LE DIRECT
L'amour flou

L'amour flou, une émission en "sépartement"

1h
À retrouver dans l'émission

Romane Bohringer et Philippe Rebot ont décidé de se séparer, ils en ont fait un film "L'amour flou". On enregistre l'émission dans leur "sépartement", appartement séparé par la chambre des enfants. Catherine Meurisse nous rejoint sur la terrasse, parler de ses "grands espaces" d'enfance à elle.

L'amour flou
L'amour flou Crédits : Rezo films

Une émission enregistrée dans le "sépartement" de Romane Bohringer et Philippe Rebbot, à Montreuil.

Il est 23h et les maisons perdues ne nous quittent pas. C’est Pierre Loti qui disait : les lieux où on n’a ni aimé ni souffert n’existent pas. La maison d’enfance existe, on y a aimé, parfois souffert, ça a été la première. Elle était notre corps : même battement, un cœur, des pensées, on avait tout rangé dans des coins. Les maisons perdues ressemblent à des paradis perdus. Un corps fantôme. Elles ne s’éloignent jamais vraiment. Elles sont là. Plus tard on rêve de dessiner des portes qui n’existent pas –  dans nos appartements d’aujourd’hui, pour ouvrir sur ceux d’hier – c’est ce que Catherine Meurisse fait dans son appartement parisien, elle trace un trait et se retrouve dans les prés, dans les grands espaces de son enfance, de ses parents. C’est un jardin, il y a un arbre centenaire qu’on appelle Swann donc quand on va jouer c’est du côté de chez Swann. Les parents sont les gardiens de tout ce qui est fragile. Du vivant, quand dans le paysage arrivent d’affreux lotissements. Les parents de Rose et Raoul eux aussi, dans la vraie vie, ont dessiné une porte qui n’existait pas. Carrément. Concrètement. Dans le mur en béton. Romane Bohringer et Philippe Rebot allaient se séparer mais la famille continuait à exister, donc si la maison disparaît, comment on fait ? C’est un sépartement. Un nouvel appartement à Montreuil, où nous sommes aujourd’hui, il y a deux côtés, celui de Romane, celui de Philippe, reliés au milieu, par la chambre des enfants, qui peuvent donc jouer côté maman, ou côté papa. Tout est raconté dans leur film qui mêle cette vérité à la fiction, L’amour flou. Une maison qui n’existait pas encore existe maintenant, c’est un paradis gagné et pas perdu, une porte qu’on a osé dessiner, et percer dans le béton

Romane Bohringer et Philippe Rebbot, comédiens et réalisateurs : leur film L’amour flou est sorti en salles le 10 octobre. Nous enregistrons l’émission dans leur « sépartement » à Montreuil (93), qui fait l’objet du film : un appartement séparé en deux parties, une où vit Romane, une où vit Philippe, reliées par un sas dans lequel se trouve la chambre de leurs deux enfants, Raoul et Rose. Après dix ans de vie commune, deux enfants, et un chien très présent, les deux artistes s’organisent, à l’aide d’un promoteur immobilier, pour « se séparer ensemble ».

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Catherine Meurisse, dessinatrice : son livre Les grands espaces (ed. Dargaud) raconte la maison de son enfance, à la campagne, où elle a grandi dans le chantier de la ferme que ses parents rénovent, afin d’y habiter en famille. Lieu d'une enfance et de l'imaginaire qui s'y déploie en toute liberté, cette maison serait davantage un paradis gagné qu’un paradis perdu, comme le « sépartement » de L’amour flou.

Romane Bohringer, Catherine Meurisse et Philippe Rebot
Romane Bohringer, Catherine Meurisse et Philippe Rebot
Enregistrement sur la terrasse
Enregistrement sur la terrasse
La chienne de Philippe Rebot
La chienne de Philippe Rebot

Chroniques

0H00
44 min

Les Nuits de France Culture

Henri Leclerc : "La justice c’est d’abord la parole, je crois qu’il n’y a pas de justice sans parole"

Bibliographie

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......