Eisenstein, Griffith ou Chaplin…

Écouter
1 min
Albert Dieudonné au micro de Roger Régent à propos du rôle de Napoléon dans le film d'Abel Gance en 1969 sur l'ORTF

J'ai toujours été un passionné d'histoire, même dans mon âge le plus tendre. J'étais passionné par la Révolution et naturellement l'Empire et l'Empereur. Je pourrais presque dire que j'ai appris à lire dans le Mémorial (Mémorial de Sainte-Hélène) d'Emmanuel de Las Cases-... Je ne dis pas que je voulais devenir Napoléon. Être Napoléon, c'est bien difficile, il faudrait faire de la politique, c'est encore très difficile et très dangereux. Alors un jour, j'ai eu un trait de lumière et je me dis : si je ne peux pas être réellement Napoléon dans la vie, je pourrais peut-être le devenir soit au théâtre soit au cinéma. Tout le monde trouvait que j'avais une ressemblance physique avec Napoléon. Albert Dieudonné

Albert Dieudonné dans le rôle principal du film d'Abel Gance "Napoléon" (1927)
Albert Dieudonné dans le rôle principal du film d'Abel Gance "Napoléon" (1927) Crédits : Picture-alliance // MaxPPP - Maxppp

Albert Dieudonné s’est battu pour récupérer un rôle pourtant déjà promis à quelqu’un d’autre, en réussissant un incroyable coup de poker auprès de Gance. Et le résultat à l’écran est prodigieux : la performance d’Albert est saisissante.

C’est en avril 1925 en Corse que l’étrange fusion entre l’acteur et son personnage s’est produite, au contact direct de la population car le tournage se déroulait en décors naturels. On rapporte de véritables scènes d’hallucinations collectives dans lesquelles certains ajacciens avaient le sentiment d’avoir sous leurs yeux la réincarnation de l’Empereur. Même les abeilles en étaient convaincues…

De génération en génération, ces souvenirs sont restés vivaces sur l’ile, et Jean-Guy Talamoni nous parle de sa grand-mère…

On ne peut pas dire qu’Albert Dieudonné se baladait dans la vie une main dans le gilet et un petit chapeau gris sur la tête mais malgré tout il avait été l’empereur, c’était sa carrière, sa vie. On n’est pas impunément Napoléon 1er. François Fouvart, journal de France Inter, lorsqu'il annonce le décès d'Albert Dieudonné

Avec par ordre d’entrée en scène :

Christine Leteux, historienne de cinéma ; Philippe Caubère, comédien et metteur en scène ; Hervé Dumont, historien de cinéma : Jean-Pierre Mattei,  fondateur de la Cinémathèque de Corse ; Jean-Guy Talamoni, Président de l’Assemblée de Corse ; Jean-Marc Olivesi, Directeur du Musée national de la Maison Bonaparte à Ajaccio ; Thierry Frémont, comédien ; Sandrine Bonnaire, comédienne et metteur en scène ; Jean-Pierre Salvarelli, psychiatre.

Archives INA : Avec les voix d'Arletty (1898-1992), Albert Dieudonné (1889-1976) et Abel Gance (1889-1981)                  

Un documentaire de Marc Guidoni, réalisé par Laurent Paulré. Prise de son Hadrien Bacci ; mixage Valérie Lavallard. Archives INA, Anne Brulant. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France et Quentin Vaganay.

Albert Dieudonné dans "Napoléon" d'Abel Gance (1927)
Albert Dieudonné dans "Napoléon" d'Abel Gance (1927) Crédits : Picture-alliance // MaxPPP - Maxppp

Musique

  • Extrait de la restauration du film par Kevin Brownlow, album Napoléon (2016 Soundrack recording) : On the run composé par Carl Davis, interprété par Carl Davis and the Philarmonia Orchestra
  • Extraits de : The Next Song N*10 de Dominique Grimaud - Shadow journal de Max Richter - Catch de Belp - November early de Jacaszek

Bibliographie sélective

Liens

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Demain, épisode 2 : Le vertige intérieur

L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......