LE DIRECT

Frederick Douglass, le lion d’Anacostia (1818-1895)

59 min
À retrouver dans l'émission

Né d'une esclave noire et d'un maître blanc, lui-même esclave affranchi, Frederick Douglass devint l'une des plus grandes voix abolitionnistes américaines du XIXème siècle.

Frederick Douglass vers 1860
Frederick Douglass vers 1860

Par Virginie Bloch-Lainé. Réalisation : Clotilde Pivin. Attachée de production : Claire Poinsignon. Avec la collaboration d'Annelise Signoret.

Au 19ème siècle aux Etats-Unis, au cours des trente années qui précèdent l’abolition de l’esclavage en 1865, de nombreux esclaves affranchis racontent leur histoire. Publié et diffusé par les sociétés abolitionnistes, le récit d’esclave devient un genre littéraire. Steve McQueen a réalisé un film à partir de l’un de ses récits, Twelve years a slave , écrit par Solomon Northup. Mais la plus célèbre de ces autobiographies, depuis sa publication en 1845 jusqu’à aujourd’hui où elle a le statut de texte classique lu et étudié, c’est l’autobiographie de Frederick Douglass .

Né en 1817 d’une mère esclave et d’un maître blanc, Douglass connaît vingt années d’esclavage, sur une plantation d’abord, puis en ville, à Baltimore il parvient à s’échapper. Surdoué, sachant lire et écrire, Douglass raconte la violence dont il fut victime. Il donne des conférences très remarquées car il est un orateur exceptionnel. Rapidement, Douglass est davantage qu’un témoin de l’esclavage. Il s’engage en politique auprès des Républicains et conseille Lincoln pendant la guerre de sécession. Il fonde trois journaux, dirige une banque réservée aux esclaves affranchis, s’enrichit, fait faillite, épouse deux femmes dont une blanche en seconde noce. Douglass est un self-made man américain jusqu’au bout des ongles, irascible et génial.

Avec :

Claire Parfait , professeur de civilisation américaine à l’université Paris-Diderot.

Marie-Jeanne Rossignol, professeur de civilisation américaine à l’université Paris-Diderot.

Agnès Derail, maître de conférences en littérature américaine à l’ENS (Ulm).

Cécile Roudeau, professeur de littérature américaine à Paris III.

Hubert Haddad, écrivain, auteur de Théorie de la vilaine petite fille (éd. Zulma), un roman dans lequel apparaît Frederick Douglass.

Bibliographie :

Frederick Douglass , Vie de Frederick Douglass, esclave américain, écrite par lui-même , traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Hélène Tronc, (Gallimard).

Hubert Haddad , Théorie de la vilaine petite fille (Zulma).

François Specq , De l’esclavage en Amérique , (éditions rue d’Ulm).

William Wells Brown , Le récit de William Wells Brown, esclave fugitif, écrit par lui-même , traduit, introduit et annoté par Claire Parfait et Marie-Jeanne Rossignol (Publications des Universités de Rouen et du Havre).

Solomon Northup , 12 ans d’esclavage , traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Philippe Bonnet et Christine Lamotte (éditions Entremonde).

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......