LE DIRECT

Adolfo Bioy Casarès (1914-1999)

1h
À retrouver dans l'émission

Adolfo Bioy Casarès en 1968
Adolfo Bioy Casarès en 1968
Adolfo Bioy Casarès en 1968 ©Alicia d'Amico **Virginie Bloch-Lainé et Clotilde Pivin** Adolfo Bioy Casares naît en Argentine en 1914, la même année que Julio Cortazar et quinze ans après Jorge Luis Borges, dont il fut l’ami pendant 40 ans. Pendant 40 ans, les deux écrivains dînent ensemble tous les soirs ou presque dans l’immense appartement de Bioy Casares, à Buenos Aires. Issu d’une grande famille patricienne, propriétaire d’estancias côté paternel, héritière de la plus grande laiterie du pays côté maternel, Adolfo Bioy Casares parcourt le monde dès son plus jeune âge avec ses parents. Il est polyglotte, grand lecteur, précoce auteur de textes qu’il renie ensuite, et grandit au milieux des chevaux dans la pampa. L’origine béarnaise de sa famille paternelle explique sa tendresse particulière pour la France. L’argent n’était pas un problème pour ses parents, et n’en est pas un pour lui non plus. Mais cette aisance matérielle ne l’empêche pas d’être, avec Borges, qu’il rencontre en 1930, au cœur de la vie littéraire et intellectuelle argentine, dont son épouse, Silvina Ocampo, écrivain elle-aussi, tient les rênes, avec sa sœur Victoria, fondatrice de la revue *Sur* . Adolfo Bioy Casares écrit avec Borges des pastiches de romans policiers sous le pseudonyme de Bustos Domecq, puis à 26 ans, il écrit le roman qui le rend célèbre, devenu un classique de la littérature argentine, *L’Invention de Morel* , un roman fantastique, étrange, insulaire, scientifique, dont le héros tombe amoureux d’une illusion. Le roman est pour certains de ses lecteurs leur plus beau roman d’amour et il a inspiré d’autres romanciers. *L’Année dernière à Marienbad* résonne d’échos de *L’Invention de Morel* , mais Alain Robbe-Grillet qui en écrivit le scénario pour Alain Resnais disait ne pas l’avoir lu. Adolfo Bioy Casares écrit des nouvelles et d’autres romans après *L’Invention de Morel* , dont Borges, dans sa célèbre préface, qualifie la trame de *parfaite* . Son œuvre entière est traversée par les thèmes obsessionnels du complot, des fantômes, des villes et des mondes enfouis. Il ne faut pas y voir une métaphore de la vie politique argentine, à l’écart de laquelle il s’est tenu, ce qui du reste lui fut reproché. C’est comme ça. Ceux qui ont connu Bioy Casares, et qui témoignent dans cette émission, ont éprouvé sa discrétion, son charme, sa courtoise, mais aussi sa distance ironique par rapport au monde, comme s’il était en retrait, surplombant le réel. **Avec :** **Michel Lafon** , professeur à l’université Stendhal de Grenoble, responsable de l’édition des romans d’Adolfo Bioy Casares dans la collection *Bouquins* des éditions Robert Laffont. A l’automne 2011, les éditions Christian Bourgois publieront *Unos dias en Brasil* , un livre d’Adolfo Bioy Casares présenté par Michel Lafon. **René de Ceccatty, ** romancier, critique littéraire, éditeur **Marilu Marini, ** comédienne **Jean-Pierre Mourey, ** dessinateur et scénariste de bande dessinée, auteur d’une bande dessinée adaptée de *L’Invention de Morel* publiée aux éditions Casterman [Sélection de sites établi par les bibliothécaires de Radio France](http://www.americas-fr.com/litterature/bioy-casares.html) [http://www.americas-fr.com/litterature/bioy-casares.html](http://www.americas-fr.com/litterature/bioy-casares.html) [http://www.republique-des-lettres.fr/10391-adolfo-bioy-casares.php](http://www.republique-des-lettres.fr/10391-adolfo-bioy-casares.php) [http://laquinzaine.wordpress.com/2010/11/14/entretien-avec-adolfo bioy casares/](http://laquinzaine.wordpress.com/2010/11/14/entretien-avec-adolfo bioy casares/) [http://www.vivre-a-buenos-aires.net/adolfo-bioy-casares.html](http://www.vivre-a-buenos-aires.net/adolfo-bioy-casares.html) [http://laquinzaine.wordpress.com/2010/11/14/adolfo-bioy-casares-la-guerre au cochon/](http://laquinzaine.wordpress.com/2010/11/14/adolfo-bioy-casares-la-guerre au cochon/)
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......