LE DIRECT

Christian Robin

30 min
À retrouver dans l'émission

Par Simone Douek Réalisation : Françoise Camar Attiré par l'Orient depuis le début de ses études, Christian Robin commence par apprendre l'arabe classique, puis l'hébreu ; c'est au cours d'un séjour de deux ans en Jordanie pour la coopération militaire, où son travail le lie à l'ambassade, que ses conversations avec l'ambassadeur le dirigent peu à peu vers le Yémen, dont l'archéologie est encore très peu explorée, et le terrain riche de promesses linguistiques et historiques. Sa langue d'étude sera désormais le sudarabique, langue dont on a retrouvé les plus anciennes traces épigraphiques au septième siècle avant notre ère, dans la péninsule arabique, qui aujourd'hui couvre les territoires du Yémen et de l'Arabie Saoudite ; le terrain de recherches de Christian Robin, outre ces deux pays, se situe aussi en Ethiopie, puisque les traces archéologiques de la langue suivent le parcours des échanges économiques de l'époque. Cette langue, qui n'est plus guère parlée de nos jours mais dont la mémoire subsiste encore dans le sud du Yémen au point qu'un arabisant contemporain ne peut pas comprendre les habitants de cette région, a été pendant des siècles l'objet de lentes transformations, et de jeux hégémoniques entre les quatre principaux royaumes qui découpaient les régions de la péninsule : Ma'in, Saba, Qataban, et Hadramaut. C'est tout l'univers de Christian Robin qui, de fouilles archéologiques en découvertes épigraphiques, nous conduit au coeur du désert yéménite, nous fait percevoir l'ampleur et la richesse de la culture sudarabique, et pose la question du rapport entre le contemporain et l'antique, autrement dit de la surimpression de la culture islamique qui est aujourd'hui majoritaire au Yémen, sur son héritage antique qui a occupé le même territoire avant l'année de l'Hégire.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......