LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de John Fante

John Fante, une soif de revanche (1909-1983)

58 min
À retrouver dans l'émission

Avec autodérision, John Fante n’a jamais raconté qu’une seule histoire : la sienne. Fils de maçon, né dans le Colorado, il voulait devenir le plus grand auteur américain de sa génération. Sous sa plume, l’ordinaire devient extraordinaire. Pourtant, il ne connaîtra jamais la renommée de son vivant.

Portrait de John Fante
Portrait de John Fante Crédits : Afag Azizova / Wikimedia Commons

Si l’écriture a commencé très jeune pour John Fante, à l’âge de vingt ans, il n’a produit au cours de sa vie qu’une douzaine de romans accompagnés de nouvelles. Sa soif de réussite l’a mené progressivement à abandonner l’écriture au profit d’une activité plus rentable : l’écriture de scénarios. A l’approche de sa mort, Charles Bukowski s’est battu pour la découverte et la légitimation de cet auteur. Il a réussit à convaincre la maison d’édition relativement légitime Black Sparrow de publier ses œuvres . L’éditeur français Christian Bourgeois, qui œuvrait pour les « cinglés de la littérature » comme il le proférait lui-même, se lance alors, au cours des années 1980, dans les traductions et la publication des romans de John Fante. 

Un jour j’ai sorti un livre, je l’ai ouvert et c’était ça. Je restai planté un moment comme un homme qui a trouvé de l’or à la décharge publique. Les phrases filaient facilement à travers les pages comme un courant. Chaque ligne avait sa propre énergie et était suivie d’une semblable et la vraie substance de chaque ligne donnait sa forme à la page. Une sensation de quelque chose sculpté dans le texte. Voilà enfin un homme qui n’avait pas peur de l’émotion. L’humour et la douleur mélangés avec une superbe simplicité. Le début du livre était un gigantesque miracle pour moi et je compris bien avant de le terminer qu’il y avait là un homme qui avait changé l’écriture. Le livre était « Demande à la poussière » et l’auteur, John Fante. Il allait toute ma vie m’influencer dans mon travail. Charles Bukowski 

Bandini, le double flamboyant de John Fante, renvoie à son enfance passée au sein d’une famille italo-américaine, la honte de ses origines italiennes, la place étouffante que prend la religion dans sa famille, et l’absence du père parti vivre avec sa maîtresse. Lui, le fils de maçon des Abruzzes qui veut devenir le plus grand auteur américain de sa génération, a souffert durant son enfance du rejet d’une partie de la communauté américaine anglo-saxonne du début du XXème. Dans La Route de Los Angeles, on retrouve Arturo Bandini à ses dix-huit ans, à l’époque où il vit encore chez sa mère et sa sœur zélée pour la religion, deux femmes qu’il méprise à grand renfort de citations de Nietzsche. Hautain, passionné, rêveur, il entretient des relations sexuelles avec des filles sur papiers glacés et règne sur les crabes timides qu’il massacre à loisir… 

Yvan Attal dans son film "Mon chien stupide", adapté du roman de John Fante, en salles en octobre 2019
Yvan Attal dans son film "Mon chien stupide", adapté du roman de John Fante, en salles en octobre 2019 Crédits : © StudioCanal

Los Angeles donne-toi un peu à moi ! Los Angeles, viens à moi comme je suis venu à toi, les pieds sur tes rues, ma jolie ville je t’ai tant aimé, triste fleur dans le sable, ma jolie ville. John Fante, Demande à la poussière

« Rarement l’oeuvre littéraire a été un décalque aussi fidèle de l’existence de l’auteur. [...] Moyennant quoi, la vie de John Fante ressemble à un condensé de ses romans. » raconte Brice Matthieussent dans la biographie écrite en 1995 par Stephan Cooper sur John Fante.  

« Que fais-je ici, me demandai-je. Je déteste cet endroit, cette ville hostile. Pourquoi me rejetait-elle toujours comme un orphelin indésirable ? N’avais-je pas payé mon dû ? N’avais-je pas travaillé d’arrache-pied, fait l’impossible pour trouver une place au soleil ? Qu’avait donc cette ville contre moi ? Mes ennuis tenaient-ils à ma gaucherie de paysan, à la conviction chez moi bien ancrée de ne pas être tout à fait comme les autres ? » John Fante, Rêves de Bunker Hill 

Une fois qu’il intègre la société bourgeoise et «people» d’Hollywood, John Fante ne cessera de chercher à se rapprocher de «son» Italie. Selon Brice Matthieussent, Fante, le fils d'immigré italien nourri aux spaghettis "olio e aglio"« vit à l’ouest de Rome entre une Italie fantasmée par les souvenirs familiaux et une Amérique qui le refuse ». Décédé en 1983, John Fante n’est pas parvenu à obtenir une reconnaissance littéraire de son vivant.

Lectures Stanislas Merhar et Theo Hakola.

Avec : Brice Matthieussent, écrivain et traducteur des œuvres de John Fante ; Philippe Garnier, journaliste, écrivain et traducteur de l’ouvrage Demande à la poussière de John Fante ; Yvan Attal, acteur, scénariste, réalisateur, actuellement en préparation du tournage de l’adaptation de Mon chien stupide de John Fante, qui sortira en salle le 30 octobre 2019. 

  • Un documentaire de Lenora Krief, réalisé par Céline Ters. Prise de son : Olivier Dupré et Philip Merscheer. Mixage : Alain Joubert. Recherches INA : Anne Delaveau et ressources internet : Annelise Signoret de la bibliothèque de Radio France. 
Écouter
4 min
Extrait d'un entretien avec l'écrivain Dan Fante, sur son rapport à son père et à l'alcool, au micro d'Olivia Gesbert, le 1er mai 2012 dans L'Humeur Vagabonde sur France Inter

Pour aller plus loin 

Promenade dans Los Angeles sur les traces de John Fante en compagnie de Dan, Jim & Vickie Fante. A voir sur YouTube.

Made in Fante, portrait de Dan Fante, écrivain hanté par son père, un documentaire de François Lecauchois et Stéphane Muller : en ligne sur YouTube.

Site du Festival littéraire John Fante, qui se tient tous les ans à Torricella Peligna, dans le sud de l’Italie, là où est né son père.

Goodbye Bunker Hill : une nouvelle de John Fante publiée dans The Times en 1940.

Intervenants
L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......