LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Recep Tayyip Erdogan, Angela Merkel et Mariano Rajoy le 8 juillet dernier au sommet de l'OTAN à Varsovie

L'Europe dans le piège turc / Les liaisons dangereuses entre Poutine et Trump

1h18

Face aux purges massives engagées par le président Erdogan, l'Europe reste sur la réserve. Entre la défense de ses valeurs et la sauvegarde de l'accord sur les migrants, elle semble avoir tranché. En deuxième partie, retour sur l'apparition surprise de Vladimir Poutine dans la campagne américaine.

Recep Tayyip Erdogan, Angela Merkel et Mariano Rajoy le 8 juillet dernier au sommet de l'OTAN à Varsovie
Recep Tayyip Erdogan, Angela Merkel et Mariano Rajoy le 8 juillet dernier au sommet de l'OTAN à Varsovie Crédits : Sergio Barrenechea/EFE/Newscom - Maxppp

L'Europe dans le piège turc 

L’Europe est-elle tombée dans le piège turc ? Depuis le début des purges menées par le pouvoir, qui se sont traduites par des milliers d’arrestations, l’Union européenne retient ses critiques. Les mises en garde vis-à-vis d’Ankara, qui pourtant foule aux pieds les valeurs européennes, sont restées discrètes et mesurées. En langage diplomatique, cela s’appelle la realpolitik. Aux droits de l’homme, les Européens semblent préférer l’efficacité et le réalisme. En l’occurrence, leur principal intérêt stratégique dans la région, c’est de sauver l’accord sur les migrants conclu en mars après des discussions laborieuses avec Ankara.

En échange d’une aide financière de 3 milliards d’euros, d’une relance du processus d’adhésion et d’une levée des restrictions sur les visas, Ankara s’était engagée à « reprendre » les migrants passés en Grèce depuis son sol. Cet accord avait permis de tarir du jour au lendemain le flot de réfugiés vers l’Europe. Mais voilà que la Turquie pourrait aujourd’hui le remettre en cause. Depuis la tentative de putsch, les dirigeants turcs exercent un chantage assumé vis-à-vis des pays européens. Ils menacent de rouvrir les vannes si la question des visas n’est pas réglée. L’Union a plus que jamais besoin de la Turquie pour contenir le flux de migrants. Elle a aussi besoin de ce partenaire stratégique, pilier sud de l’OTAN, pour lutter contre le terrorisme et tenter d’assainir les crises au Moyen-Orient. La base militaire d’Incirlik est utilisée quotidiennement par les avions de la coalition pour frapper Daech en Syrie. Il n’est donc pas question de couper les ponts avec la Turquie. Erdogan est en position de force et il en profite.

D’ailleurs, l’Union européenne fait-elle encore rêver les dirigeants turcs ? Erdogan semble avoir choisi son camp : celui de la Russie de Vladimir Poutine, l’autre voisin turbulent de l’Europe. Il y a trois mois ils étaient au bord de la guerre. Aujourd’hui ils affichent leur lune de miel à Saint Petersbourg, où ils se rencontreront en tête à tête mardi prochain.

Avec Marc Semo, correspondant diplomatique au Monde et spécialiste de la Turquie, Nedim Gürsel écrivain turque, directeur de recherche au CNRS et enseignant à l’école des Langues Orientales,  Bruno Tertrais maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique et Veronique Roger Lacan, Ambassadrice, Représentante permanente de la France auprès de l’OSCE.

  • Pour aller plus loin

Turquie, un coup d'état peut en cacher un autre, de Bayram Balci sur le blog Orient XXI

Turquie : du putsch militaire amateur au coup d’Etat civil d’Erdogan, de Kendal Nezan, Libération,  28 Juillet 2016

Les liaisons dangereuses entre Poutine et Trump

C’est une information qui est passée relativement inaperçue. Deux ans et demi après avoir annexé la Crimée au printemps 2014, le Kremlin a franchi une étape supplémentaire dans le rattachement de cette région d’Ukraine à la Russie en l’incorporant, à l’aide d’un décret, dans la région sud de la Russie, celle de Rostov sur le Don. Happés par les attentats terroristes, la guerre au Levant, la crise des migrants et le Brexit, les projecteurs médiatiques se sont détournés de l’Ukraine. Pourtant la guerre y sévit toujours, même si elle est de faible intensité. L’OSCE redoute, je cite, « la reprise d’opérations militaires à grande échelle », sur fond de violations répétées du cessez-le-feu. En ce milieu d’été, Vladimir Poutine n’est pas seulement actif en Ukraine, mais également aux Etats-Unis, où il est devenu cette semaine l’invité star de la campagne électorale américaine. Moscou est en effet soupçonnée d’avoir cherché à peser sur la campagne de Donald Trump en orchestrant une fuite de mails émanant de cadres du parti démocrate. Plusieurs conseillers du candidat républicain sont apparemment liés aux oligarques russes. Et le président russe semble avoir, sur le dossier ukrainien, trouvé un porte-parole extrêmement efficace en la personne de Donald Trump. Hillary Clinton s’interroge : la politique étrangère de son principal rival est-t-elle influencée par Moscou ?

Écouter
7 min
La revue d'actualité internationale de Tiphaine de Rocquigny : Libye, Nigéria, Tunisie

La candidate démocrate estime que son rival a « prêté allégeance absolue » aux objectifs de la diplomatie russe. L’ancien patron de la CIA Michael Morell va encore plus loin : il accuse Donald Trump d’être un agent russe involontaire. Cette spectaculaire intrusion de la Russie dans la campagne américaine ne semble pas jouer en faveur de Donald Trump, qui multiplie les bourdes et a montré ces derniers jours le peu de connaissances qu’il avait de la région. On citera pour exemple cet échange stupéfiant entre le candidat républicain et un journaliste de la chaîne ABC. Trump : « Vladimir Poutine ne va pas entrer en Ukraine, OK ? Vous pouvez être sûr de ça ! « . Le journaliste : « Eh bien, il y est déjà, non ? ». Effectivement, il y est même depuis le printemps 2014, lorsque ses troupes ont franchi la frontière, non seulement de la Crimée mais aussi de l’est ukrainien. Alors, Trump est-il réellement un cheval de Troie de Vladimir Poutine ?

Le Président russe Vladimir Poutine (à droite) serrant la main du Président syrien Bachar Al-Assad lors d’une rencontre au Kremlin, à Moscou, Russie, le 20 Octobre 2015
Le Président russe Vladimir Poutine (à droite) serrant la main du Président syrien Bachar Al-Assad lors d’une rencontre au Kremlin, à Moscou, Russie, le 20 Octobre 2015 Crédits : RIA Novosti - Reuters

Avec Oleg Chamchour, Ambassadeur d’Ukraine en France et permanent de l’Ukraine auprès de l’UNESCO, Marc Semo, correspondant diplomatique au Monde et spécialiste de la Turquie, Bruno Tertrais maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique et Veronique Roger Lacan, Ambassadrice, Représentante permanente de la France auprès de l’OSCE.

Écouter
3 min
Le portrait du jour : Erdogan et Poutine, le sultan et le tsar
  • Pour aller plus loin 

Crimée: voyage au cœur de la «révolution polie», Le Temps, 24 Juillet 2016

Les relations Russie-Turquie : Je t'aime... moi non plus, le Monde, 5 Août 2016

Écouter
4 min
La chronique d'Hubert Védrine
Chroniques
13H55
4 min
L'enfer est pavé de bonnes intentions
L'enfer est pavé de bonnes intentions : Dimanche 7 août 2016
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......