LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Je m'appelle Ismaël de Lazare

Les preuves de notre existence avec Violaine Schwartz, Lazare et Hervé

59 min
À retrouver dans l'émission

Violaine Schwartz a rencontré pour son livre "Papiers" (POL), des réfugiés en France, en attente de papiers. Lazare pour sa pièce "Je m'appelle Ismaël" réinvente un monde en réponse à la brutalité du réel. HERVE en LIVE

Je m'appelle Ismaël de Lazare
Je m'appelle Ismaël de Lazare

Il est 23h et il peut n’y avoir aucune trace de nous nulle part. On peut avoir du mal à prouver son existence. Il suffit qu’on perde nos papiers, qu’on n’en ait jamais eus, qu’ils aient été confisqués. Il n’y a aucune trace de moi nulle part, dira une femme arrivée en France de la Mauritanie, à Violaine Schwartz qui a écouté. Elle a écrit dans son dernier livre qui s’appelle « Papiers », des voix exilées qui cherchent à obtenir ces papiers qui pourront prouver qu’ils existent. Le premier récit commence par : « je suis née normalement le 8 mars 1975 en Arménie » : normalement parce qu’il n’y a pas d’acte de naissance. Elle ajoute : je n’ai rien, rien du tout. Que ma parole. Ce sont des vies entourées de paroles, de besoin de dire, de raconter, mais il n’y a pas de traces écrites. Alors parfois on ne les croit pas. Violaine Schwartz écrit sur l’attente, l’hospitalité, l’identité. Lazare lui, croit fort en la parole et répond à ces injonctions de l’identité, par l’imaginaire et la fiction. Comme si au lieu de devoir prouver ce qu’on a été, on pouvait faire la promesse de ce que l’on a envie de devenir. Lazare a dit : c’est dangereux d’écrire, c’est une façon de définir le réel et là, les problèmes commencent. Mais cela permet aussi de ne pas enfermer les êtres dans une seule définition. Dans son spectacle Je m’appelle Ismaël, Ismaël c’est celui qui est étouffé par ce qu’on appelle « le réel », il rêve de faire un film de science-fiction. On entend : On va sauver les gens qui sont ici, parce qu’ils sont bloqués dans le ciment de leur vie. Ismaël réinvente un monde, avec panache, avec liberté. C’est un monde où on tente de mettre des disquettes aux gens pour les simplifier. Alors les mots arrivent, que des mots, qui disent que normalement on est nés et normalement on existe, donc normalement, on peut résister aux papiers qui veulent nous simplifier

Violaine Schwartz, écrivaine. Pour son texte Papiers (éditions P.O.L, avril 2019), elle a recueilli la parole de plusieurs demandeurs d’asile, à l’origine pour une commande du Centre dramatique national de Besançon. Elle a rencontré des hommes et des femmes, jeunes et moins jeunes, tous réunis par le même destin : l’obligation de fuir, de quitter le pays natal, Afghanistan, Mauritanie, Kosovo, Éthiopie, Arménie, Azerbaïdjan ou Irak. Elle avait un dictaphone. Parfois un interprète à ses côtés. On lui a confié des photocopies de récits de vie, des articles de journaux, des photocopies de minutes d’entretien de l’OFPRA, des lettres administratives, des décisions de rejets, des circulaires du ministère de l’Intérieur... Elle a rencontré une avocate, assisté à des audiences à la Cour Nationale du droit d’Asile (CNDA) et au Tribunal Administratif de Besançon. Elle s’est fixé une contrainte : écrire à partir des mots entendus, et seulement à partir des mots entendus. De ces épopées modernes, racontées et documentées, Violaine Schwartz compose une fresque, qui raconte aussi : l’absurdité de la bureaucratie, l’arbitraire de notre justice, les affres de l’attente, et bien plus encore…

Lazare, auteur, metteur en scène. Son spectacle Je m’appelle Ismaël est présenté du 04 au 08 juin au Théâtre de la Ville – Abbesses (Paris), puis en tournée cet automne : du 20 au 22 novembre au Grand T (Nantes) ; du 27 au 29 novembre au Théâtre National de Bretagne (Rennes) ; les 03 et 04 décembre à la Maison de la Culture d’Amiens (Amiens) ; le 15 décembre au Préau (Vire). Un projet de théâtre cinématographique et musical, dans lequel Lazare explore avec fantaisie et humour la vie d’Ismaël, poète errant, et son œuvre composée de multiples rebondissements et ramifications. Une fiction peut-elle changer notre regard sur le monde? A la brutalité du monde, Ismaël oppose son imagination flamboyante: il écrit un film de science-fiction, métaphore poétique et surréaliste du monde tel qu’il le perçoit. Mais comment le réaliser sans équipe et sans argent… ? 

LIVE : Hervé. Son EP Mélancolie F.C est disponible depuis le 17 mai sur le label Initial ; en concerts le 21 juin au Champs Élysées Film Festival (Paris) ; le 05 juillet au Festival Fnac Live (Paris) ; le 10 juillet au Festival Day Off (Paris) ; le 12 juillet aux Francofolies (La Rochelle).

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Chroniques
0H00
44 min
Les Nuits de France Culture
"Frédéric Dard est le colosse du roman noir français, il a été l'un des pionniers du genre"
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......