LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait de Léonard de Vinci, par Lattanzio Querena (1768-1853)

Léonard de Vinci, une poétique de l'inachevé (1452-1519)

59 min
À retrouver dans l'émission

Selon Daniel Arasse, "Dieu mis à part, Léonard de Vinci est sans doute l’artiste sur lequel on a le plus écrit". Alors que l'on célèbre le 500ème anniversaire de sa mort, Léonard de Vinci est l'un des personnages les plus célèbres au monde, les plus énigmatiques, formé de légendes et de paradoxes.

Portrait de Léonard de Vinci, par Lattanzio Querena (1768-1853)
Portrait de Léonard de Vinci, par Lattanzio Querena (1768-1853) Crédits : DeAgostini / Musées civiques de Padova - Getty

Un demi-millénaire a passé depuis la mort de Léonard de Vinci le 2 mai 1519 à Amboise, dans le château du Clos Lucé que François 1er avait mis à sa disposition. L’artiste y avait apporté ses derniers tableaux, devenus depuis les joyaux du Louvre. Léonard s’intéressait à tout avec passion, mais Vasari, l’auteur de la première biographie de Léonard au XVIème siècle, dit de lui qu’il ne « terminait rien ». Associée à la figure du génie universel, cette affirmation étonne. Dans ce documentaire, nous sommes guidés par l’exploration de ce paradoxe. 

Léonard de Vinci est celui qui ouvre un nouveau chapitre de la Renaissance italienne. Les œuvres de Léonard ne sont pas que des froides illustrations d’études scientifiques, derrière cette enquête du monde il a aussi découvert la beauté et la poésie de l’être humain, de la nature et c’est tout cela qu’il retranscrit dans sa peinture. Vincent Delieuvin

Du peintre ne reste qu’une vingtaine d’œuvres, mais du sculpteur, du musicien, du poète, de l’artificier, du scénographe, peu de traces, sinon chez les chroniqueurs du temps. Mythes et légendes ? Des machines inventées, pas de réalisations. En revanche, quelque six mille pages manuscrites, ses fameux Carnets, d’une richesse inouïe mêlant textes, poésies, dessins, plans, projets, que le XXème siècle, avec d’éminents spécialistes, s’est attelé à décrypter et sur la base desquels ont été reconstituées ses inventions.

Léonard n’est pas mort dans les bras du roi de France comme l’ont peint Ménageot puis Ingres en suivant le récit donné par Vasari. Mais ce lien si profond entre Léonard et la France passe par la Loire, les fêtes mythiques, le Louvre ; le séjour et la mort de l’artiste à Amboise, et l’entrée de ses ultimes chefs-d’oeuvre dans la collection de son dernier mécène François Ier. En allant à Amboise et sur la Loire, nous évoquerons les fêtes royales dont Léonard fut le concepteur et scénographe et qui firent la gloire de la cour du roi de France : des machines automates, des spectacles pyrotechniques, des décors peints grandioses et éphémères qui éblouirent ses contemporains.

Écouter
5 min
Jean Amrouche lit un extrait de la "Vie de Léonard de Vinci" de Stendhal, le 26 juillet 1952, sur la Chaîne Nationale

Mais comment cet artiste iconique de la Renaissance italienne est-il arrivé en France ? Quelle a été sa vie, sa formation ? Que doit son inspiration à l’effervescence artistique de Florence ? Comment la légende Léonard s’est-elle formée au fil des siècles et pourquoi la Joconde attire-t-elle toujours tant d’admirateurs ? Quel statut a la peinture dans l’étendue de son immense activité, de son insatiable curiosité ? Qu’est-il parvenu à atteindre ?

Le tableau de La Joconde, exposé au musée du Louvre à Paris en 2019
Le tableau de La Joconde, exposé au musée du Louvre à Paris en 2019 Crédits : Elise Gruau

Plus que la figure d’un homme d’un seul art assignable, c’est plutôt la figure d’un philosophe par les arts, engagé dans une quête infinie de connaissance qui se dessine. L’inachèvement devient une esthétique, une habileté à ne jamais refermer les chapitres de la connaissance. Une poétique de l’inachèvement qui est à mettre en balance avec l’extrême degré de perfection de ses personnages peints, de ses paysages et avec l’étendue prodigieuse de ses créations.

Écouter
3 min
Salvador Dali parle de sa propre folie et du délire paranoïaque fertile de Léonard de Vinci, dans l'émission Détruisez votre légende, au micro d'André Halimi, le 16 décembre 1967 sur France Inter

Pour aller plus loin

Site officiel du Clos Lucé : Pour la première fois depuis le XVIe siècle, la tapisserie de la Cène de Léonard de Vinci est exposée en dehors des Musées du Vatican et d’Italie. A l’occasion du 500ème anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, l’exposition au Château du Clos Lucé met en lumière ce chef-d’oeuvre monumental et récemment restauré, du 06 juin au 08 septembre 2019.

Site officiel du Château Royal d'Amboise

Traitté de la peinture, de Léonard de Vinci, donné au public et traduit d'italien par Roland Fréart, édition 1651.

La bibliothèque de l’Institut de France conserve 12 carnets de Léonard de Vinci, datant de 1487 à 1508 environ, consultables en ligne sur le site de la Réunion des Musées Nationaux. Des fac-similés sont exposés du 25 mars au 5 juillet 2019 à la Bibliothèque de l’Institut de France.

Notes et dessins sur la génération et le mécanisme des fonctions intimes : Feuillets inédits, reproduits d'après les originaux conservés à la Bibliothèque du château de Windsor, par Léonard de Vinci : à consulter sur Gallica.

Exposition Léonard de Vinci, est à voir à partir de l'automne 2019, au Louvre à Paris. 

Toute la bibliographie se trouve en bas de page. 

  • Avec : Louis Frank, conservateur au musée du Louvre ; Vincent Delieuvin, conservateur au musée du Louvre ; Sophie Chauveau, écrivain, auteur d’un roman L’Obsession Vinci (Télémaque) et d’une biographie Léonard de Vinci (folio) ; François Saint Bris, Président du Clos Lucé à Amboise ; Catherine Simon Marion, responsable de la programmation culturelle du clos Lucé ; Jean-Louis Sureau, directeur du Château royal d’Amboise. Lecture d’extraits des Carnets par Thierry Beauchamp. Remerciements à Françoise Bérard, directrice de la bibliothèque de l’Institut de France.
  • Un documentaire d'Elise Gruau, réalisé par Anna Szmuc. Prise de son Raymond Albouy, recherches INA : Haude Vassent, documentaliste : Annelise Signoret. Coordination Christine Bernard, assistée de Pascaline Bonnet et Juliette Testa. Vidéo : Juliette Testa avec Lucie Rebière.
  • Générique de fin : Will.i.am feat Nicole Scherzinger, Mona Lisa Smile (2016) >> à voir sur Youtube
Intervenants
L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......