LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Nicolas Gogol, le rire au bord de l’abîme (1809-1852)

59 min
À retrouver dans l'émission

dfghjklmù

Nicolas Gogol par A. Ivanov en 1841
Nicolas Gogol par A. Ivanov en 1841

A Moscou, il faut s’inscrire six mois à l’avance pour visiter le Musée Gogol tant la ferveur gogolienne est grande. Peu d’auteurs ont suscité autant de légendes bizarres, comme celle, pour Nicolas Gogol , d’avoir été enterré vivant, ou d’avoir eu la tête volée dans la tombe, scène par laquelle commence La Tête de Gogol , un formidable roman contemporain du russe Anatoli Koroliov.

Tout se passe comme si Gogol était devenu l’un de ses personnages : un héros des Récits du Hameau , contes colorés, inspirés par le folklore de son Ukraine natale et pleins de sorcellerie. Ou un personnages des Nouvelles de Saint-Pétersbourg  (La Perspective Nevski , Le Nez, *Le Manteau, Le Journal d’un fou) * dans lesquelles la peinture de la bassesse humaine bascule dans le fantastique.

Né en Ukraine en 1809, venu à Saint-Petersbourg où Pouchkine le pousse alors à écrire, Nicolas Gogol devient l’une des figures principales de l’Age d’or de la littérature russe. Son plus grand succès est sa pièce le Révizor , où le spectacle de la corruption de tous provoque un rire ravageur. Mais le rire s’ouvre sur l’abîme du mal. Le satiriste, en Gogol, se double d’un mystique, qui aspire à apporter par l’écriture le salut à la Russie. Une Russie qu’il dépeint d’autant mieux qu’il s’en éloigne, quittant les brumes nordiques de la capitale russe, pour le soleil de Rome.

Ultime chef d’œuvre, Les Ames mortes  raconte la chevauchée d’une crapule : un certain Tchitchikov qui parcourt la province pour acheter des âmes de serfs décédés. Mais qui donc est Tchitchikov ? La Russie elle-même ? Le Diable ?

Gogol jeta au feu la fin de son texte, quelques jours avant de se laisser mourir, tourmenté, à seulement 43 ans.

« Gogol est notre Pascal russe », disait Tolstoï.

Avec les voix de Marc Chagall  et Jean Dasté . Lectures d’extrais du Nez  par Herni Rollan .

Avec :

Stéphane Barsacq , écrivain, éditeur.

Caroline Bérenger , maître de conférence de littérature russe à l’Université de Caen.

Anne Coldefy-Faucard , éditrice, traductrice d’une soixantaine d’oeuvres du russe dont Le manteau , Le nez , Les Ames mortes , de Nicolas Gogol.

Michael Levinas , compositeur, auteur de l’opéra Le Manteau  d’après Gogol.

Nata Minor , psychanalyste, écrivain.

Michel Niqueux  qui a dirigé une réédition critique des nouvelles de l'écrivain russe dans la collection Quarto chez Gallimard.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......