LE DIRECT
Ligne Dée

Le sentiment intérieur avec Nacera Belaza et Karim Kal

1h
À retrouver dans l'émission

Nacera Belaza, chorégraphe, propose au spectateur de lâcher prise et d'être prêt à vivre une expérience. Elle travaille l'obscurité, la lumière, le sentiment intérieur. Karim Kal photographie le hors champ, le détail, à Alger ou dans les quartiers populaires en France. LIVE : MOHAMED LAMOURI

Ligne Dée
Ligne Dée Crédits : Karim Kal

Il est 23h et on ne voit rien avec les yeux. C’est ce que Nacera Belaza a compris très vite, quand la danse arrive intérieurement. Sa sœur Dalila, cinq ans de moins, la rejoint. Deux danseuses et un espace vide, ça devient les premières contraintes. A partir de là, creuser en soi. Sur le programme des pièces de Nacera Belaza, on peut lire : et s’il ne s’agissait pas d’assister à un spectacle mais d’accepter une expérience ? Elle invite à lâcher prise – et surtout à lâcher cette envie absolue de voir – à accepter de ressentir, et de voir petit à petit, dans le noir, à travers un corps qui tourne, qui traverse la lumière, voir ce qu’on n’a finalement jamais vu de sa vie. Parce qu’on n’a jamais pris le temps. C’est le sentiment, dira sa sœur Dalila « que la vie est toujours en route ». Nacera Belaza ne créé pas pour les yeux mais pour la mémoire, comme elle dit. Elle ne cesse de chercher, le mouvement qui nous fera voir mieux. Il faudrait aller à ses pièces, comme à des leçons pour les yeux. Ce serait une discipline obligatoire. Des exercices du regard. Pour voir enfin plus grand. Karim Kal photographie en France ou en Algérie, le hors champ – des espaces oubliés, un bout d’escalier, un muret, des espaces réinvestis par quelques humains pour passer un moment, pour se retrouver. Il photographie aussi la nuit. Ou le bleu de la mer d’Alger. Là où on regardait moins. Là où il faut errer un peu, pour se défaire des habitudes et sentir à nouveau la vie en route

Nacera Belaza, chorégraphe et danseuse : À l’occasion de la présentation de sa nouvelle création Le Cercle, Nacera Belaza propose au public de la MC93 (Bobigny) un parcours choisi dans son répertoire à travers une suite chorégraphique composée de trois pièces : La Nuit, La Traversée et Sur le fil portées par un à cinq interprètes. En intermède à ces deux programmes, la chorégraphe invite le public à participer à une Procession dans Bobigny, ouverte à tous. Le tout se découvre jusqu’au 20 avril, avant de poursuivre en tournée mondiale jusqu’à l’automne prochain (Belgique, Allemagne, Canada, Italie) et française en décembre prochain (Nantes et Niort). Parallèlement à ses activités avec sa compagnie fondée en 1989, Nacera Belaza a fondé une coopérative artistique en Algérie, où elle propose des activités de formation et de sensibilisation des publics à l’art contemporain et au geste dansé. 

Karim Kal, photographe : Son travail est présenté au sein de l’exposition “Photographier l’Algérie” à l’IMA-Tourcoing (Tourcoing) jusqu’au 13 juillet. L’artiste, né à Genève, vit et travaille à Lyon. Il s’intéresse à des lieux sous-documentés (un foyer de travailleur immigrés, un hôpital, une prison, le long de la ligne D du RER francilien...) ou des lieux documentés à charge, comme les banlieues. Un séjour à Alger, au début des années 2000, est fondateur : il en ressort la série Images d’Alger (2002) exposées à Tourcoing : quatre photographies de la mer et du ciel azurés vus depuis le quartier populaire de Bab el Oued. Sur la périphérie algéroise, il signe aussi les séries Cités d’urgence (2006) et Environ Alger (2014), ainsi que d’autres séries sur la périphérie lyonnaise et francilienne. L’empreinte des lieux et des architectures urbaines nourrit sa démarche documentaire d’une rive à l’autre de la Méditerranée, depuis les grands ensembles sociaux construits à Alger pour reloger les musulmans des bidonvilles dans le cadre du plan de réaménagement urbain initié en 1954 par l’administration coloniale avec l’équipe de l’architecte Fernand Pouillon, jusqu’à la Maison d’arrêt de Villefranche-sur-Saône. 

LIVE : Mohamed Lamouri : beaucoup de parisiens croisent le musicien sur la ligne 2 du métro qu’il arpente depuis 2003 ; son premier album Underground Raï Love sort le 26 avril, jour de ses 37 ans, produit par le Groupe Mostla ; en concerts le 09 mai aux Trinitaires (Metz), le 20 avril en duo au Printemps de Bourges (Bourges), à la Maroquinerie le 12 juin (Paris). 

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......