LE DIRECT
A____A

Numéro 19. Les fantômes d'Alexia Monduit

1h
À retrouver dans l'émission

Alexia Monduit enfant voulait savoir ce qu'il y avait derrière le visage des poupées : elle cassait leurs têtes pour "voir". Elle était une ado rebelle. Elle a souvent dit "non" comme Alice de Lewis Carrol. Elle a quitté le théâtre, est allée vers le dessin, et est entrée dans la photographie.

A____A
A____A Crédits : Alexia Monduit

Il est 23h et il faudrait voir derrière les visages. A l’intérieur. Alexia Monduit a toujours rêvé d’aller de l’autre côté du miroir, de lire les cartes, à travers la peau, traverser, percer et enfin voir. Petite elle regarde ses poupées et elle voit bien qu’elles ne disent pas tout, qu’elles ont un secret. Elle ouvre la tête pour voir derrière, il y a un trou de lumière. Alexia Monduit a toujours aspiré à une vie qui se vivrait comme un rêve. On étouffe de trop de réalité : pourquoi ne pas imaginer. Elle a commencé par le théâtre – elle s’est soudain sentie trop seule au milieu des autres, elle a choisi la solitude face au dessin. Des dessins cousus au fil rouge, le reste au crayon de papier. Certaines choses peuvent être effacées mais le cœur lui est bien accroché, le sang aussi, le rouge ne partira pas. Et puis un jour sa sœur lui donne un drap noir, elle y trouve un abri et elle a un appareil photo au poing. Alexia Monduit dit : l’appareil est un sismographe. Elle commence par son visage, les émotions qui le traversent. Ses images sont des instants – plus tard elle en fait des phrases en les assemblant. Elle écrit avec les visages et ce qu’il y a derrière, à l’intérieur. Il y a du noir, des trous de lumière. Il y a le danger. Il y a des corps qui convulsent, qui cherchent. Il y a la Pologne, et bientôt l’Ukraine. Mais dans la vie d’Alexia Monduit, il n’y a pas de sujets à traiter, il y a le pouls, le cœur, la poitrine – et certaines nécessités. C’est le contraire de phrases comme : je vais travailler sur mon histoire. C’est une vie à chercher des abris –elle prononce souvent ce mot là. Un abri. Une scène de théâtre. L’intérieur d’un appareil photo. On ne va pas aborder cette année avec des sujets à traiter –on ferait tout faire mourir d’avance, on va comme Alexia Monduit, regarder derrière les visages et aller droit dans la vie. Souvent avant de parler elle tient à dire qu’elle est intimidée, elle avoue : « Parler de mes photographies devant vous c’est comme tenter de décrire la nuit ». Il y a peu d’espoir d’y arriver mais le défi fait envie, on commencera l’année par ce qu’on ne peut pas expliquer. Un deux janvier, sans sujet à traiter, juste avec une pulsation. Juste avec Alexia Monduit, qui comme Alice, a dit non pour aller voir plus loin. Défait les miroirs, délivre les visages, et leur construit des abris.

Alexia Monduit, comédienne, a fait le Conservatoire National d'Art Dramatique, et puis un jour elle a quitté le théâtre. Elle s'est lancée dans le dessin-couture, le rock, la voix, jusqu'à la photographie. Elle revient de deux longs voyages en Ukraine. Voilà un de ses dessins, "CORE"(124x130cm), cousus au fil rouge, le reste au crayon papier.

CORE
CORE Crédits : Alexia Monduit

Son complice le compositeur Thomas Rannou avec qui elle avait adapté au théâtre il y a quelques années le texte "Push" de l'auteur américaine Sapphire. Il prépare une lecture sonore LE SON N°9, il sera bientôt en résidence à la Chartreuse. Ensemble ils ont créé le groupe Pearl and John.

LIVE : DAKH DAUGHTERS. Elles sont au Théâtre du Monfort jusqu'au 14 janvier dans le spectacle de Stéphane Ricordel. Au Café de la danse le 16 janvier.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Alexia Monduit et Thomas Rannou
Alexia Monduit et Thomas Rannou
Les Dakh Daughters
Les Dakh Daughters
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......