LE DIRECT
Aguirre, la colère de Dieu, Werner Herzog

Numéro 24. Trésors perdus

1h
À retrouver dans l'émission

Miguel Bonnefoy a écrit un roman d'aventures aux Caraïbes : "Sucre noir", qui évoque les ravages de la découverte du pétrole au Venezuela. David Wahl a imaginé sa "causerie" autour de l'histoire de la nature et de nos déchets "Le Sale discours". A la musique, BAGARRE et leur nouvel album CLUB12345

Aguirre, la colère de Dieu, Werner Herzog
Aguirre, la colère de Dieu, Werner Herzog

Il est 23h et on a oublié les chasses au trésor. La dernière fois, on devait avoir 7,8 ans, pourtant on avait sûrement fini par le trouver, en cherchant du côté des herbes hautes ou entre deux maisons. Mais ensuite, la succession des jours et des années nous a fait oublier que peut-être, il fallait continuer à chercher ce qu’on nous avait caché. Et que peut-être, il allait falloir renouveler l’idée qu’on se faisait de l’or à trouver. Miguel Bonnefoy dans son roman Sucre Noir, pose un navire à la dérive, un capitaine qui doit abandonner son coffre d’or. Tout à coup 3 siècles sont passés. Severo vient chercher l’or – il se mariera avec Serena la jeune femme du village. Il ne trouvera jamais l’or mais ça lui permettra de découvrir avec elle la forêt. Ils n’ont pas la même géographie en tête. Miguel Bonnefoy écrit : Serena « renommait ainsi une nature qui la précédait depuis des millions d’années ». Un trésor c’est ce qui vous précède, a été abandonné, doit être retrouvé. Elle seule sait que ça n’a rien à voir avec les détecteurs de métaux. Elle cherche l’amour, l’émotion, l’art. Elle cherche comme eux, tout ce qui se perd. Elle nomme les choses pour pouvoir les faire apparaitre. Elle se confond avec le monde qui l’entoure et parfois : « elle se sentait dissoudre comme du sucre dans de l’eau ». Miguel Bonnefoy nous rapproche de la forêt. David Wahl lui aussi dans sa dernière causerie, cherche ce qu’on est en train de perdre, il refait devant nous une histoire de l’environnement, avec l’homme et son rêve d’éternité, qui préfère souvent sa survie à celle de la forêt. Chez Miguel Bonnefoy, Serena s’interposera entre l’homme et l’arbre, pour sauver le deuxième. Elle ne s’habitue pas à la succession des jours qui nous fait oublier qu’il faut toujours se mettre à révéler ce qui a été perdu ou oublié

Miguel Bonnefoy, romancier. Son dernier roman Sucre noir (éd. Rivages, 2017) a des allures de conte philosophique : dans un village des Caraïbes, un trésor disparu vient bouleverser l’existence de la famille Otero, dont la fille hérite de la riche plantation de cannes à sucre. À la recherche du butin du capitaine Henry Morgan, dont le navire aurait échoué dans les environs trois cents ans plus tôt, les explorateurs s’y succèdent. Une terre sauvage, luxuriante, tropicale, où la légende croise les ambitions et les destins.

David Wahl, auteur, conteur, comédien. Sa pièce Le sale discours, dont le texte a paru aux éditions Premier Parallèle (janvier 2018), créée en décembre 2017 au Quartz, Scène Nationale de Brest, est programmée les 12, 26 et 27 février à la Maison de la Poésie (Paris), dans une mise en espace signée Pierre Guillois. Quatrième texte de sa série de « causeries », qui consistent à tisser des liens entre différents domaines trop séparés – théâtre et science, recherches savantes et récits populaires, savoirs et curiosités – Le sale discours parle avec un savant humour d’environnement, de nos déchets, de nos dégoûts… et de notre instinct de survie pour défier la mort.

LIVE : Bagarre. Le prochain album du groupe CLUB 12345 sort le 23 février ; en tournée de mars à mai dans toute la France, dont la Cigale (Paris) le 10 avril ; en attendant, le clip du nouveau single « Danser seul » est disponible depuis janvier.

COUP DE FIL A UNE SCÈNE NATIONALE : chorégraphe Phia Ménard, autour du spectacle Les os noirs, présenté les 6 et 7 février à la Scène Nationale de Sète et du Bassin de Thau. La nouvelle création de Phia Ménard explore les forces de l’air. De la lumière à l’obscurité, au cœur d’un entre-deux mondes, une femme plonge dans des ombres tumultueuses, dans ses eaux noires. La jongleuse et metteuse en scène joue sur le double tableau de la mort et du désir, de la disparition programmée et de l’espoir. Archéologue de la mémoire, en quête des os noirs des disparus, la jeune femme exhume des formes et des fantômes. Un saisissant poème de l’engloutissement !  

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......