LE DIRECT
Riad Sattouf

Numéro 29. L'arabe du présent, Riad Sattouf

1h
À retrouver dans l'émission

Riad Sattouf décrit dans "L'arabe du futur" son enfance en Syrie dans les années 80. Son père a voulu repartir dans le village familial Ter Maaleh. Riad est le seul blond de l'école, il faut se défendre. Dans "Les Cahiers d'Esther" c'est une fille de 11 ans qui raconte son quotidien à Paris.

Riad Sattouf
Riad Sattouf Crédits : Olivier Marty/Allary Editions

Il est 23h et quand on est enfant on n’a pas envie de juger ses parents. Il y a Clémentine la mère, et Abdel Razak le père. Le petit Riad est le premier Sattouf aux cheveux blonds, il grandi en Syrie, il sent bon le shampoing à la camomille rapporté de France. Riad Sattouf dessine dans L'Arabe du futur son enfance dans le village de Ter Maaleh. Le père est autoritaire, la mère s’ennuie mais l’enfant ne juge pas il observe. Il sait qu’on lui donne l’air de rien, une vision à 360 degrés de son quotidien. Riad à 5 6 puis 7 ans, il est autant fasciné par les muscles de Schwarzenegger que par les images du général Khadafi quand il déménage en Lybie. Sur sa règle à l’école il y a un hologramme d’Hafez Al Assad et s’il oublie sa collerette et son béret de patriote, il se fait taper sur les doigts. Il faut être un homme un vrai. Son père pourrait enseigner en France mais il a voulu revenir au village. Il est entre deux mondes. Il assure à son fils que « l’arabe du futur, il va à l’école », Riad sera la première génération à être obligé d’y aller. Riad enfant observe son père coincé entre le présent et le monde d’hier. Qui est parti étudier à la Sorbonne mais qui dès qu’il voit sa mère, s’allonge sur ses genoux. Riad est l’enfant de ceux qui ont été entre deux et qui ont permis le futur - sans y entrer vraiment, en passant le relais directement à leurs enfants. Une génération de parents contradictoires qui ont ouvert du possible tout en restant eux, accrochés. Qui ont souhaité ce dont ils ne pouvaient pas encore se convaincre. Riad adolescent rêvait de dessiner des dragons et des jolies filles. Il publie sa première bande dessinée à 18 ans avant même d’en avoir embrassé une. L’enfant blond en Syrie était devenu brun en France et élu « mec le plus moche de la classe ». Aujourd’hui Riad Sattouf dessine Esther 10 et 11 ans à Paris. Elle explique la répartition dans la cour : les petits, des gens qui sont bizarres, les moyens, ca veut dire qu’on est normaux, qu’on joue et qu’on dit des gros mots mais pas tout le temps. Et les grands-racailles, qui ont tout plein d’amoureux et qui disent plein de gros mots vulgaires, et tout le monde voudrait être comme eux. – mais surtout, elle explique qu’on peut passer d’une catégorie à une autre. Riad Sattouf observe les êtres humains se créer des mondes, y entrer, en sortir, et reste indulgent avec les parents pas capables encore d’être dans le futur qu’ils promettent à leurs enfants

Riad Sattouf, auteur de bande dessinée, réalisateur. Dans l'Arabe du futur (3 tomes) il décrit son enfance en Syrie. Les Cahiers d'Esther Histoire de mes 11 ans vient de sortir chez Allary Editions.

Son ami Mathieu Sapin, auteur de bande dessinée avec qui il partage un atelier rue d'Avron à Paris.

Avec un extrait de la pièce de Dominique Petitgand "Les symptômes". Des extraits de l'album "I remember Syria" de Mark Gergis.

LIVE : YASMINE HAMDAN - son nouvel album s'appelle Al Jamilat - sortie le 17 mars. Elle sera en concert au FLOW le 27 avril à Paris.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......