LE DIRECT

HONG KONG VILLE-MONDES Escale 2

59 min
À retrouver dans l'émission

Escale 2 : « Hong Kong, une ville physique, au propre et au figuré » Production Alain Lewkowicz - Réalisation Rafik Zénine - Prise de son Jean-Michel Cauquy

HK by night
HK by night

Avec :

Leung Chiwo photographe de l’urbanité,

Nicolas Avirette accordéoniste,

Valérie Portefaix et Laurent Gutierrez de MAP Office,

Lawrence Grey auteur, producteur et réalisateur,

Tang Shu Wing metteur en scène,

David et Pricila chercheur et musicienne,David Attali.

Le "port parfumé", traduction littérale de Hong Kong, alimente depuis le 19ème siècle bon nombres de fantasmes, de fables et de légendes. Les voyageurs souvent, n’y ont fait et n'y font que passer avant d’aller se frotter à une autre Asie, comme si Hong Kong n’était qu’une escale, au goût de sentiments inachevés. Des fumeries d’opium aux Frères Shaw et 007 venant y affronter l’homme au pistolet d’or, en passant par l’envoûtante Suzie Wong et Lee le petit dragon, alias Bruce et Tsui Hark, à « Infernal affairs » de Andrew Lau qui inspira Scorsese pour "Les infiltrés" ou à Johnnie To qui lança la carrière de Chow Yung-Fat et de Maggie Cheung, tous les mythes hongkongais sont revisités. Les triades, la pègre et autres organisations secrètes dirigées par les "chouchou", les Oncles, les deux guerres de l’opium, le traité de Nankin, la révolte des Taiping avec en arrière plan, l’histoire d’une Chine continentale cinq fois millénaires. Le tout dans un décor réel en perpétuelle transformation et en pleine croissance, Kowloon se rapprochant inexorablement de Central. Ancrée dans deux cultures, cette ville chinoise aux forts accents british, semble orpheline avec sa singulière conception architecturale, dominée par le marché au point que les hommes de l’art ont dû se conformer aux stratégies commerciales établies, plutôt qu’aux préférences des usagers et au point de vue des maîtres du Feng Shui.Car la cinématographique cité, c’est aussi son revers, les cités gigantesques des Nouveaux Territoires, un monde de béton, d’autoroutes suspendues, de galeries commerciales et de KTV où s’entassent des populations aux faibles revenues, une jeunesse en perdition issue de familles en rupture, un monde qui devient organique, celui des rues et des couloirs étroits, des quartiers dissimulés aux pieds des tours. Une ville dans laquelle les gens ne sont que des passants, mais qui sont cependant restés sur place avec la ferme volonté d’ancrer aux rivages cette ville dont on disait l’identité "flottante". Oscar Ho, critique d’art incontournable ne disait-il pas que "ce lieu d’emprunt au temps compté est encore dans un état de limbes où une identité culturelle et une idéologie ne peuvent trouver place". Même après la rétrocession, il est encore suspendu en marge de la Chine, se demandant s’il doit ou non s’identifier au slogan "un pays, deux systèmes". Etre dans cet entre-deux fournit cependant un espace libérateur et créatif, dans lequel chacun est libre de toute idéologie, obligation ou nécessité de s’identifier à une culture particulière. Ce n’est pas la rencontre de l’Ouest et de l’Est, mais l’espace vide et libre entre les deux qui procure une plate-forme pour relâcher une énergie créatrice illimité.
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......