LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photo prise le 16 mars 1983 à Paris devant ses sculptures du bassin du quartier Beaubourg du peintre et sculpteur français, Niki de Saint-Phalle qui est décédée à San Diego (E-U).

Niki de Saint Phalle : "J'ai décidé très tôt d'être une héroïne. L'important était que ce fût difficile, grand, excitant !"

59 min
À retrouver dans l'émission

Tout le monde connaît les "Nanas", ces femmes puissantes, joyeuses, débridées, multicolores. On les doit à Niki de Saint Phalle, créatrice radicale et avant-gardiste décédée en 2002 à 72 ans. Mais son œuvre ne se résume pas à ses sculptures monumentales.

Photo prise le 16 mars 1983 à Paris devant ses sculptures du bassin du quartier Beaubourg du peintre et sculpteur français, Niki de Saint-Phalle qui est décédée à San Diego (E-U).
Photo prise le 16 mars 1983 à Paris devant ses sculptures du bassin du quartier Beaubourg du peintre et sculpteur français, Niki de Saint-Phalle qui est décédée à San Diego (E-U). Crédits : GEORGES BENDRIHEM - AFP

J

Il est temps de découvrir ou redécouvrir ses "tirs" sur des panneaux où sont fixés des objets symboliques et des sacs de couleurs, le tout recouvert de plâtre blanc qu’elle fait exploser à l’aide d’un 22 long rifle. Seule femme du groupe des Nouveaux Réalistes, cette artiste franco-américaine est l’une des très rares femmes sculpteurs du XXe siècle. Désireuse de s’adresser au grand public, Niki de Saint Phalle réalise trois grands parcs de sculptures dans le monde (en Italie, en Israël et en Californie), la plupart financés par elle-même. Avec son compagnon le sculpteur Jean Tinguely, elle crée la fontaine Stravinsky près de Beaubourg et participe à l’aventure du Cyclop dans la forêt de Fontainebleau. Influencée par Gaudi ou le Facteur Cheval, son projet le plus ambitieux est "Le Jardin des Tarots" en Toscane, œuvre d'une vie (de 1978 à 1996). Une grande dame de l'art.

Redécouvrez Niki de Saint Phalle :

Niki était notre catalyseur d'énergies. Jean-Pierre Raynaud

J'ai suivi le schéma normal de la personne révoltée : d'abord contre la famille, puis contre l'école, où j'ai eu beaucoup de difficultés, et après contre la patrie. J'étais très mal à l'aise dans le milieu dans lequel je suis née : j'ai toujours été plus à l'aise avec la cuisinière dans la cuisine que dans le salon. J'ai très tôt été consciente des problèmes sociaux, cela m'a touchée dès mon enfance. Niki de Saint Phalle

Physiquement, elle était très belle. Elle était toujours élégante. Tout le monde la remarquait. Catherine Francblin

Niki avait une grande fragilité psychique. Et cette chose qui aurait pu devenir une dépendance, elle s'en est servi pour être dans la créativité. Elle a pu transformer un inconvénient en quelque chose de fort et d'universel. Jean-Pierre Raynaud

Et son œuvre : 

J'avais des gens autour de moi qui m'ont toujours soutenue, malgré le fait que beaucoup de peintres officiels de l'époque étaient contre ou n'aimaient pas ce que je faisais. On me disait "Va à l'école, tu ne sais pas peindre". Niki de Saint Phalle

Les Nanas ne sont pas forcément lues comme elles devraient l'être. Niki de Saint Phalle expliquait bien que ce sont des personnages féministes, c'est une armée de femmes plus grandes que nature, certaines enceintes, toujours très dynamiques, qui envahissent l'espace public : c'est un geste fort de multiplication du corps féminin dans l'espace public et artistique. Il y a vraiment un discours politique derrière ces Nanas. Camille Morineau

Les Nanas représentaient pour moi le symbole de la femme joyeuse, libre, sûre d'elle-même. C'étaient les nanas au pouvoir, les femmes au pouvoir. Niki de Saint Phalle

Les Nanas sont plutôt des guerrières. On peut les admirer, et en même temps elles font peur. On peut dire qu'elles ont quelque chose qui se rapproche de ce que Niki a été, et que l'on peut résumer par le terme d'un excès qui confine à la folie. Catherine Francblin

Témoignages de :

  • Jean-Pierre Raynaud (artiste plasticien)
  • Catherine Francblin (critique d'art)
  • Camille Morineau (directrice des expositions et des collections de la Monnaie de Paris)
  • Jean-Gabriel Mitterrand (galeriste)
Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......