LE DIRECT
Fernando Pessoa Heteronimia, du peintre Bottelho (2012)

Fernando Pessoa (1888-1935), écrivain pluriel

58 min
À retrouver dans l'émission

« Combien suis-je ? Qui est moi ? Quel est cet intervalle qui se glisse entre moi et moi ?" Poète aux multiples visages, Fernando Pessoa est un témoin de l'Histoire du Portugal, grande figure de l'avant-garde littéraire de son pays, auteur d'une œuvre multiple, complexe et intranquille.

Fernando Pessoa Heteronimia, du peintre Bottelho (2012)
Fernando Pessoa Heteronimia, du peintre Bottelho (2012) Crédits : Bottelho / Wiki commons

Imaginons que, dans les années 1910-1920, Valéry, Cocteau, Cendrars, Apollinaire et Larbaud aient été un seul et même homme, caché sous plusieurs "masques" : on aura une idée de l'aventure vécue à la même époque au Portugal par celui qui a écrit à lui tout seul les œuvres d'au moins cinq écrivains de génie, aussi différents à première vue les uns des autres que les poètes français que j'ai cités. Robert Bréchon dans la préface de la Pléiade consacrée à Fernando Pessoa en 2001.

Né en 1888, à Lisbonne dans une famille de la bourgeoisie, Pessoa perd son père quand il a 5 ans, puis son frère, quelques mois plus tard. En 1896, sa mère l'emmène en Afrique du Sud où elle rejoint son nouvel époux. L'anglais devient la langue «intellectuelle» du garçon. Il se met à écrire des poèmes sous le nom d'Alexander Search, un auteur qu'il crée à l'âge de 10 ans. A son retour à Lisbonne, en 1905, il fréquente la Faculté des Lettres et publie dans quelques revues. Il vit de petits emplois pour se garder le temps d'écrire. 

1914 est l'année décisive : le 29 janvier vers 11 heures du soir « naît dans son âme le docteur Ricardo Reis », l’un de ses principaux hétéronymes. Nés dans l’esprit de Pessoa, ses hétéronymes ont des biographies, des opinions politiques, des idées esthétiques, des sentiments. Cent trente-six de ses doubles littéraires sont connus à ce jour : nombre d’entre eux possèdent leur propre inspiration, leur propre style et leur œuvre «personnelle». 

C'est un poète qui se définit comme une conscience éclatée dans l'univers qu'il tente d'embrasser, par un excès de confiance. Il a mille manières de se définir, il embrasse tous les points de vue. Michel Chandeigne

Peu avant sa mort, dans une lettre adressée au critique Casais Monteiro, Pessoa s'expliquera sur la genèse des hétéronymes. Elle remonte à l'enfance, avec la création du « Chevalier de pas, héros de mes six ans », chargée de combler le vide affectif dont il souffre. A sa mort, la malle où il entassait ses manuscrits a révélé des milliers de pages d'écrits insoupçonnés (près de trente mille pages de textes, touchant à tous les genres excepté le roman) et que l’on n'a pas encore totalement mis à jour. 

Archive INA sélectionnée par Véronique de Saint-Pastou : extrait d'un entretien mené par André Velter avec Robert Bréchon sur Fernando Pessoa le 17 avril 1988 sur France Culture :

Écouter
5 min
Robert Bréchon évoque les grandes étapes de la vie et de l'oeuvre de PESSOA, la création des "hétéronymes" et les personnalités des plus importants d'entre eux
  • Pour aller plus, loin, réécoutez les quatre volets de La Compagnie des auteurs de Matthieu Garrigou-Lagrange sur France Culture, consacrés à Fernando Pessoa :

Pour en savoir plus, sites sélectionnés par Annelise Signoret, de la Bibliothèque de Radio France : 

Site de l'association française des amis de Fernando Pessoa 

Site des archives de Pessoa

Portail numérique qui propose une circulation ludique dans les textes de et sur Pessoa, selon ses hétéronymes, les thématiques… Ces deux sites sont coédités par la Maison Fernando Pessoa.

Fernando Pessoa, l’inquiéteur : un film de Jean Lefaux réalisé en 1990, en ligne sur YouTube. 

Fernando Pessoa : le voyage immobile : un cours de littérature donné par Patrick Quillier à la fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature. A écouter sur YouTube. 

La vie rêvée de Fernando Pessoa : article d’Elisabeth Poulet sur la place du rêve dans l’œuvre de Pessoa. A lire dans la Revue des ressources.

Musiques et lectures : 

  • O Pastor de Madredeus 
  • Miradouro de Santa Catarina de Madredeus 
  • Há uma música do povo de Mariza 
  • Les extraits sont lus par Didier Brice ont été tirés du Livre de l'Intranquilité, ainsi que Fernando Pessoa, anthologie essentielle (Éditions Chandeigne) et Je(ux), petite anthologie de poche aux Éditions Chandeigne.  
Intervenants
L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......