LE DIRECT
Monique Wittig (Paris, 1985)

Monique Wittig (1935–2003), écrivain et lesbienne révolutionnaire

59 min
À retrouver dans l'émission

Dès mai 1968, elle pense le mouvement féministe qui vient. Lesbienne matérialiste, elle veut rompre le contrat social hétérosexuel, théoricienne littéraire, elle travaille le genre grammatical. Visionnaires, les combats de Monique Wittig restent brûlants d'actualité.

Monique Wittig (Paris, 1985)
Monique Wittig (Paris, 1985) Crédits : Colette Geoffrey

Théoricienne littéraire, traductrice, écrivaine, pionnière du Mouvement de Libération des Femmes, si la pensée de Monique Wittig irrigue encore les combats féministes d’aujourd’hui : une langue patriarcale, les carcans de genre qui "assignent" à des rôles dans la société comme dans l’intimité, elle n’est que rarement nommée. 

Dès son premier roman L’Opoponax, qui reçoit le prix Médicis en 1964, elle travaillera sur la langue, sur les pronoms. La révolution, pour elle, passe par l’épistémè : il faut "dérober au masculin l’universalité". 

Politique et littéraire sont, chez Wittig, intimement liés. Elle abhorrera un certain féminisme qui mythifie "la femme" et déclarera, en 1978 : "les lesbiennes ne sont pas des femmes", la différence des sexes n’étant, pour elle, qu'une fiction politique dans un schème hétérosexuel. 

Cette déclaration est une onde de choc, controversée, incomprise, elle participe de l’ostracisation de Monique Wittig en France. Aux Etats-Unis, où elle s’exilera, enseignera le français et les études féministes, et décédera, cette phrase et sa pensée, à la faveur de la popularisation des études de genre dès les années 90, feront d’elle une icône. 

Un documentaire de Clémence Allezard réalisé par Guillaume Baldy. Mixage : Alain Joubert. Liens internet : Annelise Signoret. Archives Ina : Linda Simhon.

Archives

  • Entretien de Monique Wittig par Josy Thibaud (1979), grâce à Suzette Robichon.
  • Extait entretien filmé de Monique Wittig par Louise Turcotte (1973). 
  • J/E, atelier de création radiophonique sur France Culture par Syn Guérin et Eugénie Kuffler (1983), adapté du Corps Lesbien de Monique Wittig.

Captation Sonore de la pièce L’Opoponax, dans le cadre du triptyque Les Insoumises d’Isabelle Lafon au Théâtre de la Colline en 2016.

Captation sonore de la pièce de théâtre Le Voyage Sans Fin au théâtre du Rond-Point en 1985, grâce au Centre Simone de Beauvoir.

Lectures

  • L’Opoponax, Editions de Minuit, par Isabelle Lafon.
  • Les Guerrillères, Editions de Minuit, par Agathe Chouchan.

Bibliographie

  • L’Opoponax, Editions de Minuit.
  • Les Guerrillères, Editions de Minuit.
  • Le Corps lesbien, Editions de Minuit.
  • Brouillon pour un dictionnaire des amantes, co-écrit avec Sande Zeig, Grasset.
  • Virgile, non, Editions de Minuit.
  • Paris-la-politique, POL.
  • La Pensée straight, Editions Amsterdam.
  • L’écriture de Monique Wittig à la couleur de Sappho, Catherine Ecarnot, L’Harmattan.
  • Dictionnaire des féministes, sous la direction de Christine Bard, La découverte.
  • Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes : autour de l'oeuvre politique, théorique et littéraire de Monique Wittig (actes du colloque des 16-17 juin 2001, Columbia University, Paris,) Sam Bourcier et suzette Robichon, paru aux Editions gaies et lesbiennes.
  • Lire Monique Wittig aujourd’hui, dirigé par Benoit Auclerc et Yannick Chevalier, PUL
  • Le chantier littéraire, de Monique Wittig aux Presses Universitaires de Lyon et aux éditions iXe (2010).

Liens 

La version française de son site officiel.

Portrait de Monique Wittig par Audrey Lasserre dans L’Encyclopædia Universalis.

Entretien avec Monique Wittig (page 63) dans le numéro 46 de la revue Prochoix, consacré au MLF : Le mythe des origines.

Au-delà du sexe : le projet utopique de Monique Wittig : article de Kate Robin, paru dans le Journal des Anthropologues en 2011.

L'écriture de Monique Wittig, conférence de Catherine Ecarnot, agrégée de Lettres Modernes et auteure de la première thèse sur Monique Wittig. A écouter sur le site de la Bibliothèque municipale de Lyon. 

Le déchaînement littéraire : Sphinx d’Anne Garréta et Le corps lesbien de Monique Wittig - Analyse d’Eva Feole paru dans la Revue critique de fixxion française contemporaine.

Intervenants
  • agrégée de lettres, auteure de la première thèse sur Monique Wittig en France.
  • comédienne, metteur en scène
  • militante lesbienne radicale, fondatrice de la revue québécoise Amazones d’hier, lesbiennes d’aujourd’hui.
  • militante lesbienne, membre du collectif Archives et recherches de culture lesbienne (ARCL) et du Centre audiovisuel d’archives féministes Simone de Beauvoir
  • comédienne et ancienne compagne de Monique Wittig.
  • Ecrivaine, membre de l’Oulipo, Anne F. Garréta enseigne la littérature à l’Université de Rennes II et à Duke University.
  • Activiste queer et sociologue, maître de conférences à l'université Lille III, fondateur du collectif Le Zoo.
L'équipe
Production
Coordination
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......