LE DIRECT
Susan Sontag dans le bureau de son éditeur, à New-York le 23 janvier 1978

Susan Sontag, essayiste et romancière américaine (1933-2004)

58 min
À retrouver dans l'émission

Autant européenne qu’américaine, Susan Sontag était une intellectuelle engagée, déterminée, dont les essais ont fait sa notoriété. Pionnière des théories queer, elle écrira toute sa vie entre tension et émancipation, en s’affranchissant des frontières entre les genres, le corps et l'intellect.

Susan Sontag dans le bureau de son éditeur, à New-York le 23 janvier 1978
Susan Sontag dans le bureau de son éditeur, à New-York le 23 janvier 1978 Crédits : William E. Sauro/New York Times Co - Getty

Américaine élevée en Arizona puis new-yorkaise d'adoption, Susan Sontag était une intellectuelle engagée, au sens où nous l'entendons de ce côté-ci de l'Atlantique. Quoique ... Son énergie, l'idée qu'elle avait qu'une vie, ça se pétrit, se construit sans relâche et avec ardeur pour y apporter corrections et améliorations, tout cela faisait bien d'elle une Américaine. Ce sont ses essais plus que ses romans qui ont fait la notoriété de Susan Sontag. 

Entrée à l'université à 15 ans, avec trois ans d'avance, cette travailleuse acharnée, obsédée par le travail et les livres, a tout fait très vite. Elle se découvre homosexuelle à 15 ans mais se marie deux ans plus tard, a un fils dans la foulée, et à 30 ans, installée à New York et divorcée, elle se fait connaître en pleine contre-culture avec ses Notes on camp, un manifeste esthétique au style vif qui définit le bon et le mauvais goût, la mode et le démodé. La belle Susan Sontag est dite faiseuse de goût. On est dans les années 1970 et elle est une intellectuelle pop. Elle écrit une préface à l'édition américaine de L'Histoire de l’œil de Georges Bataille, vante Jean-Luc Godard, Claude Lévi-Strauss et Roland Barthes aux Américains, dénonce la guerre contre le Vietnam, analyse le pouvoir de la photographie et des images, recense les livres qu'elle aime et s'inspire de ses deux cancers pour étudier et dénoncer l'imaginaire lié à cette maladie. 

A 16 ans, on voit grâce à son journal, que Susan Sontag est déjà faite. Toute sa vie elle s’est battue contre le renoncement. Susan Sontag, c’est la femme qui ne renonce. C’est plus qu’une morale ou une philosophie, c’est une leçon. Dans ce journal, on retrouve la jeune fille qu’elle n’a jamais cessé d’être, qui est tout le temps dans l’introspection, intelligence et lucidité effrayante sur elle-même. Et qui n’hésite pas à dire les choses sans passer par le filtre de l’inhibition. Elle n’écrit pas pour la postérité, elle écrit pour elle. On est dans le vif de la vie, et le vif du sujet. Pierre Assouline

Sa vie et l'actualité nourrissent constamment son oeuvre, et ce jusqu'aux années 2000. Compagne à la fin de sa vie de la photographe Annie Leibovitz, Susan Sontag est atteinte d'un troisième cancer qui l'emporte en 2004. Après sa mort, son fils unique, David Rieff, prend la décision de publier son journal intime et ses carnets. A 16 ans, en 1949, elle écrivait : 

Je sais ce que je veux faire de ma vie : je veux coucher avec beaucoup de gens - je veux vivre et je hais l'idée de mourir - je n'enseignerai pas, je n'ai pas l'intention de laisser mon intellect me dominer, et la dernière chose que je veuille faire est de vénérer le savoir ou les gens qui ont le savoir. J'ai l'intention de tout tenter ... j'anticiperai le plaisir partout et je le trouverai ... je vais m'impliquer totalement, tout a de l'importance. La seule chose à laquelle je renonce est le pouvoir de renoncer, de battre en retraite : l'acceptation du semblable et de l'intellect. Je suis vivante, je suis belle, que demander d'autre ?

Remarquable détermination chez une si jeune fille qui en effet, a toujours bataillé pour que son corps et son intellect fassent bon ménage. 

Écouter
4 min
Susan Sontag raconte ses origines, son enfance et sa famille dans l'émission L'invité du lundi, le 10 juillet 1978 sur France Culture

Pour aller plus loin 

Toute l'oeuvre de Susan Sontag est éditée par Christian Bourgois éditeur.

Site officiel de la Fondation Susan Sontag

Long entretien filmé avec Susan Sontag en ligne sur la chaîne YouTube, The Film Archives.

A l’occasion du New York Film Festival, en 1969, Newsweek a interviewé Agnès Varda & Susan Sontag à propos de leurs films respectifs, Lion’s Love & Duet for Cannibals, présentés au festival, à voir sur le site Artforum.

Promised Land, film documentaire de Susan Sontag disponible sur YouTube, tourné en Israël pendant la guerre du Kippour, en 1974.

Susan Sontag, le sida et l'image absente : article de Stéphane Inkel publié dans le dossier «Écriture et sida» de la revue Postures, 1998.

  • Avec : Dominique Bourgois, éditrice ; François Cusset, historien des idées, Professeur d'études américaines à l'université Paris X ; Pierre Assouline, romancier ; Isabelle Huppert, actrice et la voix de Susan Sontag
  • Un documentaire de Virginie Bloch-Lainé, réalisé par Clotilde Pivin. Archive INA : Christelle Rousseau. Une rediffusion du 7 novembre 2010. 
Intervenants
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......