LE DIRECT
Reunion (3ème congrés) de l'internationale situationniste a Munich en, Avril 1959 : au centre, Guy Debord (1931-1994), Lothar Fischer et Har Oudejans

Guy Debord (1931-1994), une oeuvre à détourner

59 min
À retrouver dans l'émission

Lecteur de Marx, Hegel, Lukács, Freud, mais encore des écrits de Melville, Swift, Pascal ou Saint-Just, Guy Debord a composé La Société du Spectacle par détournements, en y prêtant une concentration et un soin inédits. Cette oeuvre reste un point de repère pour la pensée critique contemporaine.

Reunion (3ème congrés) de l'internationale situationniste a Munich en, Avril 1959 : au centre, Guy Debord (1931-1994), Lothar Fischer et Har Oudejans
Reunion (3ème congrés) de l'internationale situationniste a Munich en, Avril 1959 : au centre, Guy Debord (1931-1994), Lothar Fischer et Har Oudejans Crédits : Photographe anonyme - Collection privee ©Electa/Leemage - AFP

En 1992, à l'occasion d'une réédition de La Société du Spectacle, Guy Debord prévenait : "Il faut lire ce livre en considérant qu'il a été sciemment écrit dans l'intention de nuire à la société spectaculaire." 

Vingt-cinq ans plus tard, nous célébrons le cinquantième anniversaire de la parution de La Société du Spectacle et cherchons encore à travers ses 221 thèses, pourquoi il devait lui donner un ton aussi tenu. 

Le fait est que le texte résiste aux lectures réductrices qui tendraient à n'en faire qu'une critique de la puissance des médias ou une simple occurrence dans la tradition des philosophes iconoclastes.

« Debord part d'une critique de la représentation restreinte et il passe à une critique de la représentation élargie. Progressivement, ce n'est plus seulement l'oeuvre d'art qui est critiquée comme spectacle, mais la culture dans son ensemble. Puis, finalement, à la suite de son approfondissement des thèses de Marx, ça devient la société et la société capitaliste. Et c'est comme ça qu'émerge le concept de Société du Spectacle, c'est-à-dire une société dans laquelle toutes les formes d'activités (politiques, économiques, culturelles) sont des formes de représentation où l'individu et le collectif n'ont plus de participation active et se livrent simplement à une contemplation des choses dont ils ont été dépossédé. » (Patrick Marcolini)

Livre en main, nous opérons une dérive dans la pensée de Debord, en allant demander aux lecteurs contemporains de La Société du Spectacle, la force de l'écriture debordienne dans la critique des industries culturelles, jusqu'aux évolutions du théâtre contemporain ou des applications telles qu'Instagram ou Tinder. Nous vérifierons l'actualité de Debord dans la pratique de la dérive, la mondialisation ou la relecture du traité De Spectaculis de Tertullien.

« Aujourd'hui, je ne sais pas si la vision sceptique, pessimiste de Debord, se vérifie quand on voit le foisonnement des pratiques alternatives, des mouvances, mouvements, y compris en Europe, qui débordent justement le cadre analytique qui est posé. Même dans les formes numériques complètement aliénées qui prolongent l'automatisation dont parle Debord, il y a toutes sortes d'alternatives qui se créent, qui mettent des grains de sable, voire des contre-propositions plus audacieuses. » (Alexander Neumann)

Par David Christoffel. Réalisation : Lionel Quantin. Mixage : Alain Joubert.

A LIRE

La vie Guy Debord son parcours, sa pensée politique, ses contradictions... -Dossier à consulter sur le site Zones subversives.

Intervenants
L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......