LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Claude Lorius pour le film "La Glace et Le Ciel" lors du 68ème Festival de Cannes le 23 mai 2015.
Épisode 3 :

Claude Lorius : "A la station de Vostok, il y a des kilomètres de carottes qui nous attendent, c'est le miracle"

28 min
À retrouver dans l'émission

Dans ce troisième entretien, Claude Lorius raconte la collaboration scientifique en pleine Guerre froide sur la station de Vostok, où ils ont pu confirmer leurs intuitions grâce à des forages très profonds. Le cycle climatique peut enfin être dessiné grâce à l'analyse des bulles d'air emprisonnées.

Claude Lorius pour le film "La Glace et Le Ciel" lors du 68ème Festival de Cannes le 23 mai 2015.
Claude Lorius pour le film "La Glace et Le Ciel" lors du 68ème Festival de Cannes le 23 mai 2015. Crédits : Pascal Le Segretain/WireImage - Getty

Le glaciologue Claude Lorius dans ce troisième entretien d'"A voix nue", poursuit les aventures de ses recherches sur les liens entre la glace et le climat. En 1974, "on a cherché à savoir quelle était la composition de l'atmosphère du passé", explique-t-il, en même temps que l'on reconstituait le climat par l'analyse de carottages de la glace. Grâce à des avions de repérage équipés de radars, un site va attirer l'attention des scientifiques, le Dôme Concordia, qui semble convenir parfaitement aux forages glaciaires.

Il évoque sa collaboration avec Jean Jouzel avec lequel il a obtenu la médaille d'or du CNRS en 2002, "ce n'est pas souvent que l'on associe un homme de terrain avec quelqu'un de laboratoire" et d'ajouter, "ce contrat d'amitié dure toujours, c'était une amitié intellectuelle". Les forages à 900 mètres de profondeur représentent 40 000 ans d'archives du climat et les résultats de terrain confirment les raisonnements des sicentifiques. Il faut donc continuer dans cette direction mais creuser plus profond.

La base antarctique soviétique de Vostok, il en rêvait, confie Claude Lorius : "Je n'ai jamais été dans un site aussi éloigné." Aller à Vostok en 1984, malgré la Guerre froide, "c'est un grand événement", rappelle le scientifique.

Le premier carottage marquant sera celui où on aura un cycle climatique complet, c'est-à-dire 150 000 ans d'archives, la profondeur doit être d'un peu moins de deux kilomètres. Avec 150 000 ans d'archives, on sait qu'on a là le dernier cycle climatique. On a un dessin parfait du climat. Ce qui va nous apporter la célébrité c'est qu'on va analyser les bulles d'air qui sont dans cette glace.

La vraie consécration c'est quand on fait la couverture avec trois articles dans la revue Nature. Là, le monde change.

Ce qu'il retient avant tout de ces moments passés dans les bases scientifiques : "C'est une aventure humaine formidable."

Par Stéphane Deligeorges, avec la collaboration de Claire Poinsignon. Réalisation : Anne Sécheret. Prise de son : Chantal Nouvelot.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......