LE DIRECT
Portrait de Solveig Anspach, par sa chef opératrice Isabelle Razavet

Sólveig Anspach, place de la fraternité (1960-2015)

59 min
À retrouver dans l'émission

Cinéaste américano-islandaise-montreuilloise, Sólveig Anspach, occupe une place à part dans le cinéma français. Ses films telluriques et gracieux sont portés par une curiosité profonde, un talent pour dessiner des personnages singuliers, et une capacité d’observation et d’émerveillement sans faille.

Portrait de Solveig Anspach, par sa chef opératrice Isabelle Razavet
Portrait de Solveig Anspach, par sa chef opératrice Isabelle Razavet Crédits : Isabelle Razavet

Sólveig Anspach filme en utilisant ce qui lui arrive comme un poème, un journal intime qu'elle offre à tout le monde. Elle célèbre la vie. Didda Jonsdottir

Sólveig Anspach disait « croire aux familles qu’on se choisit », et vivait entourée d’une tribu d’amis collaborateurs à l’image de ses films : fantaisiste, inattendue, et douée pour le bonheur.

Parmi les cinéastes français, Sólveig Anspach est particulièrement remarquable, pour la poésie et la profondeur de ses films, pour son double ancrage Montreuil-Reykjavik, pour son appétit de vivre malgré la maladie, pour son énergie à renverser les montagnes, pour la ferveur amicale dont son équipe l’entourait, ignorant superbement les trous dans le budget, et pour son humour.

Elle a eu une vie semblable à un roman, un film de comédie musicale doux amer, où même si la mort l’emporte à la fin, la joie domine. Elle-même est née d’une histoire d’amour improbable et lumineuse entre un ancien GI Américain, Juif new yorkais né à Berlin, et une jeune étudiante islandaise, qui deviendra la première femme architecte de son pays. Ils se rencontrent aux Beaux Arts de Paris. Sólveig et sa sœur Thorunn grandissent à Paris.   

Ténacité et humanité comme maîtres mots

Sólveig Anspach sait très tôt qu’elle veut faire du cinéma. A cette époque, il y a très peu de femmes cinéastes, mais sa mère l’encourage : « Les femmes peuvent tout faire, il faut simplement être plus tenace que les hommes… ». Toute sa vie, la ténacité sera son maître mot. Elle rentre à la Fémis, où elle découvre l’impact du documentaire. A la sortie de l’école, pendant dix ans, elle réalise des documentaires marquants, parcourant le monde (de l’Islande à Sarajevo en guerre, de Montreuil aux Etats-Unis pour un documentaire sur la peine de mort…). Elle s’intéresse d’abord à ceux laissés sur le bas côté par la société, ceux qui n’ont pas les moyens de s’exprimer, avec une sensibilité particulière pour les paysages. Si ces films gardent la même tendresse, le même regard de peintre que l’ensemble de sa filmographie, c’est une première période beaucoup plus sombre, poignante. 

A 34 ans, alors qu’elle est enceinte, on lui annonce qu’elle a un cancer. Cela deviendra le sujet de son premier film de fiction, Hauts les cœurs, qui marque un tournant dans sa carrière. A partir de là, elle tourne principalement des fictions, portées par des personnages féminins forts, fêlés et lumineux. Portée par l’urgence de vivre et d’être heureuse, étant heureuse en filmant, Sólveig Anspach enchaîne les projets, bravant les difficultés. Plus la maladie entrave son quotidien, plus ses films donnent de la joie, légers, drôles, généreux. Des films antidotes.

Son dernier film, L’Effet aquatique, histoire d’amour lumineuse et fantasque, remportera un vif succès critique et public. Elle meurt en 2015, à 54 ans. 

Écouter
1 min
Hommage de Karin Viard, à la cinéaste Sólveig Anspach, dans l'émission Making Of, de Pascale Clarke sur France Inter, le 17 octobre 2015

Pour aller plus loin

Le coffret DVD Sólveig Anspach, l'intégrale est disponible aux éditions Blaq Out

Site officiel dédié à Sólveig Anspach

Entretien avec Sólveig Anspach, réalisatrice du court-métrage Anne et les tremblements, nominée pour le Lutin du meilleur scénario et de la meilleure réalisation en 2012.

Sólveig Anspach revient sur son film Queen of Montreuil, mais aussi sur sa vision de la banlieue et du cinéma français dans un entretien à voir sur Viméo.

  • Avec sa fille Clara Lemaire Anspach et sa sœur Thorunn Anspach ; Éric Boisteau, ingénieur du son ; Jean-Luc Gaget, scénariste ; Marie Le Garrec, costumière et décoratrice ; Florence Loiret-Caille, comédienne ; Anne Morin, réalisatrice, comédienne de Anne et les tremblements ; Isabelle Razavet, directrice de la photographie ; Anne Riegel, monteuse ; Agnès de Sacy, scénariste ; Mireya Samper, artiste et productrice ; Patrick Sobelman, producteur ; Martin Wheeler, compositeur. 
  • Remerciements à Matilde Grosjean, Samir Guesmi, Didda Jónsdóttir, Karin Viard.
  • Un documentaire de Mariannick Bellot, réalisé par Lionel Quantin. Lectures : Ásdis Ólafsdóttir ; Poème final de Florence Loiret Caille et poème islandais de Didda Jónsdóttir. Mixage : Claire Levasseur ; prises de son : Olivier Dupré ; documentation : Sophie Henocq et Manuela Dubessy de l'INA et Annelise Signoret de la Bibliothèque de Radio France. 
Intervenants
L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......