LE DIRECT
En mémoire de...

Transmission impossible : ce que le deuil nous enlève

59 min

Lorsque la disparition d'un être cher laisse un vide, tellement vide qu'il devient gouffre.

En mémoire de...
En mémoire de... Crédits : Reuters - Reuters

Un documentaire d’Hubert Prolongeau, Réalisé par Vincent Decque

"La nuit, fumant des cigarettes sur la véranda, il m'arrivait souvent de réfléchir à ces biens inestimables que les pères sont empêchés de léguer à leurs fils", écrit Jean-Paul Dubois dans "Si ce livre pouvait me rapprocher de toi". Cet héritage, cette transmission, quel manque laisse-telle quand, par accident, elle ne peut pas avoir lieu ? Nous sommes allés chercher les réponses à ces questions auprès de parents qui ont perdu leurs enfants et dans les villages endeuillés par le terrible accident de bus de Puisseguin, qui a décapité une génération de personnes âgées dans de petits villages de Gironde

1er épisode : Ce que je n'ai pas pu lui dire

L’idée de perdre un enfant est tellement insupportable que notre langue n’a pas de mot pour désigner celui qui a connu ce malheur. On est orphelin de ses parents, on est veuf de sa femme, il n’existe rien pour désigner le parent qui survit à son enfant… Ecrivains tous les deux, Philippe Delaroche et Angélique Villeneuve ont aussi accidentellement perdu lui une fille, elle un fils. Avec eux, nous évoquerons ce que sont ce silence qui s'installe d'un coup, cette difficile reconstruction, cette incapacité à transmettre tout ce qu'il y avait encore à transmettre.

"Ce serait plus facile s'il nous aidait à supporter sa mort, en étant vivant."

2nd épisode : Le "patrimoine" perdu de Petit-Palais

Le 23 octobre 2015, le club du troisième âge de Petit Palais et Cornemps, village de 600 habitants, part en excursion en bus. A quelque kilomètres du départ, à Puisseguin, le bus percutait un camion et prenait soudainement feu. Quarante-trois passagers étaient brulés vifs. Pour ces petites communautés, c'est toute une génération qui partait. Nous sommes retournés dans les deux villages les plus meurtris, Petit Palais et Camps, pour évaluer avec les habitants survivants ce qui leur manque : au-delà du deuil, c'est toute une mémoire, tout un mode de vie, qui se sont envolés ce jour-là.

Pancarte à l'entrée du village de Petit-Palais-et-Cornemps
Pancarte à l'entrée du village de Petit-Palais-et-Cornemps Crédits : Reuters - Reuters

Mais ce dialogue entre générations, si facilement interrompu, peut aussi être recréé. La maison de retraite Villa Pia, à Bordeaux, accueille aussi une crèche. Tous les jours, des rencontres sont organisées entre certains des résidents, octogénaires, et les enfants de la crèche, âgés de trois ans. Nous verrons que, si la transmission n'est pas morte, ceux qui apprennent le plus ne sont pas toujours ceux que l'on croit.

Site de l’association européenne, Vivre son deuil

Apprivoiser l’absence : groupes d’entraide pour parents, pour frères et sœurs en deuil

Séminaire du Collège international de philosophie autour de 3 livres de Janine Altounian

Chroniques

Bibliographie

Livre de Philippe Delaroche

La gloire d'InèsEd : Stock, 2016

L'équipe
Coordination

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......