LE DIRECT
Le chemin de la guérison

Momie - La vie à deux voix, une histoire d’amitié et de guérison

59 min

Paralysée de la tête aux pieds en quelques jours Contrainte au mutisme le plus complet mais consciente, l’esprit et l’oreille toujours alertes. C'est Hélène, dont voici l'histoire.

Le chemin de la guérison
Le chemin de la guérison Crédits : Martine Abat

Un documentaire de Martine Abat et Camille Lafrance. Mixage par Pierre Devallet à Bruxelles, à Paris par Jehan-Richard Dufour. Réalisation à Paris par Nathalie Salles. Lectures de Christine Brucher. Musique de Nathan Bloch. Documentaire soutenu par le Fonds Gulliver de la RTBF, la SCAM France et la SCAM Belgique, la SACD Belgique, la Région Wallonie Bruxelles et la SSA.

Il y a 10 ans Hélène s’est retrouvée paralysée de la tête aux pieds en quelques jours, frappée par le syndrome de Guillain-Barré, une maladie auto-immune qui interrompt la connexion entre neurones et muscles. Elle s’est retrouvée aimantée à son lit d’hôpital à Tours, sous perfusion et respiration artificielle. Elle ne pouvait bouger le moindre cil, ni donc manifester le moindre signe vers l’extérieur. Contrainte au mutisme le plus complet mais consciente, l’esprit et l’oreille toujours alertes.

Pendant plusieurs mois, à intervalles très réguliers, cet hiver 2005, elle recevait les lettres de son amie Claire, qui ne pouvait lui rendre visite. Les phrases de Claire qui lui étaient destinées, c’est sa fille Camille qui les lui dévoilait à voix haute, au rythme des bips des machineries qui la maintenaient en vie. Des mots auxquels elle n’était pas en mesure de réagir mais qui lui faisaient oublier, l’espace de quelques instants, l’odeur de Bétadine et de javel du bloc de Réa 3.

Sérénité
Sérénité Crédits : Camille Lafrance

Elle a dû attendre des mois de convalescence pour réapprendre à se servir de ses muscles. Et puis elle a choisi de répondre, une à une, aux lettres de Claire. Une correspondance à contretemps, qu’elles ont réunies dans un recueil destiné à elles deux intitulé : « La vie à deux voix ».

1er épisode : Où Hélène passera par la montée, le plateau et la descente

Le syndrome de Guillain-Barré est l’une des maladies neuromusculaires les plus fréquentes. En France, 1 à 2 personnes sur 10 000 en sont atteintes chaque année.

Plateaux, descentes....
Plateaux, descentes.... Crédits : Camille Lafrance

Incapable de communiquer, prisonnière de son corps, Hélène a vécu une expérience limite. Emmurée, elle était comme une momie dans un sarcophage.

"Je suis en larmes parce que tes descriptions précises des lieux et des objets me montrent à quel point je suis attachée à tout cela et à quel point j'ai envie de revoir ce chalet, de revivre ces matins, de sentir ces odeurs...

"Je suis contente, malgré mon état pitoyable; je peux encore être considérée comme sympathique"

Les lettres de son amie Claire ouvraient l’espace et représentaient l’une des rares fenêtres de la chambre d’hôpital vers le monde et de l’esprit d’Hélène en dehors d’elle-même. Une échappée providentielle à son enfermement. Ce sont des lettres très sensitives, qui évoquent les odeurs de la nature, le paysage, le froid, les bruits du quotidien. Figée sur son lit, elle les attendait avec impatience. Dès qu’elle l’a pu, elle a répondu à chacune d'elles pour tenter de mettre des mots sur son expérience et témoigner. Ses réponses disent la peur de mourir, la douleur, la culpabilité, la joie des souvenirs, la honte d’être malade, l’humour toujours présent malgré tout, le regard caustique et plein d’humanité porté sur le monde extérieur.

"Dès que tu pourras tenir un stylo, tu m'écriras pour me raconter tout ce que tu as vu. Promis ?!

"Accroche-toi ! Chante-toi des chansons ! Raconte-toi des histoires où tu es la belle vedette comme dans les feuilletons américains. Fais des voyages et refais tout ceux que tu as déjà faits! Je pense à toi tout le temps."

2nd épisode : Où désormais, Hélène sait qu’elle a des pieds

Enfermée dans son corps, Hélène attend la guérison. Son esprit fonctionne à plein régime, elle s’invente des promenades, des voyages, elle est agacée par les conversations privées du personnel médical qui oublie sa présence, elle a très soif. Elle bout intérieurement, insulte son entourage, elle est en colère mais elle nous fait rire. Elle oublie la notion du temps. Son corps est comme celui d’un nouveau-né qu’on manipule, relié par des tubes à des substances vitales, à de l’air.

"Tu bouges moins vite qu'une tortue, qu'un limaçon, qu'un paresseux, qu'une huître; j'espère surtout que ce retour à la vie et au mouvement dans ton corps ne te fait pas trop mal. C'est comme si une centrale électrique redémarrait..."

L'Amitié
L'Amitié Crédits : Martine Abat

"Je suis la mouette à qui on enlève délicatement son mazout"

Aujourd’hui Hélène est rétablie, après des mois de convalescence, elle a su réapprendre à se servir de ses muscles, aucune trace de son expérience n’est perceptible lorsqu’on la rencontre. Dès qu’on lui a ôté l’intubation la première chose qu’elle a exprimée c’est l’importance des lettres de son amie, l’une des seules lueurs à mêmes de la sortir de son enfermement.

"Ma vieille, tu es en train de faire la nique à Guillain et Barré ! Ils ont qu'à bien se tenir ces deux tâches ! Alors continue comme çà ! Tu tiens le bon bout, la sortie s'annonce !"

Chroniques

Bibliographie

Palladium

PalladiumStock, 2013

L'équipe
Coordination
À venir dans ... secondes ...par......