LE DIRECT
L'héroïne des droits civiques Rosa Parks assiste à la cérémonie d'inauguration "Marching Toward Justice: The History of the 14th Amendment of the US Constitution" au Thurgood Marshall Federal Judiciary Building, à Washington, DC
Épisode 1 :

Rosa Parks, pas celle que vous imaginez

28 min

Rosa Parks, un visage, un acte, une femme noire qui dit non. Elle est pour toujours identifiée à ce geste qui fait rupture, qui dit non à la ségrégation, à la résignation.

Rosa Louise McCauley Parks (1913-2005), militante américaine des droits civiques. Photo prise lors de son arrestation, le 1er décembre 1955, pour avoir refusé de céder sa place à un passager blanc dans un bus de Montgomery (Alabama)
Rosa Louise McCauley Parks (1913-2005), militante américaine des droits civiques. Photo prise lors de son arrestation, le 1er décembre 1955, pour avoir refusé de céder sa place à un passager blanc dans un bus de Montgomery (Alabama) Crédits : Universal History Archive - Getty

Dans les livres d’histoire, nous savons que le 1er décembre 1955, elle a refusé de céder son siège à un blanc parce que noire. Elle a été immortalisée dans des photos, la plupart des reconstitutions. Elle est assise dans le bus, isolée. Un homme blanc seul est assis non loin. Rosa est présentée comme une figure abstraite sans contexte, sans colère. Le New York Times la dénommera quelques années plus tard la matriarche accidentelle du mouvement des droits civiques. Mais son refus, certes spontané dans le bus, n’a en réalité rien d’accidentel : En 1954, la Cour suprême appelle les États à mettre en œuvre, avec diligence, l’arrêt Brown versus Board of Education, il sonne le glas ségrégation des écoles. Les activistes le comprennent et multiplient les actions car, la loi tarde systématiquement à être appliquée localement. Rosa Parks se rend dans une école socialiste pour activistes où elle suit les cours de la militante Septima Clarks, quelques mois avant l’épisode du bus. Les techniques de boycott y sont enseignées, comme les campagnes politiques, pour marquer l'opinion publique. 

Épisode 1 : Rosa Parks - Pas celle que vous imaginez !

Les gens racontent que j'ai refusé de céder mon siège parce que j'étais fatiguée, mais ce n'est pas vrai. Je n'étais pas fatiguée physiquement, ou pas plus que d'habitude à la fin d'une journée de travail. Je n'étais pas vieille, alors que certains donnent de moi l'image d'une vieille. J'avais 42 ans. Non, la seule fatigue que j'avais était celle de céder. Rosa Parks  

Le Musée Henry Ford présente le bus dans lequel Rosa Parks,  la légende américaine des droits civiques, a été arrêtée, le 1er décembre 1955, à Montgomery (Alabama)
Le Musée Henry Ford présente le bus dans lequel Rosa Parks, la légende américaine des droits civiques, a été arrêtée, le 1er décembre 1955, à Montgomery (Alabama) Crédits : JEFF KOWALSKY - AFP

Nous remontons le cours des luttes de Rosa Parks, des organisations de femmes et des mouvements de lutte pour les droits civiques qui cherchent à ouvrir une brèche dans l’escarcelle des lois Jim Crow qui, selon la formule de l’historien Comer Vann Woodward, accordèrent "à la violence raciale la majesté de la loi". Au tournant du XXème siècle, les Afro-Américains partent par centaines de milliers du Sud pour fuir et trouver du travail dans le Nord : les historiens estiment à pas moins de 1,5 millions le nombre de personnes entre 1916 et 1930. L’affaire des "Scottoros Boys" éclate en 1931, justement dans un train : 9 jeunes noirs en sont sortis manu militari et accusés à tort d’avoir perpétué des viols sur des femmes blanches. Leur destin est connu d’avance : la peine capitale. Une mobilisation retentissante s’organise, elle sera le creuset de l’engagement politique de Raymond et Rosa Parks. Ils sont jeunes, de la classe ouvrière proche d’organisations de travailleurs socialistes, des communistes, et ils découvrent la force de leur engagement et de leur amour dans ces années là. Couturière, instruite, Rosa Parks n'a jamais rejeté sa proximité avec diverses figures du socialisme radical et lorsque les sirènes du maccarthysme demandèrent aux dirigeants de la NAACP, association militant pour les droits civiques et l’égalité réelle des noirs américains, de "trier dans leurs rangs les rouges parmi les noirs", elle refusera de lâcher ses compagnon.e.s de lutte.

