LE DIRECT
Fanny Ardant, actuellement à l'affiche de "Hiroshima mon amour" d'après l'oeuvre de Marguerite Duras

Fanny Ardant dans la nuit du théâtre

30 min
À retrouver dans l'émission

C'est une nuit d'amour à Hiroshima et Fanny Ardant nous en parle dans Une saison au théâtre. "Toute cette histoire est sur l’oubli qui irrémédiablement arrivera", dit-elle. Rencontre avec l'actrice pour qui "tout amour est sacré, tout amour est inouï".

Fanny Ardant, actuellement à l'affiche de "Hiroshima mon amour" d'après l'oeuvre de Marguerite Duras
Fanny Ardant, actuellement à l'affiche de "Hiroshima mon amour" d'après l'oeuvre de Marguerite Duras Crédits : Dave J Hogan - Getty

Marguerite Duras m’a ouvert des horizons où je n’étais plus seule et a permis à toute ma sauvagerie personnelle de s'étendre.  Fanny Ardant

C’est une nuit à Hiroshima. Elle et lui se rencontrent, passent les heures dans le lit d’une chambre d’hôtel. Elle doit repartir le lendemain. Elle est actrice, il est architecte. Elle est française, il est japonais. 

C’est une nuit à Hiroshima qui se déploie jusqu’à Nevers où elle a  aimé un Allemand autrefois. 

Marguerite Duras dit de l’amour qu’il peut vous brûler, que vous pouvez en mourir, mais que vous devez absolument le conserver intact en vous parce que vous allez oublier. C’est ça le tragique de l’amour : l’oubli. Fanny Ardant

De même que dans l’amour cette illusion existe de croire qu'on ne peut jamais oublier, de même j’ai eu l’illusion devant Hiroshima. Marguerite Duras, Hiroshima mon amour. 

C’est une nuit à Hiroshima qui n’a de début et de fin que celles d’une première et d’une dernière phrase. Tu n’as rien vu à Hiroshima. Rien / Ton nom à toi est Nevers. Nevers en France. Mais,  je vous prie de me croire, même enserrée entre ces deux phrases, cette nuit n'a pas de limites.

Fanny Ardant dans "Hiroshima mon amour" mis en scène par Bertrand Marcos (2019)
Fanny Ardant dans "Hiroshima mon amour" mis en scène par Bertrand Marcos (2019) Crédits : Carole Bellaiche

Je crois en tout ce que dit Marguerite Duras, elle pourrait être comme une sœur jumelle. Quelquefois, elle m’a fait du bien car souvent j’ai cru, enfermée dans moi-même, que j’étais folle de penser certaines choses sur l’amour, sur le couple, sur les hommes, et puis tout à coup Duras l’a dit. C’est toujours ce qu’on cherche dans la littérature : ne plus se sentir seul. Fanny Ardant

Nous ne sommes pas seuls. Nous sommes avec Fanny Ardant. Elle interprète sur la scène des Bouffes Parisiens, Hiroshima Mon Amour, le texte de Marguerite Duras, en vérité un scénario que la romancière avait écrit pour le cinéaste Alain Resnais. Fanny Ardant est seule sur scène. L’homme n’est pas là mais sa voix est enregistrée. Cette voix est celle de Gérard Depardieu. 

Nous parlons aujourd’hui d’un théâtre qui a les nerfs à vif, d’un théâtre qui cherche le vrai, d’un théâtre fou d’amour, d’un théâtre où le verbe est impérieux. Nous parlons d’Hiroshima Mon Amour et de Marguerite Duras. Nous parlons avec Fanny Ardant. 

J’aimais beaucoup les chroniques de Duras dans Libération, j’aimais qu’elle prenne le pouvoir sur tout et qu’elle dise ce qu’elle pense avec sa magie à elle et l’audace de la pensée. Il n’y a pas de vie sans audace, pas de circulation contradictoire sans audace. Il faut être contradictoire, tragique et comique, tout faire cohabiter. Fanny Ardant

>>> A VOIR A DÉCOUVRIR 

Hiroshima mon amour, Marguerite Duras, adaptation et mise en scène Bertrand Marcos, avec Fanny Ardant, Bouffes Parisiens, jusqu'au 7 juillet. 

Hiroshima mon amour, un film d'Alain Resnais (1959) avec Emmanuelle Riva et Eiji Okada

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......