LE DIRECT
Arthur Adamov

Arthur Adamov (1908-1970), au centre de l'arène

59 min
À retrouver dans l'émission

Né dans une riche famille russo-arménienne puis exilé à Paris sans argent, Arthur Adamov laisse une œuvre littéraire troublante et combative. Dramaturge admiré en son temps, il aimait que son théâtre soit « le lieu où le monde visible et le monde invisible se touchent et se heurtent ».

Arthur Adamov
Arthur Adamov Crédits : Ullstein bild - Getty

Quand sa famille se réfugie à Paris en 1924, Arthur Adamov a 16 ans. Il se passionne d'emblée pour les surréalistes et se lie d'amitié avec Antonin Artaud. Interné au camp d'Argelès pendant la seconde guerre pour propos anti-pétainistes, il parvient à être libéré et rentre à Paris. Après la guerre, il fait paraître L'Aveu, un texte autobiographique, et rencontre Jacqueline Autrusseau qui sera sa compagne jusqu'à la fin de sa vie.

Influencé par August Strindberg, il commence à écrire du théâtre et ses premières pièces, La Parodie et L'Invasion, sont mises en scène par Roger Blin et Jean Vilar. Associé au théâtre de l'absurde aux côtés de Samuel Beckett et d'Eugène Ionesco, il récuse pourtant très vite cette avant-garde. Marqué par sa rencontre avec Bertolt Brecht, il écrit dès lors des pièces reflétant davantage les oppressions sociales et coloniales.

Certains voient dans cette esthétique plus explicitement politique une rupture, d'autres, comme le critique Bernard Dort une « scandaleuse unité », celle d'un auteur dont la démarche est difficilement classable, empreinte d'une grande vérité, forte et transgressive. A l'image de ses textes autobiographiques qui retracent sans complaisance ses expériences amoureuses, charnelles et masochistes. 

Chez Adamov, la nécessité des luttes collectives contre l'oppression n'occulte pas pour autant ce qu'il appelle le « mal incurable » : les névroses, les aspirations déçues et les cauchemars remontant du plus loin de l'enfance. « Le monde angoissant qu'il décrivait il le portait en lui. Mais ce monde est peut-être notre monde. Il a su simplement (mais à quel prix ?) le capter mieux que nous autres et le restituer dans sa littéralité, dans sa nudité », témoignait Roger Planchon.

Injustement méconnue aujourd'hui, son œuvre théâtrale, poétique et critique n'en reste pas moins essentielle.

Une émission de Laura Tirandaz.

Réalisation : Ghislaine David. Prise de son : Yves Le Hors, Yvan Turk. Mixage : Eric Boisset. Documentation Ina : Marie Chauveau et Annelore Veil. Liens internet : Annelise Signoret.

Textes lus par Marie-Armelle Deguy, Dominique Laidet et Édith Scob.

Les poèmes lus par Édith Scob sont publiés aux éditions URDLA.

Merci à Jean-Pierre Han, Soazig Oligo et l'ENSATT, l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre.

Extraits des fictions radiophoniques

Tous contre tous, réalisé par Jean-Matthieu Zahnd, Cycle Arthur Adamov (Fictions et Cie).

Le temps vivant, réalisé par Claude Roland Manuel, diffusé pour la première fois sur les antennes de la RTF le 12 janvier 1963.

Archives 

L'entretien d'Arthur Adamov avec Max Chaleil et André Laude, datant de 1968, a été diffusé dans l'émission Radio Archives. 

Tout le théâtre d'Adamov ainsi que ses textes critiques et récits autobiographiques sont publiés aux éditions Gallimard. 

Bibliographie 

Revue Europe, n° 1065-1066 – Roland Dubillard – Arthur Adamov – janv./février 2018.

Poésies, coll. La source d’Urd, éditions URDLA, postface et note de Michel Bataillon, 2001.

Onirisme et engagement chez Arthur Adamov, sous la direction de Marie-Claude Hubert et Michel Bertrand, Publications de l'Université de Provence, 2009.

Liens

Arthur Adamov ou le prince déjanté : biographie de Geneviève Latour, à lire sur le site de l’Association de la Régie Théâtrale.

Entretien avec Arthur Adamov, réalisé par la RTBF en 1965 (1ère partie).

Entretien avec Adamov - 2ème partie.

Entretien avec Adamov - 3ème partie.

S’engager par et hors du théâtre. Arthur Adamov dans les années 1950 et 1960 : un article de Nathalie Lempereur, publié dans le numéro 9 de la revue Interrogations sur l’engagement.

L’éclat de rire ou le suicide ?  Comique, humour, ironie dans le théâtre d’Arthur Adamov à travers La Politique des restes, Sainte Europe et M. le Modéré : mémoire de master 2 de Fanny Lefebvre (université de Pau-Pays de l’Adour).

L’étranger, figure d’une « hainamoration » illimitée dans « Off Limits » d’Arthur Adamov : article de Tatsiana Kuchyts-Challier (Université Stendhal Grenoble-III) à lire sur le site Interfrancophonies.

Adamov rêvé par Planchon : à propos de  A. A. Théâtres d’Arthur Adamov, spectacle-hommage de Roger Planchon (1970). Une analyse d’Alexandra Marié (Université Stendhal – Grenoble 3) parue dans Recherches & Travaux n° 68, 2006.

Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......