Reconstitution, le 21 décembre 1956 : Rosa Parks est assise à l'avant d'un bus à Montgomery (Alabama), comme lors de son arrestation. L'homme, assis derrière elle, est Nicholas C. Chriss, journaliste pour United Press International d'Atlanta
Reconstitution, le 21 décembre 1956 : Rosa Parks est assise à l'avant d'un bus à Montgomery (Alabama), comme lors de son arrestation. L'homme, assis derrière elle, est Nicholas C. Chriss, journaliste pour United Press International d'Atlanta Crédits : Bettmann - Getty

Le 2 mars, Claudette Colvin, quinze ans, est arrêtée pour violation de l’ordonnance municipale sur la ségrégation. Loin de se laisser faire, la jeune fille se débattit lorsque deux policiers tentèrent de lui faire quitter le bus de force, alertant les passants. Pour le WPC, voir une jeune fille se faire ainsi malmener par la police était l’humiliation de trop. Les membres sont prêts à lancer le boycott. Catherine Rolland-Diamond

Il existe une histoire mythifiée de Rosa Parks, quasi mensongère, la présentant comme "douce et inoffensive", mais Rosa Parks est une militante éprouvée et qui parle et agit sans relâche. Dès les années 40, elle s’implique dans la NAACP, les ligues pour le droit de vote et contre la ségrégation dans les écoles : elle instruit et documente, pour la NAACP, les lourds dossiers de plaintes au pénal contre la violence raciale en Alabama. Elle vivra modestement. En 1965 à 52 ans, elle accède enfin à la dignité d’un emploi stable et payé au bureau du nouvel élu noir du Congrès : John Conyers. Si elle a ouvert la voie à un changement historique, elle aussi a constitué les archives des combats des Africains-Américains. Elle fut une organisatrice de base au niveau local et communautaire et a écrit toute sa vie dans des cahiers sauvés, in extremis, de l’oubli.

Comment s’est opéré ce court-circuit dans la mémoire collective oblitérant l’historie concrète de Rosa Parks et de cette longue lignées de femmes qui, d’un même mouvement physique, firent obstacle aux lois racistes ?

24 février 1956 : Rosa Parks et son avocat, Charles D. Langford, à la suite de l'arrestation de cette dernière à Montgomery (Alabama)
24 février 1956 : Rosa Parks et son avocat, Charles D. Langford, à la suite de l'arrestation de cette dernière à Montgomery (Alabama) Crédits : UPPA / Photoshot - Maxppp

Un documentaire de Nedja Bouakra, réalisé par Véronique Lamendour. Prise de son : Laurent Lucas, Pierre Monteil, Valérie Lavallart et Bruno Mourlan ; mixage : Lidwine Caron. Archives INA, Camille Vignaux. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France.

Intervenants

  • Jeanne Theoharis, professeur émérite de Sciences politiques à l'université de Brooklyn (USA), biographe de Rosa Parks
  • Françoise Vergès, politologue
  • Anniel Atton, pasteur 
  • Charlotte Dugrand, éditrice 
  • Julien Bordier, traducteur

Avec les voix de Joëlle Marelli (voix et traduction partielle) et Hélène Lausseur

Musique

  • Extrait de : I've been buked Mahalia Jackson - Tryin' to make heaven my home Viola James & Congregation - Vision dance 2 : Defiance, justice and liberation Wadada Leo Smith - Black woman Odetta - Rosa Parks and the Montgomery bus boycott, 381 days Wadada Leo Smith - L'humanité est divisée en deux : Les maîtres et les esclaves Bakary Sangare - Early in the morning - Jim Crow The Union Boys - God's unchanging hand Anderson Burton & Congregation - Worried life blues Sonny Terry - Go tell it on the mountain Fanny Lou Hamer - Stop all the buses Cecil Augusta - Washboard rythm Theopolis Stokes - Boogie instrumental R.L. Burnside - This little light of mine Fannie Lou Hamer - Oh freedom Odetta
25 mars 1965 : La pionnière des droits civiques, Rosa Parks (1913-2005), applaudit par les leaders et partisans des droits civiques lors d'un rassemblement devant la capitale de l'État de Montgomery, à la fin de la marche de Selma à Montgomery
25 mars 1965 : La pionnière des droits civiques, Rosa Parks (1913-2005), applaudit par les leaders et partisans des droits civiques lors d'un rassemblement devant la capitale de l'État de Montgomery, à la fin de la marche de Selma à Montgomery Crédits : Robert Abbott Sengstacke / Getty Images - Getty

Bibliographie

Liens

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Demain, épisode 2 : Rosa Parks et ses sœurs de combat

L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......