LE DIRECT
Claude Lorius pour le film "La Glace et Le Ciel" lors du 68ème Festival de Cannes le 23 mai 2015.
Épisode 5 :

Claude Lorius : "Il n'y a rien de durable dans ce que nous faisons"

29 min
À retrouver dans l'émission

Cinquième et dernier entretien avec Claude Lorius qui soulève la question du rôle de l'homme sur le climat. Il aborde le sujet de l'anthropocène et déplore l'inaction des politiques. Pourtant l'Antarctique montre bien combien la planète va mal.

Un énorme iceberg se détache de la côte de Knox dans le territoire antarctique australien le 11 janvier 2008.
Un énorme iceberg se détache de la côte de Knox dans le territoire antarctique australien le 11 janvier 2008. Crédits : Torsten Blackwood - AFP

Pour clore cette série d' "A voix nue", Claude Lorius livre son avis sur le changement climatique qui évolue de plus en plus vite et dont on ne sait pas jusqu'où cela ira. C'est le sujet de son dernier livre Voyage dans l'anthropocène. Cette nouvelle ère dont nous sommes les héros, "le fait que l'homme ait commencé à prendre du pouvoir sur la nature a été trouvé comme une chose formidable. Mais on voit bien que ce n'est plus utiliser la nature comme une source naturelle de ressources mais c'est carrément la démolir".

Nous en gros, ce qu'on dit, c'est que c'est la planète entière qui va mal et qu'il faut changer de mode de vie. Le mode de vie qu'on a actuellement ne permettra pas un futur serein pour l'humanité. Et quand on dit changer de vie, c'est bien ce que ça veut dire. On comprend bien que les politiques, ils n'ont pas envie de changer de vie. On comprend bien que le citoyen, lui dans le fond, pourvu qu'il y ait un peu de neige là-haut, il va pouvoir faire un peu de ski à Noël, ça lui va bien [...] Changer de vie implique vraiment qu'on refonde une civilisation. Et ça évidemment c'est entre les mains des financiers, des politiques. C'est pas quelque chose qu'ils ont envie de considérer. Pour eux le court terme est bien plus important.

Il s'indigne de la situation actuelle et à venir, et ne voit pas de raison que cela s'améliore : "Les changements que nous avons introduits touchent directement aux conditions de vie de l'homme et ne nous permettent pas de prévoir un développement qui soit, comme on utilise souvent le terme, durable.

Le traité de l'Antarctique protège le continent et il faut tout faire pour le maintenir. Il confie ne pas avoir de solution, ni de pouvoir sur les décisions politiques. Certes, estime t-il, "l'indignation est nécessaire mais ce n'est pas forcément ce qui conduit à l'action."

L'Antarctique est riche en événements qui ont marqué la planète. Il n'y a pas de limites, pas de frontières pour ce genre de pollution. On est tous dans le même bain. C'est un territoire vierge, localement il n'y a pas de pollution, et c'est là qu'on a ces images qui concernent toute la planète. On n'a pas besoin d'aller dans l'espace, on a ça écrit dans la glace.

L'environnement de la planète, c'est notre environnement à tous les humains. Mais moi je ne sais pas où aller, ni comment aller plus loin.

Par Stéphane Deligeorges, avec la collaboration de Claire Poinsignon. Réalisation : Anne Sécheret. Prise de son : Chantal Nouvelot.

Intervenants
L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......