LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Emeutes du 6 février 1934, place de la Concorde.
Épisode 1 :

L'affaire Alexandre Stavisky

29 min

Dijon, 20 février 1934 : sur les rails, à La Combe-aux-Fées près de Dijon, repose le corps déchiqueté d’un homme élégant d’une cinquantaine d’années. Le Conseiller Albert Prince est mort, dans une France secouée.

Emeutes du 6 février 1934, place de la Concorde.
Emeutes du 6 février 1934, place de la Concorde. Crédits : Crédits : AFP - AFP

Début 1934, la IIIème République vacille. La faute à un homme : Alexandre Stavisky. 

1er épisode : L’affaire Alexandre Stavisky : « suicidé d’un coup de revolver tiré à bout portant »

Cet escroc mondain domicilié à l’hôtel Claridge reçoit du beau monde à sa table. Parlementaires, magistrats, policiers : ses amis sont assez nombreux pour couvrir ses arnaques à hauteur de centaines de millions de francs volés aux petits contribuables. Quand l’affaire éclate, Stavisky prend la fuite, et est retrouvé le 8 janvier « suicidé d’un coup de revolver tiré à bout portant ». La rue gronde, la République tremble.

6 février 1934, place de la République à Paris
6 février 1934, place de la République à Paris Crédits : Crédits : Archives Nationales

Stavisky a bénéficié de 19 remises du parquet. Or, dès 1930, des rapports de police insistaient pour ouvrir une enquête sur ses entreprises. Ces rapports n’avaient jamais eu de suite. Quelqu’un a-t-il protégé Stavisky dans la magistrature ? C’est Albert Prince, chef de la section financière, qui avait reçu ces rapports. Ils auraient dû remonter à son supérieur, le procureur de la République Pressard, mais ce dernier, beau-frère de Chautemps, ex-président du Conseil, prétend ne jamais les avoir vus. Prince a des preuves que Pressard les a bien reçus, il a rendez-vous pour les montrer le 21 février. 

Difficile de se rendre au rendez-vous après être passé sous un train, la veille au soir. A côté de lui, on retrouve un couteau maculé de sang. A sa cheville droite, une cordelette en chanvre. 

Avec : Pierre Cornut-Gentille, avocat ; Jean-Marc Berlière, historien ; Bruno Fuligni, écrivain ; Jean-François Miniac, écrivain.

Photo des inspecteurs à la Combe-aux-Fées le 21 février 1934 provenant du Voilà du 3 mars 1934
Photo des inspecteurs à la Combe-aux-Fées le 21 février 1934 provenant du Voilà du 3 mars 1934 Crédits : Archives Nationales

Un documentaire de Romain Weber, réalisé par Yvon Croizier. Lectures : Gilles Lacombe. Archives INA : Inès Barja ; Recherche et documentation internet : Annelise Signoret ; Collaboration Pascaline Bonnet et Némo Camus. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un scandale d'Etat, l'affaire Prince, Pierre Cornut-Gentille, Perrin, 2010

- Ils ont tué mon père. L'affaire Prince, 1934, Gisèle Dessaux Prince, Plon, 1995

- Les grandes affaires criminelles du rail, Jean-François Miniac, Editions de Borée, 2013

- Secrets d'Etat, Bruno Fuligni, Editions de l'Iconoclaste, 2014

- Mon père, l'inspecteur Bonny, Jacques Bonny, Robert Laffont, 1975

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Écouter
1 min
Recit / Fiction sur la mort de Stavisky (conclusion) Apres 20 ans l'affaire STAVISKY : Evocation d'Alain Decaux 21/01/1959
L'équipe
Production
Réalisation
Coordination
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......