LE DIRECT
Manifestation contre la Loi Travail le 5 juillet 2016 à Toulouse

La gauche peut-elle encore parler aux classes populaires ? / Qui sont les néo-ruraux d'aujourd'hui ?

1h16
À retrouver dans l'émission

En première partie, la rentrée politique très agitée de la gauche, avec l’entrée en campagne de plusieurs ténors très critiques de la ligne du gouvernement. En deuxième partie, la parole de ces Français qui font le choix de la vie à la campagne, moins utopistes et plus réalistes que leurs aînés.

Manifestation contre la Loi Travail le 5 juillet 2016 à Toulouse
Manifestation contre la Loi Travail le 5 juillet 2016 à Toulouse Crédits : PASCAL PAVANI - AFP

La gauche peut-elle encore parler aux classes populaires ?

Rentrée en ordre dispersé pour la gauche cette année. Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Cécile Duflot, trois anciens ministres de François Hollande ont annoncé cette semaine leur intention de se lancer dans la course présidentielle. Tous contre le chef de l’État : c’est semble-t-il le mot d’ordre de cette partie de la gauche, pour qui le locataire de l’Élysée aurait renié ses promesses de campagne et abandonné son électorat.

Le gouvernement et les soutiens du chef de l’État feront, eux, leur rentrée lundi prochain à Colomiers près de Toulouse. Un bastion socialiste depuis des décennies. Tout un symbole pour un pouvoir qui veut afficher une coloration populaire. Peut-être pour remobiliser son aile gauche à l’approche des élections.

On pourrait aussi mentionner la rentrée des frondeurs, celle des alliés écologistes du gouvernement, celle de l’aile droite du PS… Derrière ce savant désordre, c’est bien une crise d’identité qui semble couver à gauche. Après un quinquennat difficile, marqué notamment par le passage en force de la loi travail, quel programme pour la gauche, et surtout pour quel électorat ? La gauche peut-elle encore s’adresser aux classes populaires ?

Avec Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l'université de Lille-2, spécialiste de l'histoire du PS et Marc-Olivier Padis, directeur des études de la fondation Terra Nova. Ils sont rejoints en deuxième partie du débat par Pierre Jacquemain, ancien conseiller de Myriam El Khomri, auteur de Ils ont tué la gauche (éditions Fayard, 2016).

Qui sont les néo-ruraux d'aujourd'hui ?

Les néo-ruraux seraient près de 100 000 tous les ans à tenter l’expérience du « retour à la terre », en laissant derrière eux l’agitation et le stress de la vie citadine. Cette nouvelle vie à la campagne est souvent une révolution personnelle, parfois teintée d’une coloration militante : défense d’une agriculture durable, circuits courts, réseaux d’Amap...

Qu’on ne s’y méprenne pas les néo-ruraux d’aujourd’hui sont moins politisés que les pionniers des années 60 qui avaient essaimé en Ardèche et ailleurs. Leur utopie à eux est peut-être plus concrète, plus axée aussi sur le développement personnel. Qui sont ces nouveaux habitants des zones rurales ? L’engouement pour ce phénomène est-il réellement important ? Plusieurs décennies après l’exode rural peut-on si aisément se ré-enraciner dans la vie à la campagne ?

Avec Catherine Rouvière, auteure de Retourner à la terre. L'utopie néo-rurale en Ardèche depuis les années 1960 ( Presses Universitaires de Rennes, 2015) ; et, par téléphone, Linda Bedouet, ancienne commerciale immobilière reconvertie en maraîchère et fondatrice de La Ferme des Rufaux et Xavier de Mazenod, fondateur-éditeur du site ZeVillage.net (communauté de télétravailleurs), ancien citadin parti s'installer à la campagne grâce au télétravail.

Chroniques

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......