LE DIRECT
Avant la révolution, Ahmed el Attar

Numéro 14. Avant la (prochaine) révolution

1h01
À retrouver dans l'émission

Jalal Altawil était comédien en Syrie, arrêté par le régime, il a du partir en 2013. Il joue dans "Tous des Oiseaux" de Wajdi Mouawad au Théâtre de la Colline. Ahmed El Attar vient de créer sa pièce "Avant la révolution" au Caire, il la présente à Paris au Tarmac. Aloïse Sauvage chante APHONE.

Avant la révolution, Ahmed el Attar
Avant la révolution, Ahmed el Attar Crédits : Zeinab Mohamed

Il est 23h et l’ennemi est intérieur. On met du temps à s’en rendre compte. On a une fatigue mais on ne sait pas à quoi elle est liée. On ne sait pas si on est avant/ou après. Est-ce que le bouleversement est passé ou est-ce qu’il est encore à venir ? A quel moment on va pouvoir se dire que la révolution a bien eu lieu ? Il faudrait se rappeler pourquoi on en est là – se rappeler juste avant, ce qu’on ressentait. Dans la pièce Tous des oiseaux de Wajdi Mouawad on dit : Un chagrin, ça attend patiemment son heure, nous y sommes. On dit aussi tous les morts qu’on porte en soi. Les fantômes dont on hérite sans le savoir. On est dans une famille en Israël, on parle hébreu, allemand, bientôt arabe. Le jeune Eitan aime Wahida et ça rappelle à tous qu’il y a un mur entre ceux qui parlent hébreu, et les autres, arabe. Jalal Altawil lui est devenu acteur en Syrie, à Damas, avant d’être menacé ; de devoir partir – de se découvrir un ennemi à l’intérieur. Il a pourtant cru à la Révolution. Comme Ahmed El Attar au Caire ce 25 janvier 2011, il y a eu le moment de la joie et de l’espoir. Il y a eu ce moment qui crée une nouvelle case dans le cerveau, qui fait que quoi qu’il arrive après, on n’écoutera plus comme avant, on ne nous aura plus, parce qu’en fait, c’est possible. On n’avalera plus les mots. On créera du silence. On entend soudain l’ennemi de l’intérieur, celui qu’on pensait notre ami ou protecteur, celui qui nous endormait avec trop de bruits, de discours, on entend ces années de chagrin qui attend son heure. Ahmed El Attar dans son spectacle veut partager un état, un sentiment, ça s’appelle « Avant la révolution ». Ça mêle des chants, des prières, des informations, des attentats, de la fatigue. Ça rappelle que l’ennemi est intérieur et qu’il faut toujours penser que nous sommes avant, avant la prochaine révolution, intérieure et collective

Jalal Altawil dans "Tous des oiseaux" de Wajdi Mouawad
Jalal Altawil dans "Tous des oiseaux" de Wajdi Mouawad Crédits : Simon Gosselin

Jalal Altawil, comédien syrien. En 2012, Jalal Altawil a été donné pour mort en Syrie, avant que Al-Jazzera et Al-Arabiya révélent qu’il avait été fait prisonnier par le régime, incarcéré à deux reprises. Il a alors été contraint par ce dernier de dire devant des millions de téléspectateurs ( 5 millions de vues sur Youtube) qu’il soutenait Bachar-Al-Assad, et que ce sont les terroristes qui l’avaient fait prisonnier, sous peine de voir sa famille exécutée... Dans Tous des oiseaux, une pièce de Wajdi Mouwad au Théâtre de la Colline (Paris) du 17 novembre au 17 décembre, il joue un rôle qui fait écho à son parcours personnel : Hassan Ibn Muhamed el Wazzân, diplomate, voyageur, historien de langue arabe, né à la fin du XVème siècle, qui de retour d’un pèlerinage à la Mecque est fait captif par des corsaires chrétiens et livré au pape Léon X. Pour sortir de la prison, il s’est convertit au christianisme et a pris comme nom « Jean Léon l’Africain ».

Il parle français grâce à Gracia Namour.

Ahmed El Attar, auteur et metteur en scène égyptien. Adolescent, il réalise à quel point, en Egypte, le langage est dévoyé. Parents, médias, enseignants, racontent une réalité que son expérience quotidienne dément. Créée au Caire le mois dernier, sa pièce Avant la révolution sera jouée au Tarmac (Paris) du 28 novembre au 02 décembre. S’inspirant de discours religieux, de slogans des ultras de clubs soprtifs, de Wikipédia arabe, de la BBC arabe, de journaux quotidiens et de chansons populaires, elle tente d’expliquer et de comprendre l’avant 25 janvier 2011, le jour qui a marqué le début d’un grand soir attendu : la révolution égyptienne. Elle évoque ce qui a précédé les rassemblements de la place Tahrir au Caire.

LIVE : Aloïse Sauvage Comédienne (meneuse d’AG dans 120 battements par minute de Robin Campillo), danseuse de break dance, elle fait aussi du cirque contemporain et de la musique. Deux premiers clips sont sortis en septembre : ailleurs, higher et aphone, et deux sont à suivre. 

Elle sera en concert le 1er décembre au Centre National de la Danse pour la soirée ACT UP/120 battements par minute et le 9 décembre à Rennes Bars en Trans.

Le titre Ailleurs/Higher en studio :

Écouter
3 min
Atelier de la nuit - Aloise Sauvage Ailleurs Higher
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......