LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Nusrat fateh Ali Khan en 1987 lors d'un concert au Royal Albert Hall.

Nusrat Fateh Ali Khan (1948-1997) : le héraut du qawwali

59 min
À retrouver dans l'émission

20 ans après sa mort, la légende du maître pakistanais du qawwali est toujours vivante . Par sa corpulence et son registre de voix, le natif de Faisalabad a rivalisé avec Pavarotti. Par ses mouvements des mains et la ferveur qu’il a créée dans son pays, il est devenu le "Elvis du soufisme".

Nusrat fateh Ali Khan en 1987 lors d'un concert au Royal Albert Hall.
Nusrat fateh Ali Khan en 1987 lors d'un concert au Royal Albert Hall.

Par Michel Pomarède. Réalisation : Gaël Gillon. Prise de son : Philippe Etienne, Mixage : Alain Joubert, comédienne : Myriam Ajar et documentation INA : Isabelle Fort-Rendu. Attachée de production : Claire Poinsignon. Avec la collaboration d'Annelise Signoret.

Nusrat Fateh Ali Khan a de qui tenir, il est l’héritier d’une tradition familiale de près de 700 ans. Avant lui, la figure du qawwali, c’était son père, musicologue, musicien et chanteur renommé. Il le destinait à une carrière de médecin ou d’ingénieur mais comme le racontera plus tard Nusrat, il ne pouvait échapper à sa vie de chanteur élu car sa vocation est née à la suite d’un rêve où Allah l’appelait à pareil destin…

Très vite, il réussit le tour de force de populariser la musique savante pakistanaise réservée à une élite et à devenir de fait le chanteur national du Pays des Purs. Mieux, à la fin des années 70, il est écouté par plus de deux cent cinquante millions de musulmans dans tout le sous-continent.

Il faut attendre 1985 et ses premiers concerts au Théâtre de la ville - immortalisé par une série mémorable de cd Ocora - pour que le monde découvre Nusrat. En l’espace de quelques années, pop , house, rock, flamenco, rap, dub, funk assaisonnent à leur sauce le qawwali de Nusrat. Massive Attack et surtout Peter Gabriel qui le produit à trois reprises sur son label Real World font appel à ce maître des incantations qui devient l’apôtre de la world music. Pour le meilleur et pour le pire : le qawwali perd son âme quand il illustre des scènes violentes dans La Dernière tentation du Christ, de Martin Scorsese ou dans Tueurs Nés, d’Oliver Stone. 20 ans après la mort de Nusrat, l’Orient danse avec l’Occident, le Très Haut avec le disco mais "ce doux de Dieu" n’a pas été remplacé.

Liens

Site dédié à Nusrat Fateh Ali Khan.

Biographie sur le site Musiques du monde.

Discographie complète proposée par Discogs.

Chaîne vidéo officielle consacrée à Nusrat Fateh Ali Khan sur Youtube.

Nusrat Fateh Ali Khan : Le qawwali au risque de la modernité, article de Pierre-Alain Baud paru dans la revue Ethnomusicologie.

Culture au Pakistan : l’exemple de Nusrat Fateh Ali Khan, article d’Asif Arif paru en 2013 sur le site cultures-et-croyances.com.

Les Glotte-Trotteurs, centre de recherche et de formation vocale Martina A. Catella.

Chroniques

Bibliographie

visuel DVD

Nusrat Fateh Ali Khan, le dernier prophèteJérôme de MissolzFrance Supervision, Morgane production, Image ressource, France 2, La Sept ARTE, 1996

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......