LE DIRECT

Christine Buci-Glucksmann (1/5)

28 min
À retrouver dans l'émission

Christine Buci-Glucksmann
Christine Buci-Glucksmann

Par Pascale Lismonde, avec la collaboration de Claire Poinsignon. Réalisation : Isabelle Yhuel. Prise de son : Yves Le Hors.

Femme singulière, ardente, Christine Buci-Glucksmann se définit volontiers comme une philosophe nomade, toujours en recherche et en mutation. Si pour Deleuze, « penser c’est voyager », on découvre avec elle que « voyager, c’est aussi penser ». Ainsi, ces entretiens font entrer dans les étapes successives d’une évolution intellectuelle modelée peu à peu par son exploration du monde - de l’Amérique latine à l’Extrême Orient - sa recherche constante de la beauté, de la justice sociale et son affirmation de l’être-femme. En témoignent une trentaine de livres qu’elle a publiés jusqu’à aujourd’hui, sans compter toutes les plaquettes et catalogues consacrés aux artistes contemporains.

Entrée en philosophie dès l’adolescence- un besoin « intempestif » de liberté- cette normalienne évolue d’abord dans l’univers effervescent du Quartier latin des années 1960, entre les cours d’esthétique de Deleuze à la Sorbonne et l’enseignement d’Althusser et de Derrida rue d’Ulm, où Lacan tient son Séminaire. Autant d’influences déterminantes. L’heure est à la transversalité des savoirs et des expériences. Christine Buci Glucksmann s’engage dans les combats de libération inspirés par les grands enjeux politiques du XXème siècle (communisme, féminisme..). Sur l’onde de choc mondiale de mai 68, on veut « changer la vie ! »

Envoyée en Italie pour « La nouvelle critique » (revue du PCF), un travail sur les « Cahiers de prison » de Gramsci lui inspire un premier essai « Gramsci et l’Etat » (1975). Ce livre remarqué lui vaut plusieurs voyages politiques en Amérique latine, du Mexique à l’Argentine, en grande ébullition. Cependant, après l’Italie, la militante découvre aussi les splendeurs de l’architecture baroque hispanique.

Le tournant politique des années 80 se double alors d’une mutation personnelle. Christine Buci-Glucksmann reprend ses premières études esthétiques. Professeur dans les classes prépas du Lycée Lakanal à Sceaux, elle s’investit dans la création du Collège international de philosophie. A partir d’une relecture de Baudelaire et de Benjamin, cet être des passages, elle renouvelle complètement l’étude des arts baroques au point d’en devenir l’une des grandes spécialistes et de voir ses livres (« La Raison baroque », « La Folie du voir », « L’enjeu du beau ») traduits jusqu’au Japon où bien des architectes contemporains s’inspirent de cette esthétique.

Ce qui lui vaut de décrocher une bourse d’études du Quai d’Orsay pour un premier séjour à la Villa Kujoyama à Kyoto en 1988, suivi d’enseignements à l’université Todai de Tokyo. Le contact avec ce monde des flux et de l’impermanence est pour elle un grand bouleversement émotionnel et intellectuel. Fascinée par ce rapport si différent des Japonais au temps et à l’immanence, Christine Buci-Glucksmann célèbre dans ses livres leur « Esthétique de l’éphémère ».

Une nouvelle étape intellectuelle se dessine alors pour le temps actuel. Comme toujours pour elle, liée à un voyage, cette fois, à partir d’Istanbul où elle retrouve un monde exploré jadis par son père orientaliste. Cette combattante dans l'âme lance un nouveau défi de taille. Il ne s’agit pas moins que d’affirmer les principes d’une « Philosophie de l’ornement - d’Orient en Occident» (son dernier ouvrage) Une question longtemps négligée dans les études esthétiques car elle met en cause notamment tout le rapport de l’art au monde féminin. Sujet sulfureux s’il en est. Mais Christine Buci-Glucksmann remet la question de l’ornement au cœur de l’actualité artistique en explorant ses avatars les plus contemporains dans la création numérique et virtuelle. Et de toute évidence, c’est là aussi son affirmation philosophique la plus radicale, la plus « intempestive » de son être-femme. - P.L

1) « Voyager, c’est penser »

L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......