LE DIRECT

Calouste Gulbenkian « Monsieur 5% »

1h
À retrouver dans l'émission

Calouste Sarkis Gulbenkian (1869-1955) fut un homme d'affaires d'une rare envergure internationale.

Calouste Gulbenkian en Egypte (1933)
Calouste Gulbenkian en Egypte (1933)

Calouste Sarkis Gulbenkian  (1869-1955) fut un homme d'affaires d'une rare envergure internationale. Né à Istanbul dans une famille arménienne, il fit ses études à Londres, exerça la fonction de représentant commercial de l’empire ottoman, puis de la Perse à Paris, et enfin s'installa au Portugal les treize dernières années de sa vie.

Ayant perçu très jeune les enjeux stratégiques du pétrole, ses talents de négociateur lui permirent de constituer une fortune colossale. Au moment du partage des champs de pétrole du Moyen Orient, il parvint à obtenir 5% de la Compagnie 'Iraqi Petroleum' d’où il tira son célèbre surnom de « Monsieur 5 % ». Millionnaire à trente ans, érudit et voyageur, il put nourrir sa passion d’esthète et constituer une extraordinaire collection d’oeuvres d'art, dans une époque où le marché était encore abondant et délaissé par les spéculateurs.

Des tableaux de Rubens, Degas, Monet, Turner, des sculptures égyptiennes, de la monnaie gréco-romaine d'or et d'argent, de délicats vases Qing, des lampes de mosquée syriennes, des tapis et velours ottomans, de l'orfèvrerie Lalique… ornaient ses demeures et son hôtel particulier du 51, Avenue d’Iéna à Paris.

De fait, « Monsieur 5% » était un véritable pont entre les cultures, et sa collection reflète à la fois l’orient et l’occident, même si discret et solitaire, il ne montrait pas facilement ses œuvres, si ce n'est à des intimes. Et lorsqu'un inconnu demandait à voir ses toiles, il répondait : « Dévoilerais-je les femmes de mon harem à un étranger ? »

Cependant, il prêta de nombreuses pièces de sa collection au British Museum et à la National Gallery de Londres et à la National Galery of art de Washington.

Quittant la France de Vichy en 1942, il s’installa à Lisbonne jusqu’à sa mort. Il y créa une Fondation pour maintenir l’unité de sa collection d’art dans un musée spécialement créé à cette intention, et dans le but de soutenir la recherche scientifique et médicale, l’éducation, le développement des arts et la culture arménienne à travers le monde. A la fin de la dictature de Salazar, dans un Portugal exsangue, cette riche institution assuma un rôle de ministère de la culture de substitution, à travers des bourses scolaires et des bibliothèques itinérantes.

Aujourd’hui encore, aux deux extrémités de l’Europe, de Constantinople à Lisbonne en passant par Londres et Paris, la Fondation Gulbenkian demeure synonyme de rayonnement culturel à travers le monde.

Avec* :*

Martin Essayan , arrière-petit-fils de Calouste GulbenkianRazmik Panossian , directeur des Services des communautés arméniennesJoao Carvalho Dias , conservateur au département des livresMaria Rosa Figuereido , conservatrice du muséeAna Paula Ribeiro Correia , responsable du service éducatifMaria Helena Borges , responsable du programme pour la langue et la culture portugaises Jonathan Conlin , professeur d’histoire moderne à l’université de Southampton, chercheur en cours de rédaction d’une nouvelle biographie de Calouste Gulbenkian.

Shnork Baghdassarian , prêtre de l’Eglise arménienne Saint Sarkis de Londres

Et le soutien de la Fondation Calouste Gulbenkian, délégation de Paris.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......