LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Rirette Maîtrejean (1887-1968, de son vrai patronyme Anna Henriette Estorges), autour de 1913
Épisode 2 :

Dans la tourmente de la "Bande à Bonnot"

28 min

Si le refus du salariat pousse les anarchistes individualistes à inventer d’autres modes de consommation, l’argent reste un problème : chapardage, vol à la tire, cambriolage et faux-monnayage, ils sont nombreux les camarades de Rirette Maîtrejean à prendre le chemin de l’illégalisme.

Rirette Maîtrejean (1887-1968, de son vrai patronyme Anna Henriette Estorges), autour de 1913.
Rirette Maîtrejean (1887-1968, de son vrai patronyme Anna Henriette Estorges), autour de 1913. Crédits : Wikipédia - Domaine public

Une voie que Rirette désapprouve et qui prendra une tournure dramatique avec l’arrivée de Jules Bonnot dans sa communauté. 

Second épisode : Dans la tourmente de la "Bande à Bonnot"

La série de hold-up sanglants perpétrés par Jules Bonnot, dès fin 1911, provoquera l’éclatement du milieu anarchiste individualiste : 1 500 personnes seront perquisitionnées, Rirette et Victor Serge seront arrêtés pour complicité et emprisonnés dès mars 1912. Le procès des "survivants de la bande à Bonnot" aura lieu en février 1913 : Rirette en ressortira libre, contrairement à Victor Serge dont la vie va devenir une longue suite d’épreuves, entre emprisonnements et exils.

Jusque là, les anarchistes étaient souvent des petits chapardeurs, même des petits cambrioleurs, surtout des faux monnayeurs. Pas tous, mais il y en avait quelques uns. Tout à coup, ces garçons, qui étaient tous des très jeunes gens et qui étaient tous plein de vie, plein d'allant, se sont embarqués pour des choses beaucoup plus graves mais insensiblement. Et puis, il est arrivé de Lyon, Bonnot, qui était, si j'ose dire, le seul vrai bandit authentique de la bande et qui les a entrainés parce qu'il avait quelque chose que personne n'avait à ce moment-là dans notre milieu, qui était tout à fait rare : c'est qu'il savait conduire une automobile. Rirette Maitrejean

Photos anthropométriques de 1912 : En haut, Victor Serge (Viktor Lvovitch Kibaltchitch, 1890-1947) ; en bas, Henri Crozat de Fleury (1886-date et lieu inconnus)
Photos anthropométriques de 1912 : En haut, Victor Serge (Viktor Lvovitch Kibaltchitch, 1890-1947) ; en bas, Henri Crozat de Fleury (1886-date et lieu inconnus) Crédits : Bibliothèque nationale de France/Maxppp - Maxppp

Rirette, quant à elle, publiera ses mémoires en août 1913 ; le ton acerbe de ses écrits la mettra au ban du milieu anarchiste individualiste. Elle se fera alors plus discrète et continuera à travailler dans la presse comme correctrice. Devenue totalement aveugle à la fin de ses jours, elle s’éteindra dans une maison de repos entourée des siens, fidèle à ses convictions libertaires jusqu’à son dernier souffle.

Écouter
1 min
Archine INA : Dans "Les Beaux jours de Romainville", Rirette Maîtrejean évoque les différences entre anarchistes individualistes et illégalistes (Chaîne nationale, 19.07.1959)

Intervenants

  • Anita Ubel, arrière petite-fille de Rirette Maîtrejean
  • Anne Steiner, maître de conférence en sociologie à l'université de Paris Ouest-Nanterre, auteure de Rirette l’insoumise et En dehors, anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle Epoque
  • Sylvie Gravagna, comédienne, metteuse en scène, auteure de théâtre de la compagnie Un pas de côté
  • Frédéric Lavignette, journaliste et auteur de La bande à Bonnot à travers la presse de l'époque
1913 : Procès des survivants de la Bande à Bonnot.
1913 : Procès des survivants de la Bande à Bonnot. Crédits : Domaine public - Wikipdia - Deseconhecido

Bibliographie

Rirette Maîtrejean et les anarchistes individualistes :

Couverture de l'ouvrage d'Anne Steiner, "Rirette l'insoumise"
Couverture de l'ouvrage d'Anne Steiner, "Rirette l'insoumise" Crédits : Éditions Mille Sources (2013)
Couverture de l'ouvrage de l'ouvrage de Frédéric Lavignette
Couverture de l'ouvrage de l'ouvrage de Frédéric Lavignette Crédits : Éditions Fage (2008)

Sur les anarchistes, d’autres pistes de lecture : 

Coupures de presse annonçant le décès de Rirette Maîtrejean en juin 1968. Elle était âgée de 79 ans.
Coupures de presse annonçant le décès de Rirette Maîtrejean en juin 1968. Elle était âgée de 79 ans. Crédits : Laurent Paulré

Archive INA : "Le bureau des rêves perdus", émission de Louis Mollion, "Les rêves perdus de Rirette Maîtrejean" (France Culture, 17.10.1957)

Le journal, c'est terminé. Son amour pour Victor est mis à mal. Elle a souffert en préventive. Et elle a l'impression que les idéaux portés par Libertad, porté par le mouvement individualiste, ont été trahis par ces illégalistes forcenés et elle leur en veut. Et eux lui en veulent de les avoir dépeints sous un jour comme ça, cruellement ironique dans ses souvenirs. Anne Steiner

Musique : Robert Haigh, Winter ships (Creatures of the deep, 2017) - Suso Saiz & Suzanne Kraft , Beloved Din (Between no things, 2020) - Jasmine Guffond & Erik K Skodvin, The burrower (The Burrow, 2020) - Chris Abrahams, Surface level 1 (Appearance, 2020) - Bobby Mc Ferrin, Pavane, opus 50 (album Kuschelklassik 1, 1996)

Écouter
1 min
Archive INA : Dans "Un matin d'avril boulevard Arago", Rirette Maîtrejean se souvient du verdict du procès de La Bande à Bonnot le 27 février 1913 (Chaîne parisienne, 27.09.1959)

Un documentaire de Céline du Chéné, réalisé par Laurent Paulré. Prise de son, Hélène Langlois ; mixage, Bruno Mourlan. Archives INA, Véronique Jolivet. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France et Elna Fraysse, stagiaire.

Pour aller plus loin

Rirette Maîtrejean (Anna Estorges, 1887-1968) et Mauricius (Maurice Vandamme, 1886-1974)
Rirette Maîtrejean (Anna Estorges, 1887-1968) et Mauricius (Maurice Vandamme, 1886-1974) Crédits : Le Maitron (maitron.fr)
  • Anarchistes et bandits : texte d’André Girard, militant anarchiste (1860-1942), paru dans Les Temps nouveaux en 1914, à lire sur Gallica.
  • La bande tragique aux assises : article paru dans L’Illustration du 8 février 1913, en ligne sur le site Gutenberg.org.
  • Les Souvenirs d’anarchie de Rirette Maîtrejean ont été publiés en feuilleton dans Le Matin, du 18 au 31 août 1913. Ici, le premier épisode, en date du 18 août 1913.
  • Le Maitron, dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social.
L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......