LE DIRECT
Portrait de Niccolo di Bernardo dei Machiavelli (Nicolas Machiavel, 1469-1527), homme politique et philosophe italien. Gravure de 1867-1868.

Nicolas Machiavel, "storico, comico e tragico"

58 min
À retrouver dans l'émission

À l’heure où monarques et dictateurs côtoient des démocraties moribondes, "Une vie, une œuvre" vous emmène à Florence au temps de la Renaissance, à la rencontre d’un théoricien du réalisme politique qui se disait "historien, comique et tragique" : Nicolas Machiavel.

Portrait de Niccolo di Bernardo dei Machiavelli (Nicolas Machiavel, 1469-1527), homme politique et philosophe italien. Gravure de 1867-1868.
Portrait de Niccolo di Bernardo dei Machiavelli (Nicolas Machiavel, 1469-1527), homme politique et philosophe italien. Gravure de 1867-1868. Crédits : ©Lee/Leemage - AFP

Une vie, une œuvre vous emmène à Florence en temps de guerre, au cœur d’une période troublée pendant laquelle les Lumières de la Renaissance côtoyaient les Ténèbres de la violence politique et religieuse. Vous rencontrerez un homme épris de liberté mais que sa légende noire fit et fait encore passer pour une canaille, Nicolas Machiavel. 

Revêtez vos plus beaux habits de cour et prenez vos armes pour vous frayer un chemin parmi les mercenaires et condottieres, en compagnie de Savonarole, des Borgia, des Médicis et même d'un prélat coupé en deux, avec l’auteur des bréviaires intemporels de philosophie politique que sont Le Prince et L’Art de la guerre

Niccolò Macchiavelli, penseur italien de la Renaissance, théoricien de la politique, de l'histoire et de la guerre, était aussi poète et dramaturge. Fonctionnaire de la République florentine, il effectua diverses missions diplomatiques, notamment auprès de la papauté et de la cour de France. Il devint alors un observateur privilégié et aguerri de la mécanique du pouvoir et des ambitions qu'il suscite.

Il faut amadouer les hommes ou s'en défaire, parce qu'ils se vengent des offenses légères et qu'ils ne sauraient se venger des grandes. De sorte que l'offense qui se fait à l'homme lui doit être faite d'une manière qu'il n'en puisse tirer vengeance.

Nicolas Machiavel, Le Prince (trad. Abraham-Nicolas Amelot de la Houssaie), éd. H. Wetstein

"Historien, comique et tragique" ("storico, comico e tragico") : c'est ainsi que se désigne lui-même Machiavel, en signant une lettre adressée à son ami Guichardin, à propos des événements de 1525, et des temps troublés où Charles Quint assurait une mainmise sur la péninsule italienne.

Historien, il n'a cessé de l'être, depuis les années où, nommé secrétaire à la chancellerie florentine, il effectue des missions diplomatiques à l'extérieur : il scrute alors la vie politique de Florence et des pays où il se rend, il analyse, il écrit, éclairé par la lecture des Anciens. Et ce, jusqu'à la fin de sa vie. Toute son œuvre est générée par ses activités politiques qui lui inspirent discours, commentaires, réflexions, pour aboutir à ce dernier grand texte, commandé par Jules de Médicis devenu le pape Clément VII, que sont les Histoires florentines où il traite de l'histoire contemporaine de Florence.

Comique, il écrit aussi des pièces de théâtre dont la plus connue, La Mandragore, à travers le rire et les personnages créés, fait écho à la politique et la vie publique dont il ne peut jamais vraiment s'éloigner.

Tragique, comme sa description de la réalité des hommes, comme le destin et les qualités qu'il prête au Prince, qui "ne peut fuir le renom d'être cruel". Un réalisme politique froid, qui est à l'origine du terme "machiavélique" parfois utilisé à contresens. Aussi faut-il encore expliquer ce que "machiavélien" signifie.

Cesar Borgia (Cesare Borgia il Valentino) en discussion avec Niccolo di Bernardo dei Machiavelli (Nicolas Machiavel, 1469-1527) (à droite, vêtu rouge) devant le cardinal Pedro Loys Borgia et le secrétaire Don Micheletto Corella.
Cesar Borgia (Cesare Borgia il Valentino) en discussion avec Niccolo di Bernardo dei Machiavelli (Nicolas Machiavel, 1469-1527) (à droite, vêtu rouge) devant le cardinal Pedro Loys Borgia et le secrétaire Don Micheletto Corella. Crédits : Auteur inconnu, peinture du XVIeme siecle, collection Albani, Rome, Italie, 1887 - AFP

Avec les analyses de :

Corrado Vivanti , auteur de Machiavel ou les temps de la politique  (éd. Desjonquères)

Jean-Louis Fournel  et Jean-Claude Zancarini , traducteurs du De principatibus, Le Prince  (éd. PUF)

Françoise Decroisette , professeur de littérature italienne, spécialiste du théâtre italien, traductrice

Myriam Revault d'Allonnes , professeur des universités à l'EPHE, auteur de Doit-on moraliser la politique ?  (éd. Bayard)

Première diffusion : le 10 avril 2008. Par Simone Douek. Réalisation : Dominique Costa. Attachée de production : Claire Poinsignon. Avec la collaboration d'Annelise Signoret de la Bibliothèque centrale de Radio France. 

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......