LE DIRECT
La Coupole Arago de l'Observatoire de Paris

Numéro 18. La tête dans les étoiles

1h
À retrouver dans l'émission

Veillée sous la coupole de l'Observatoire de Paris avec l'astronome Pascal Descamps. La tête sous les étoiles avec des artistes-explorateurs : la réalisatrice Rebecca Zlotowski, le plasticien Evariste Richer, la comédienne Aloïse Sauvage. A la musique sous la coupole Arago, Marjolaine Karlin.

La Coupole Arago de l'Observatoire de Paris
La Coupole Arago de l'Observatoire de Paris

Depuis l’Observatoire de Paris, Une vie d’artiste explorera la voûte céleste, à la nuit tombée. Fondé en 1667, l’Observatoire de Paris est le plus grand pôle national de recherche en astronomie et en astrophysique.

Il est 23h et il faut retrouver le ciel. On a pris l’habitude de vivre sans les ciels, sans les étoiles, on cherche la lune et encore. On a avancé, la civilisation a coupé le lien et on avance horizontalement. Pendant l’année, on n’a pas le temps de lever la tête. On ne sait pas exactement pourquoi alors, dans ces pauses de fin décembre, dans une campagne éloignée, un endroit hors du quotidien – on a besoin de se retrouver sous un ciel noir pour voir –essayer de repérer. Vérifier que tout est là. On va toujours d’un ciel à un autre. Dans le film Planétarium de Rebecca Zlotowski, on va vers un ciel de cinéma, un ciel artificiel, parce que c’est le ciel qu’on s’est construit, celui auquel on croit. Parfois on a besoin d’être seul sous un ciel noir. On a besoin de reconnaître quelques constellations. On n’a pas cherché à tout savoir, on connaît deux ou trois noms et ça suffit. On commence l’émission près de Port Royal à Paris - c’est Claude Perrault, le frère du conteur, qui a dessiné l’Observatoire il y a 350 ans. On commence en bas avant d’aller se réfugier dans la coupole Arago sur le toit, la grande coupole tournante. Pascal Descamps va nous guider – il est spécialiste du calcul du mouvement futur des astres. On peut lui poser des questions. Il peut nous avertir des levers de lune. Il peut nous dire les mouvements à venir. Il peut reconstituer des ciels d’il y a quelques millénaires. Ou anticiper ceux qui vont arriver, ceux sous lesquels on va vivre cette année. Le poète Christophe Tarkos écrivait : Le passage des nuages dans le ciel n’a aucun lien avec ce qui se passe sur terre dans un long poème. Mais finalement, nos agitations ont besoin parfois de se relier aux grands mouvements. Dans Planetarium au début du film Rebecca Zlotowski fait dire : « parfois il faut éteindre la lumière pour voir les choses ». C’est une semaine autour des explorateurs sur France Culture  – nous sommes le soir du 25 décembre, on éteint la lumière, on monte sous la coupole Arago, il fera nuit et un peu froid – et dans le noir, on retrouvera le ciel 

Pascal Descamps, astronome à l'Observatoire de Paris. Spécialiste des astéroïdes, il travaille au service des calculs astronomiques et du renseignement. Il nous fera visiter le lieu : le hall Perrault où sont exposées des horloges anciennes, la grande galerie, la Coupole Arago située en extérieur sur la terrasse... 

Une visite à explorer virtuellement ici.

Rebecca Zlotowski, réalisatrice. Son film Planétarium (2016) montre Nathalie Portman et Lily Rose-Depp dans un Paris de la fin des années 30 tout mystérieux : les sœurs Barlow, deux jeunes mediums américaines, finissent leur tournée mondiale, et sont sollicitées par un ambitieux producteur de cinéma… Inspirée des sœurs Fox, trois sœurs spirites américaines qui ont inventé le spiritisme à la fin du 19ème, ancêtre du spiritisme, cette fiction est hantée de superstitions. L’attraction de la cinéaste pour les astres et les planètes oscille entre sciences et croyances…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Evariste Richer, plasticien. Sa pièce Meteor (2016) se découvre jusqu’au 10 juin 2018 dans l’exposition Météorites. Entre ciel et terre, au Muséum National d’Histoire Naturelle (Paris). Tout son travail d’artiste consiste à comprendre notre propre univers et les mécanismes qui l’ont généré et continuent à l’animer. Il s’empare des outils de la science et de la culture comme la météorologie, la téléologie, l’astronomie, la physique, pour tisser des liens entre l’individu et l’univers. Ses œuvres, qu’elles se rattachent à la lune, au soleil, aux éclipses, aux rayons, à la nuit, à l’éblouissement, aux aurores boréales ou à la météorologie, renvoient toutes à un imaginaire scientifique. Il travaille beaucoup depuis les Observatoires, comme celui de Meudon.

Aloïse Sauvage, comédienne, lit des textes de Blaise Cendrars, Dominique Fourcade et Christophe Tarkos. L'occasion de (ré)écouterses deux titres live dans Une vie d'artiste il y a quelques semaines.

LIVE : Marjolaine Karlin. Sous la coupole Arago, écrin isolé des rumeurs de la ville, elle chante sa composition Guillaume et un chant yiddish. On pouvait l’entendre récemment en clôture du festival Jazz’n’Klezmer : la chanteuse et musicienne y délivrait quelques extraits de ses “carnets de voyage” où l’influence solaire des musiques de l’Océan Indien, notamment les chants créoles de l’île de la Réunion, ravive et dépoussière le souvenir de ses ancêtres yiddish. Son site marjolainarium / imaginarium restitue son univers : depuis le fin fond du Perche Vendômois où elle vit, sa voix puissante et suave chante la forêt, les arbres, les silences, les rivières et les ciels chargés…

Merci à la Présidence et au service de Communication de l'Observatoire de Paris, Odile Marcel-Montiel.

Prise de son Hélène Langlois. Mixage Bernard Laniel

Lionel Quantin dans la coupole Arago
Lionel Quantin dans la coupole Arago
Paris depuis la Coupole Arago
Paris depuis la Coupole Arago
Marjolaine Karlin sous la coupole
Marjolaine Karlin sous la coupole
Pascal Descamps et Aloise Sauvage
Pascal Descamps et Aloise Sauvage
Sous la coupole Arago
Sous la coupole Arago
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......