LE DIRECT
Albert Camus (Vogue, 1946)

Albert Camus : un homme fait de tous les hommes

31 min
À retrouver dans l'émission

Rencontre avec Stéphane Olivié-Bisson qui interprète "Les Carnets d'Albert Camus" au Lucernaire à Paris. Camus qui, à la réception du prix Nobel en 1957, avait déclaré qu'il n'avait encore "rien écrit".

Albert Camus (Vogue, 1946)
Albert Camus (Vogue, 1946) Crédits : Cecil Beaton/Condé Nast - Getty

Le 4 janvier 1960, Albert Camus se tue dans un accident de la route. Il a 46 ans. Trois jours plus tard, dans France Observateur, Jean Paul Sartre écrit : « Nous étions brouillés, lui et moi : une brouille, ce n’est rien – dût-on ne jamais se revoir –, tout juste une autre manière de vivre ensemble et sans se perdre de vue dans le petit monde étroit qui nous est donné. Cela ne m’empêchait pas de penser à lui, sentir son regard sur la page du livre, sur le journal qu’il lisait et de me dire : « Qu’en dit-il ? Qu’en dit-il en ce moment ? »

Le pouvoir du théâtre est tel qu’il fait entendre les morts bien au delà de leurs disparitions physiques. Ce que Camus nous dit, nous l’entendons en ce moment même au théâtre du Lucernaire à Paris où Stéphane Olivié-Bisson adapte et interprète les Carnets tenus par l’écrivain de 1935 à 1959. 

Les 'Carnets' m’ont bouleversé, car j’y ai trouvé l’homme, alors que dans ses autres écrits, Albert Camus est vibrant derrière les mots mais reste pudique vis-à-vis de lui-même. Stéphane Olivié-Bisson

Stéphane Olivié-Bisson, "Les carnets d'Albert Camus", Lucernaire, Paris, 2019
Stéphane Olivié-Bisson, "Les carnets d'Albert Camus", Lucernaire, Paris, 2019 Crédits : Crédit Elie Bekhazi

Pendant une heure de représentation se déploie la figure d’un homme pour qui rien n’allait de soi et qui vivait, pensait, aimait dans l’intranquillité. En cela, et pour reprendre les mots de Sartre, Camus était « un homme fait de tous les hommes et qui les vaut tous et que vaut n’importe qui. »

J’ai l’impression qu’Albert Camus avait un complexe terrible vis-à-vis des mots et vis-à-vis du geste d’écrire. Au moment de la réception du Prix Nobel  en 1957, il a déclaré qu’il n’avait encore rien écrit. Avec 'Le premier homme', il a considéré qu’il écrivait enfin en son nom.  Stéphane Olivié-Bisson

Stéphane Olivié-Bisson, "Les carnets d'Albert Camus", Lucernaire, Paris, 2019
Stéphane Olivié-Bisson, "Les carnets d'Albert Camus", Lucernaire, Paris, 2019 Crédits : Crédit Elie Bekhazi

Nous ouvrons aujourd’hui en compagnie de Stéphane Olivié-Bisson et à sa lettre C, comme Camus, notre encyclopédie en mouvement du théâtre qui se dirigera dans ses dernières minutes, vers la Scène nationale de Sénart.

Albert Camus dit beaucoup ‘ce que j’ai à dire est plus important que ce que je suis’. Il y a parfois une disjonction, un combat entre Albert Camus et ses œuvres ; et selon les œuvres, il change. Il s’impose un style en fonction du propos. Stéphane Olivié-Bisson

Stéphane Olivié-Bisson, "Les carnets d'Albert Camus", Lucernaire, Paris, 2019
Stéphane Olivié-Bisson, "Les carnets d'Albert Camus", Lucernaire, Paris, 2019 Crédits : Crédit Elie Bekhazi

Albert Camus était fasciné par la figure du Christ. Il a cette phrase magnifique sur l’Eglise, il dit ‘Dieu est mort, mais on connaît le coupable, c’est l’Eglise’. Stéphane Olivié-Bisson

Puis, un coup de fil à la Scène nationale de Sénart, avec Jean-Michel Puiffe, directeur du Théâtre-Sénart.

>>> Pour aller plus loin

Albert Camus, discours de réception du prix Nobel en 1957

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

A VOIR A LIRE

  • Les carnets d'Albert Camus, mise en scène et interprétation Stéphane Olivié-Bisson, collaboration artistique Bruno Putzulu, jusqu'au 4 mai au Lucernaire (Paris). 
  • Albert Camus, Carnets I, II, III. Mai 1935 - décembre 1959, ed. Folio Gallimard, 2013
  • Albert Camus, Le premier homme, Collection Cahiers Albert Camus (n° 7), Gallimard, 1994

Bibliographie

Albert Camus, Les Carnets

Carnets I, II, III. Mai 1935 - décembre 1959Albert CamusRaymond Gay-Crosier / Folio Gallimard, 2013

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......