LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Peinture de Paul Signac : Opus 217. Sur l'émail d'un fond rythmique de mesures et d'angles, de tons et de teintes, Portrait de M. Félix Fénéon en 1890

Félix Fénéon (1861-1944) : l'arpenteur des arts

58 min
À retrouver dans l'émission

Felix Fénéon est un drôle de critique d’art. Arpenteur d’idées nouvelles, traducteur de formes sensibles et plastiques "naissantes", éditeur génial et redouté pour sa plume cruelle, Fénéon a l’insolite talent de débusquer les plus grandes signatures du XXème siècle.

Peinture de Paul Signac : Opus 217. Sur l'émail d'un fond rythmique de mesures et d'angles, de tons et de teintes, Portrait de M. Félix Fénéon en 1890
Peinture de Paul Signac : Opus 217. Sur l'émail d'un fond rythmique de mesures et d'angles, de tons et de teintes, Portrait de M. Félix Fénéon en 1890 Crédits : Wiki commons

L’importance de la critique d’art et son rôle crucial dans la mise en orbite des formes nouvelles prend son essor avec les revues d’avant garde et Felix Fénéon, surnommé FF en est l’éminence grise. Sa signature à lui se camoufle sous des pseudonymes et les jeux de cache-cache jusqu’à quasi disparaître. Le suivre, c’est établir un jeu de piste aux balises mouvantes, voir dissimulées. Créateur de revues et de salon indépendants, défenseur de l’art nouveau et de la littérature d’avant-garde, il se tient sur une pente raide : faire sortir de l’ombre des artistes sans glorioles, d’illustres inconnus. Et il réussit.

Humour noir, jaune, glacé, la palette varie, le Méphistoles des arts aime le déguisement. Ses pseudonymes varient selon son humeur, il choisit parfois un nom de femme, parfois celui d’un démon. Un jour, il évacue sa signature et disparait.  Avec sa barbichette noire et son teint pâle, il reste un contemporain indéchiffrable pour ses contemporains. Alfred Jarry le décrit comme « un fauve né à Brooklyn » ou celui « qui silence » - donc « celui qui s’y lance ».

Il se montre à nous à tel moment de pleine évidence et puis disparaît.

C’est ainsi que Jean Paulhan percevait Félix Fénon. Caché dans les revues symbolistes, à livre ouvert dans ses critiques à la pointe acérée,  Fénéon n’est pas l’homme d’une œuvre ou d’une langue. Il écrit en argot, invente de nouveau glossaire pour « écarquiller la langue », certaines trouvailles se trouveront quelques temps plus tard dans le Petit Larousse. Il disparaît dans des compositions écrites à plusieurs mains, dans ces jeux d’esprit des cafés de Montmartre puis se fait maître de la concision en 3 lignes dans ses  fameuses « Nouvelles en 3 lignes », faits-divers en 25 mots, prose hyper réaliste et sans adjectif, forme nette, concise, déroutante.

Il défend avec succès les néos, Seurat et Signac ou Jules Laforgue. Ami de Mallarmé et de Camille Pissaro, des symbolistes, Paul Adam, Gustave Kahn, directeur d’une douzaine de petites revues, il publie des œuvres neuves telles les Illuminations de Rimbaud, le Paludes d’André Gide, Dédalus de James Joyce. Son maître mot, agir sans être vu. Roi des travaux indirects et indispensables, homme austère au sourire rare, à l’amitié franche, cet étrange dandy, chapeau haut de forme, veste courte à collet est un anti-mondain qui ne souhaite ni défrayer la chronique, ni « épater le bourgeois » selon ses propres termes, mais servir quasi religieusement tout ce qui dans l’art  forme une nouvelle sensibilité.

Écouter
5 min
Archive INA : Emission "Tels que les autres" consacrée à Félix FENEON. RDF Chaine Parisienne 29/11/1947

Le rêve de la tortue est de voler. Ce n’est pas seulement que par l’Etat d’esprit que les fonctionnaires ressemblent aux tortues.  F.F

Le jour, il travaille comme fonctionnaire au ministère des armées, le soir, il fréquente les cercles anarchistes et la revue l’En-dehors auprès de Picabia et de Jean Grave. Une pluie d’attentat anarchiste frappe la capitale de sang rouge et noir. En 1894, il est accusé de conspiration et de détention d’explosifs. Une bombe a explosé « Chez Foyot » restaurant couru, mais vide ce soir là. Mallarmé le défend : « il n’y a pas pour Fénéon meilleur détonateur que ses articles ». Le doute subsiste jusqu’à aujourd’hui. Fénéon tourne le procès en mascarade dans des pages restées inoubliables : 

- On vous a vu causer avec des anarchistes derrière un réverbère.

- Pouvez-vous me dire, monsieur le Président, où ça se trouve, derrière un réverbère ?

Son procès dont le verdict lui sera favorable vire au Grand Guignol.

Ce dont on peut être sûr, c’est que l’homme a piégé les matériaux disparates qu‘il a laissé derrière lui. Si bien que de grands commissaires d’art et quelques directeurs de Musée Nationaux ont fait figurer par erreur quelques textes non signés de Félix Féneon et écrits d’autres acolytes dans leur exposition. Mais ses collections parlent pour lui. Acteur majeur de la scène artistique de la fin du XIXe siècle et du tournant du XXe, sa collection est immense, Braque, Matisse, Seurat, des pré-impressionnistes, des fauvistes et futuristes… jusqu’aux arts africains. D’ailleurs, dès 1920, Félix Fénéon questionne le statut des arts lointains dans une enquête « Seront-ils admis au Louvre » ?

Avec : Isabelle Cahn, conservateur en chef des peintures au Musée d’Orsay ; Philippe Pelletier, responsable de l’Unité Océanie Insulinde au Musée du Quai Branly ; Chalotte Hellman, directrices des archives Paul Signac ; Phillipe Oriol, auteur, éditeur ; Joan Halpérin, chercheuse et auteure.

Un documentaire de Nedjma Bouakra réalisé par Julie Beressi. Prise de son : Thomas Robine, Philippe Mercher. Mixage : Alain Joubert. Archives INA : Amélie Briand Le Jeune. Recherche et documentation : Annelise Signoret. Collaboration : Suzanne Saint-Cast.

Bibliographie

Pour aller plus loin...

L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......