LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L’Etat Islamique : une nouvelle carte dans le conflit israélo-palestinien ? / Panique financière à Shanghai

1h18

LA REVUE D'ACTU de Xavier Martinet : - Mollah Omar, chronique d’une mort annoncée

-Condamnation à mort du fils de Khadafi, Saïf Al-islam

-Protestation mondiale pour Cecil le Lion

Première partie : L’Etat Islamique : une nouvelle carte dans le conflit israélo-palestinien ?

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/96997e66-36c9-11e5-9c4f-005056a87c89/838_rtx1m9b8.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Un Palestinien brandissant un drapeau pendant ques les bulldozers israéliens détruisent des maisons vides" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/96997e66-36c9-11e5-9c4f-005056a87c89/838_rtx1m9b8.jpg" width="600" height="355"/>
Un Palestinien brandissant un drapeau pendant ques les bulldozers israéliens détruisent des maisons vides

C’était l’été dernier, juillet et août 2014, Israël et le Hamas entraient de nouveau dans un conflit armé d’une ampleur rarement vue. 51 jours de bombardements sur la bande de Gaza, en représailles à des tirs de roquette sur des habitations civiles. Bilan de l’opération : plus de 2000 morts, des infrastructure et des milliers de maisons détruites et un conflit qui s’enlise toujours un peu plus, miné par les divisions et les extrémistes de tous bords.

Dernier épisode en date, hier, le décès d’un bébé palestinien dans un incendie criminel provoqué par des colons a provoqué la colère dans les territoires. Deux palestiniens sont morts hier dans des affrontements avec l’armée israélienne.

Véritable nœud gordien du Proche-Orient, voilà plus de 70 ans que le conflit israélo-palestinien détermine les rapports de force et les jeux d’alliance dans toute la région.

Mais voilà qu’un nouvel acteur vient bousculer la donne. Prospérant sur les décombre des états syriens et irakiens, l’organisation Etat Islamique est une menace pour l’ensemble de ses voisins.

Faut-il s’attendre à de nouvelles alliances stratégiques dans la région, entre Israël et l’Egypte par exemple, voire même à certains rapprochements stratégiques entre l’Etat hébreux et le Hamas ? Alors même, on le voit depuis deux jours, que la situation sur place reste explosive..

Deuxième partie : Panique financière à Shanghai : le Parti peut-il sauver la bourse ?

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/39acff6c-36ca-11e5-9c4f-005056a87c89/838_rtx1k5i6.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Sur la pancarte de cet actionnaire est écrit : "Le gouvernement sauve la bourse pour que les actionnaires soient heureux" " class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/39acff6c-36ca-11e5-9c4f-005056a87c89/838_rtx1k5i6.jpg" width="600" height="400"/>
Sur la pancarte de cet actionnaire est écrit : "Le gouvernement sauve la bourse pour que les actionnaires soient heureux"

Voilà plus d’un mois que la principale place boursière de la deuxième économie du monde est en chute libre : -30% en trois semaines depuis la mi-juin soit une perte de 3000 milliards de dollars. L’inquiétude se propage et une obsession également : vendre, tout vendre pour sauver ce qui peut l’être encore.

Vous avez peut-être vu ces photos : des visages anxieux, des mains qui se tordent devant les écrans où s’accumulent chiffres et courbes dont on comprend qu’ils n’annoncent pas de bonne nouvelles.

Et puis il y a cette photo, trouvée sur Reuter, un homme, la cinquantaine, lunettes noires, se tient devant les écrans avec cette pancarte qu’il brandit devant une assemblée "le gouvernement sauve la bourse pour que les actionnaires soient heureux".

La légende ne dit pas s’il s’agit d’ironie ou d’un message officiel. Ce qui est certain, c’est que le gouvernement n’a pas ménagé sa peine pour calmer la panique boursière. Mais comment rassure-t-on un marché quand on s’appelle le Parti Communiste Chinois ? Interdictions de vendre, suspension des introductions en bourse, menaces sur des traders soupçonnés de spéculer, il faut dire que le gouvernement chinois dispose d’une capacité de contrôle peut-être bien plus grande qu’ailleurs. Cela le sauvera-t-il du krash boursier ?

A 13h20, LE REGARD DE LA PRESSE ETRANGERE par Eric Chol, rédacteur en chef de Courrier international

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/74d04a49-36bd-11e5-9c4f-005056a87c89/838_1291.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Une de Courrier international" class="dejavu portrait" data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/07/74d04a49-36bd-11e5-9c4f-005056a87c89/838_1291.jpg" width="207" height="250"/>
Une de Courrier international Crédits : Courrier international

A 13h30, LE PORTRAIT : portrait type du petit porteur d’action en Chine

Intervenants
  • rédactrice en chef du magazine Patrimoine et marché
  • chercheuse associée au Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions pénales (CESDIP) et à l’Observatoire des Mondes Arabes et Musulmans (OMAM)
  • professeur émérite des universités, président de l’IREMMO (Institut de Recherche et d'Études Méditerranée Moyen-Orient)
  • Historien et sinologue, conseiller pour l’Asie à l’Institut Montaigne, membre associé du Carnegie Endowment for International Peace
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......